Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Situation de Michel Van Bastolaer : la présidence répond



PAPEETE, le 12 août 2016. "Lorsque l’utilisation de fonds publics est en jeu, chacun n’est pas libre de faire ce qui lui plait ou alors il lui revient d’assumer ses choix", a indiqué la présidence dans un communiqué ce vendredi. Après être arrivé pour se faire soigner en métropole, Michel Van Bastolaer s'était retrouvé en difficulté pour trouver un logement, faute d'argent.

Depuis deux semaines, Michel Van Bastolaer alerte sur sa situation par le biais des réseaux sociaux. Début juin, il a quitté le fenua pour se faire soigner en métropole. Avec une tumeur de 2 cm de diamètre dans la deuxième vertèbre à l'intérieur de la moelle épinière, cet ancien patron d'une entreprise en bâtiment inscrit au régime du RST a eu confirmation par la CPS que son opération serait prise en charge financièrement maisil s'était retrouvé en difficulté pour trouver un logement avant de finalement pouvoir être pris en charge dans un centre accueillant des SDF.

La présidence a réagi ce vendredi par communiqué au parcours de ce Polynésien. "Une campagne de communication bien orchestrée sur les réseaux sociaux puis relayée par les médias en Polynésie fait passer M. Van Bastolaer pour une victime de la Caisse de Prévoyance Sociale, des services sociaux du Pays, voire du gouvernement de la Polynésie La réalité est tout autre", souligne le communiqué. "Partir se faire soigner en métropole au mois de juin, soit trois mois avant l’intervention, en s’affranchissant de toutes les démarches relatives à sa prise en charge, ne pouvait que conduire l’intéressé dans la situation que tout le monde connait aujourd’hui."

Concernant sa prise en charge par la Caisse de prévoyance sociale, "sa première demande de prise en charge adressée à la délégation de la CPS à Paris la semaine dernière, a conduit la Caisse de Prévoyance Sociale à lui accorder de suite le bénéfice des dispositions de prise en charge appliquées lorsqu’un patient fait le choix de partir se faire soigner en dehors du territoire".

Pour la présidence, Michel Van Bastolaer a pu trouver une solution de relogement grâce à "la mobilisation de Tea Frogier, ministre en charge des Solidarités, et de la responsable la Délégation de la Polynésie française à Paris".

Pour la présidence, il y a un certain nombre de règles à respecter lors de soins en dehors du fenua : "Dans certaines circonstances, surtout lorsque l’utilisation de fonds publics est en jeu, chacun n’est pas libre de faire ce qui lui plait ou alors il lui revient d’assumer ses choix", note la présidence. "Il est regrettable que M. Van Bastolaer n’ait pas pris la précaution d’entreprendre une démarche de demande d’entente préalable auprès de la CPS, laquelle aurait permis d’éviter toutes ces déconvenues et de jeter le discrédit sur les évasanés polynésiens accueillis au Rosier Rouge."

Rédigé par Mélanie Thomas le Vendredi 12 Août 2016 à 13:36 | Lu 11177 fois







1.Posté par Mathius le 12/08/2016 17:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comment faire une entente préalable lorsque pour y arrivér il faut que le médecin en question (qui se trouve en France) vous consulte. (Si je comprend bien le document de la cps), il faut donc aller en France voir le médecin qui vous consulte et signe les papiers demandés par la Cps, puis, revenir voir la cps ã Tahiti pour faire l'entente préalable et repartir en France se faire opérer.
Au-delà du problème de Van Bastoler il y a un gros et véritable problème d'interprètation du texte de la cps.
http://www.cps.pf/espace-assure/droits-et-demarches/par-situation-personnelle/vous-partez-en-voyage/en-france-ou-dans-un-departement-d-outre-mer
La ministre des affaires sociales est elle consciente de ces textes volontairements abscons?

2.Posté par TOM SING VIEN anthony le 12/08/2016 18:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Votre commentaire a été modéré, merci de votre compréhension. La rédaction

3.Posté par TuladiBouffi le 12/08/2016 18:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Voilà des explications qui ont le mérite d'être claires. Rien à ajouter, chacun est libre de ses choix mais il y a des règles à respecter. Point final !

4.Posté par FTHE le 13/08/2016 09:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Votre commentaire a été modéré, merci de votre compréhension. La rédaction

5.Posté par CITRUS le 13/08/2016 14:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

BONJOUR

mais que font tous les curaillons,( catholique ,protestant ,et autres )
cette '''affaire''' relèves de LEURS compétence
haaaaaa , j’oublie , '''ils'''' préfèrent les choses qui font mousser , du genre ,........
la '''''BOMBE''' ,faut porter plainte , pour crime contre cette homme
peut être ça vous rapportera quelques kopecks ,.......ou des ouailles ,......
triste , constatations ,.........................

6.Posté par Eric le 13/08/2016 18:36 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Avoir ete un ancien chef d''entreprise et maintenant se retrouver au RST ?
Je ne comprend pas....
Tu a dus peter plus haut que ton cul...
Nous avons pourtant de Tres bon chirurgien a Taaone....
Arrete de Faahua...Assume maintenant ta connerie.

7.Posté par système of down le 13/08/2016 21:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Respect the système

8.Posté par patrick le 13/08/2016 21:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dans certaines circonstances, surtout lorsque l’utilisation de fonds publics est en jeu, chacun n’est pas libre de faire ce qui lui plait ...

à transmettre à tous les politiques corrompus de tout âges...

9.Posté par CITRUS le 14/08/2016 07:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

REMOI

comme dit hier...............(mystères de l'informatique ca n'apparait pas )
que font les curés ??????cela relève de leurs CON PETANCE ????
mais '''ils '' préfèrent faire de la politique, et s'occuper de la '''bombe'''
c'est p^lus porteur

10.Posté par CITRUS le 14/08/2016 15:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

TROISIÈME ESSAIES

ou ,........les mystères de l'informatique
Je disais donc , pourquoi les ''églises ''' ne s'occupent elle pas
de ce cas ,....qui a mon humble avis relève de LEURS fonctions
certes c'est moins médiatique , que la bombe , ou le procès contre la France
pour crime contre l'humanité

11.Posté par SM le 14/08/2016 20:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dans les années 2000, mon épouse (affiliée à la CPS) a dû subir des examens dans un hôpital spécialisé à Paris (Quinze-Vingts) , la CPS lui a accordé, après visite devant le médecin-conseil avant son départ , l'entente préalable pour une prise en charge qu'il a suffi de présenter à l'hôpital.
L'an dernier, lors d'un court séjour en Métropole, elle a dû être hospitalisée d'urgence pour une intervention chirurgicale imprévue. La CPS, avec l'intervention de l'antenne de la Délégation de Paris sur un simple appel téléphonique, a pris cette hospitalisation en charge. Rien à reprocher à la Cps, il suffit d'en respecter les règles. SM

12.Posté par Mathius le 15/08/2016 09:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

sM. Ce qui est reproché à la cps ce sont ces règles abscons. Il suffit de voir le nombre de plaintes devant les tribunaux.
les juristes savent très bien que le flou de ces textes sont voulus, la cps pratique les meme règles d'écriture des textes que les assurances. C'est bien là que les politiques et les syndicats prennent le peuple pour des idiots. Le conseil d'administration de la cps méprise clairement les travailleurs polynesiens.

13.Posté par SM le 16/08/2016 09:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pas si abscons que ça !
Le texte indiqué par 1. Mathius indique bien que c'est le médecin conseil de Papeete qu'il faut rencontrer pour qu'il donne son accord avant le départ du malade qui prévoit des examens ou une hospitalisation en Métropole.
Si , pendant un séjour en Métropole, on doit être hospitalisé de manière imprévue (accident, maladie subite, urgence,...), le médecin de Métropole expédie son diagnostic au médecin conseil de la CPS Papeete pour qu'il donne son accord. Le malade n'a pas besoin de revenir à Papeete. J'ai vécu les deux cas de figure en une quinzaine d'années, sans problème, dans les hôpitaux de Paris et de Grenoble. SM

14.Posté par Mathius le 16/08/2016 13:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

SM.pour que le médecin conseil donne son accord il faut avoir vu le médecin qui va opérer ... Comment tu fais? Car je te dis tout de suite si tu n'as pas vu le médecin pour T opérer le médecin conseil te regarde même pas. Comment tu fais?
Ou est ce indiqué que le médecin en métropole doit expédier son diagnostiqué? Merci de m'envoyer le texte qui le prévois clairement car c'est inscrit nul part

15.Posté par SM le 16/08/2016 18:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"En cas d’hospitalisation, les frais peuvent être pris en charge en tiers payant sous réserve de production d'une demande de prise en charge et d’un compte rendu médical, adressé sous pli confidentiel au médecin conseil de la CPS ou par fax au (689) 45 01 34, par l'établissement hospitalier."

C'est écrit, copié-collé, dans le texte que vous avez référencé vous-même au post 1. Mathius : "http://www.cps.pf/espace-assure/droits-et-demarches/par-situation-personnelle/vous-partez-en-voyage/en-france-ou-dans-un-departement-d-outre-mer". SM

16.Posté par Mathius le 17/08/2016 06:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sm. Explique moi pourquoi avant de partir nous pouvons pas le faire?

17.Posté par SM le 17/08/2016 15:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Mathius. Il faudrait poser la question à la CPS.
Pour ce qui concerne mon épouse, il n'y a eu aucun problème pour rencontrer un médecin-conseil de la CPS après prise de rendez-vous et pour obtenir une prise en charge qu'elle a pu utiliser auprès de l'hôpital de Métropole.. SM

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance