Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Tara-Méditerranée: la goélette océanographique à la pêche au plastique



PARIS, 15 mars 2014 (AFP) - Partie de pêche au plastique dans Mare Nostrum: la goélette océanographique Tara, après un audacieux tour de l'Arctique en 2013, met le cap sur la Méditerranée pour y traquer la matière synthétique non bio-dégradable rejetée par l'homme.

Cette nouvelle expédition que vont entreprendre les marins et scientifiques du deux mâts va les conduire d'avril à décembre, en 17 étapes et 10 pays, d'Ouest en Est et du Nord au Sud du bassin méditerranéen.

Un zone d'étude particulièrement riche: la Méditerranée abrite 8% de la biologie marine de la planète. Par ailleurs, si elle ne constitue que 1% de la surface totale des mers et océans du globe, la Mare Nostrum (notre mer) des Romains, quasi fermée, concentre près du quart du trafic maritime mondial.

De Barcelone à Beyrouth, de Gênes à Sidi Bou Saïd ou Tanger, Tara va parcourir 16.000 km à la recherche de ces micro-fragments de plastique dont le nombre, selon l'Union Européenne, est estimé à 250 milliards.

"Ce plastique flottant charrié par les grands fleuves qui se jettent en Méditerranée est devenu une composante de son écosystème qui influence la chimie de la mer", explique à l'AFP le Dr Gaby Gorsky, responsable scientifique de la mission et directeur de l'observatoire océanographique de Villefranche-sur-Mer.

"Lors d'une cinquantaine de stations de prélèvement, au moyen de filets spéciaux, notamment à proximité des grandes agglomérations et des embouchures des grands fleuves, nous allons récolter des échantillons de ces micro-particules (entre 1/3 de millimètre et 5 cm) qui colonisent la communauté microbienne et entrent désormais dans la chaîne alimentaire marine -donc dans notre assiette- avec des conséquences mal connues", ajoute-t-il.

Cette mission "dans la continuité du temps et de l'espace parcouru, devra permettre, en mettant à contribution les techniques pointues d'imagerie et la chimie des micro-organismes, d'obtenir une vue synoptique (d'ensemble) de la composition des écosystèmes méditerranéens en contact avec ces fragments de plastique flottant", conclut-il.

- Un siècle à se renouveler -

Tara accueille en permanence à bord deux scientifiques en charge des protocoles de mise en oeuvre des prélèvements. Mais ce sont en tout, sur mer et à terre, une soixantaine de chercheurs de plusieurs laboratoires et institutions scientifiques françaises et internationales (CNRS, Ifremer, université du Michigan...) qui seront mobilisés pendant cette mission, puis par les analyses des échantillons récoltés.

Une exposition itinérante consacrée à l'océan et au climat sera également organisée aux principales escales.

Pour Etienne Bourgois, propriétaire de la goélette et patron de Tara Expéditions, "cette nouvelle mission a également pour objectif de promouvoir le développement des +aires marines protégées+ (AMP) dans les différents pays abordés".

"La pollution en Méditerranée a considérablement augmenté au gré du développement démographique. De 1970 à 2000 la rive Nord du bassin a compté 10 millions d'habitants supplémentaires, et ce nombre est à multiplier par 3 concernant les côtes Est et Sud", souligne-t-il.

Des chiffres énormes, face auxquels l'écosystème souffre chaque jour un peu plus. "L'eau met un siècle à se renouveler, et les mesures de protection de la Grande Bleue doivent être rapidement multipliées", martèle le marin.

pf/dla/gv

Rédigé par () le Samedi 15 Mars 2014 à 06:38 | Lu 359 fois





Dans la même rubrique :
< >

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies