Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Rentrée scolaire : la ministre de l’Education réunit le Haut comité de l’éducation



PAPEETE, le 13 août 2015. (COMMUNIQUE DE LA PRESIDENCE) La ministre de l’Education et de l’enseignement supérieur, Nicole Sanquer-Fareata, a réuni, mercredi après-midi, le Haut Comité de l’Education (HCE) pour recueillir son avis sur trois dossiers qui concernent l’évolution du système éducatif polynésien.

La réorganisation de la direction générale de l’éducation est des enseignants (DGEE). En effet, la Charte de l’éducation adoptée en 2011 définit l’éducation comme la priorité du Pays, et inscrit le pilotage de l’Ecole dans une démarche de performance. Si la nécessité de créer une entité unique en fusionnant les directions de l’enseignement primaire et des enseignements secondaires a été respectée, la direction générale de l’éducation et des enseignements (DGEE) doit être réorganisée, et modernisée pour répondre réellement à une double exigence : une meilleure organisation administrative du système éducatif, et un pilotage plus efficace, visant une plus grande efficience de la politique éducative impulsée par le Gouvernement de la Polynésie française.

La convention relative à l’école supérieure de l’éducation et des enseignements (ESPé). L’Etat, l’Université de la Polynésie française et la Polynésie française se fixent comme objectif commun de donner au service public de l’éducation en Polynésie française, des perspectives et des moyens permettant d’élever les compétences et le niveau de qualification des personnels dans l’intérêt des enfants, des élèves et des familles.

La création de l’Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education de la Polynésie française (ESPE) concourt directement à la réalisation de cet objectif primordial pour le développement économique et social de la Polynésie française et pour la réduction de la fracture scolaire.

Les trois parties prenantes de la convention reconnaissent ainsi les principes suivants :
-La naissance de l’ESPE de la Polynésie française est une opportunité majeure et un levier essentiel pour atteindre les objectifs de performance assignés par la Charte de l’éducation, dans l’intérêt des enfants, des élèves et des étudiants de la Polynésie française,
-Conformément à l’arrêté relatif à l’accréditation de l’ESPE du 16 septembre 2014, et d’un commun accord entre les parties, la conception et le pilotage des actions de formation continue sont confiés à l’ESPE de la Polynésie française, la Polynésie française conservant la responsabilité de sa mise en œuvre.

La convention portant extension et adaptation à la Polynésie française des conditions de mise en œuvre en Polynésie française de l’indemnité pour mission particulière dans le second degré de l’enseignement public et de l’enseignement privé sous contrat avec l’Etat.

Le dernier décret relatif aux obligations de service et aux missions des personnels enseignants exerçant dans un établissement public d’enseignement du second degré définit une mesure d’interdiction de déploiement des heures supplémentaires annualisées (HSA) et des heures supplémentaires effectives (HSE) pour des activités autres que celles qui sont réservées au face à face pédagogique avec les élèves. Toute activité autre sera dorénavant rémunérées par le biais d’une indemnité de mission particulière (IMP).

La création de l’IMP répond aux objectifs de transparence dans les règles d’attribution des primes, de publicité des mesures individuelles et de développement du dialogue social. L’attribution de l’indemnité pour mission particulière devra être débattue au sein des conseils d’établissement des collèges et des lycées, et validée par le ministère de l’Education.

Rédigé par Présidence de la Polynésie Française le Jeudi 13 Août 2015 à 08:00 | Lu 582 fois






1.Posté par JacquesAdi le 13/08/2015 18:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La fracture scolaire c'est la conséquence de la fracture sociale, alors tout cela n'aura pas plus d'effet qu'un emplâtre sur une jambe de bois.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance