TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd
Samedi 1 Novembre
Mon espace perso

FENUACOMMUNICATION, Rue Charles Viénot BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel: 43 49 49

Taramea : le corail n'est plus menacé par l'étoile tueuse




L'acanthaster planci photographié par le Criobe.
L'acanthaster planci photographié par le Criobe.
PAPEETE, lundi 7 janvier 2013. Fruit de plusieurs années de travail et d’observation à Moorea et sur d’autres îles polynésiennes, une étude scientifique sur les attaques subies par le corail polynésien de la part d’une étoile de mer (Acanthaster planci ou taramea) vient d’être publiée. L’étude montre les ravages de cette étoile de mer, qui heureusement a, depuis, quitté les lieux.
Le corail n’a rien d’anodin et d’inerte et, est l’objet d’une grande surveillance car faute d’un corail en bonne santé, c’est tout un environnement naturel qui est menacé. Au début des années 2000, la prolifération de l’Acanthaster planci, une étoile de mer piquante, qui apparaît d’abord dans les Australes et les Îles sous le Vent, est donc immédiatement repérée par les scientifiques, notamment du Criobe (Centre de recherches insulaires et observatoire de l’environnement) basé à Moorea. L’étoile de mer, aussi appelée «couronne du christ » avec ses longs piquants urticants, se nourrit aux dépens du récif corallien.

En quelques années, le corail est fortement attaqué, au point qu’autour de certaines îles polynésiennes «le taux de recouvrement en corail vivant s’est effondré». De 2006 à 2010, les scientifiques du Criobe observent le phénomène autour de Moorea, où ils sont basés, d’autant qu’un jeune chercheur en thèse de doctorat, Moshen Kayal y étudie la dynamique des populations de coraux. C’est le fruit des observations et des recherches d’une dizaine de chercheurs et techniciens qui sont publiées, finalement, en octobre dernier. Sur les neuf sites de récifs coralliens sous surveillance rapprochée à Moorea, l’étoile de mer a fait durant quelques années, des ravages rapides. D’autant que le passage du cyclone Oli, en 2010 finit, par désagréger le récif corallien, déjà très affaibli par le grignotage de l’étoile de mer. Selon les scientifiques, il faudra entre 10 et 30 ans pour qu’il se reconstitue, car la régénération est déjà en marche.

En effet, en raison de sa gloutonnerie, l’Acanthaser planci, qui a grignoté le récif corallien
autour de Moorea a fini par disparaître ou du moins par se retirer largement des zones où elle était si prépondérante entre 2006 et 2010 ! Car le phénomène de cette étoile de mer dévoreuse est tout à fait naturel, et il se régule tout seul. «N’ayant plus de corail à manger après quelques années, l’étoile de mer Acanthaser planci n’est plus un problème aujourd’hui» précise Pauline Bosserelle, technicienne du Criobe qui travaille particulièrement sur le corail. En 2013, l’Acanthaser planci n’est donc plus qu’un mauvais souvenir à Moorea où de jeunes pousses de corail sont observées par les scientifiques. «Mais nous savons que c’est un phénomène cyclique et qu’un récif corallien en bonne santé sera de nouveau attaqué par cette étoile de mer dans quelques années». La nature est en éternel recommencement du moment que la main de l’homme ne vienne pas perturber ses cycles habituels.



Rédigé par Mireille Loubet le Lundi 7 Janvier 2013 à 16:04 | Lu 2150 fois



Notez


Commentaires

1.Posté par Lou le 07/01/2013 18:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"l’Acanthaser planci n’est donc plus qu’un mauvais souvenir à Moorea".
A Moorea peut-être mais pas à Tahiti sur la côte ouest.
Venez donc faire une petite plongée du côte de la Pointe de pêcheurs, juste à la sortie du lagon!

2.Posté par tamanu le 08/01/2013 07:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis très dubitatif...

3.Posté par beaulieu jean pierre le 08/01/2013 13:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cette saloperie d'étoile n'existait pas sur nos récifs dans les années 50 / 60, mais maintenant et malgrés les dizaines de milliers que l'on retire chaque année dans nos îles elles sont toujours la, tant mieux si elles ne sont plus à Mooréa.

4.Posté par Faut pas pousser! le 08/01/2013 14:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Intéressant ce cycle; la gloutonnerie qui mène à la disparition... le parallèle est vite fait avec nos politiques ; sauf qu'ils disparaissent pas à la fin.... Ils se rapprochent d'ailleurs plutôt du virus, ils mutent en permanence; de nouvelles espèces encore plus gloutonnes et résistantes apparaissent...

5.Posté par Jamali le 08/01/2013 18:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


En Novembre,en une plongée,j'en ai vu au moins 3 grosses devant chez moi dans le lagon de Atiha.
Alors qu'elle ait disparue de Moorea m'étonne beaucoup.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité People | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | PRESIDENTIELLES 2012

Publicité