Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Rencontre syndicalistes / gouvernement : c'est le clash !



La rencontre s'est tenue bien après 14h30 ce mardi après-midi
La rencontre s'est tenue bien après 14h30 ce mardi après-midi
PAPEETE, le 03/05/2016 - Une rencontre a eu lieu ce mardi après-midi entre les organisations syndicales, la CPS et le gouvernement, pour discuter entre autres, de la réforme de la PSG. Mais au bout d'une demi-heure, l'intersyndicale a claqué la porte. Ils ne sont pas d'accord de la réaction non pas du gouvernement, mais d'un de leurs confrères, le syndicat A TIA I MUA.

Rien ne va plus entre les organisations syndicales (O Oe To Oe Rima, CSTP-FO, CSIP, Otahi) et leurs confrères du syndicat A Ti'a i mua. La rencontre organisée hier après-midi par le gouvernement sur la réforme de la PSG a été avortée au bout d'une demi-heure.

"Les esprits se sont échauffés parce qu'il y a un syndicat qui participe à la discussion d'aujourd'hui et nous sommes contre leurs propositions. Donc, le ton est monté et ce n'est plus la peine de rester autour de la table, malgré le fait que le président ait tenté de calmer les esprits", raconte Lucie Tiffenat de Otahi.

"Ronald était en train de citer le nom de A Ti'a i mua en citant des mensonges concernant nos propositions, je lui ai répondu de ne pas parler de nos propositions, mais des leurs, c'est tout ce que j'ai dit. Je suis intervenu pour lui dire de ne pas parler en notre nom, c'est à nous de parler pour notre syndicat. Qu'il parle de leurs propositions parce que je ne sais pas ce qu'ils veulent proposer. Et c'est là que Mahinui s'est levé et il a dit : dans ce cas, boxons alors. Et je lui dis si c'est ce que vous voulez, allons-y ", justifie Jean-Marie Yan Tu, de A Ti'a i mua.

"Quand une personne parle, on prend des notes et par la suite on lui dit notre position. Mais il ne faut pas couper la parole et c'est ce qui s'est passé aujourd'hui. Nos collègues de A Ti'a i Mua n'ont pas cessé de couper la parole et s'ils ont fait cela, c'est parce que la personne qui parle a dit quelque chose de vrai. C'est durant ce genre de rencontre que chacun peut donner son avis, donc laissez les gens parler", répond Mahinui Temarii de la CSTP-FO. "A Ti'a i mua considère que seules leurs propositions peuvent sauver la CPS. Nous, on dit non. On ne peut pas discuter avec ces gens-là qui sont déjà d'accord avec le Medef et le gouvernement", rajoute Ronald Terorotua de O Oe To Oe Rima.

Spectateur de ces chamailleries, le président du Pays n'a pas compris grand-chose au débat du jour. "Je les avais réunis tous ensemble aujourd'hui pour que l'on définisse une méthode de travail et leur rappeler que pour le moment je n'ai pas de projets malgré les ateliers que nous avons mis en place. Finalement, je me suis retrouvé entre deux feux, les uns attaquant les autres, et A Ti'a i mua qui s'est fait remballé par les autres", précise Edouard Fritch. "J'étais dans l'incapacité totale de prendre position pour les uns ou pour les autres. Je voulais juste faire un tour de table. Une personne est intervenue puis une deuxième et ça a commencé à s'accuser les uns les autres et voilà, à la polynésienne, si vous voulez."

Cependant, le président du Pays assure être toujours ouvert aux discussions avec les syndicalistes. "On est prêt à discuter avec le président sur nos points revendicatifs et si cela ne plaît pas à A Ti'a i mua on ne va pas pleurer parce qu'on ne va pas les inviter", assure Ronald Terorotua, de O Oe To Oe Rima.

Un préavis de grève général a été déposé ce mardi matin dans plusieurs entreprises. Dix points de revendications ont été mis en avant, dont la réforme de la PSG II. Syndicalistes et gouvernement ont cinq jours pour trouver un accord, sans quoi le préavis sera effectif lundi à 00 heures. Du côté du patronat, le Medef précise que les revendications posées "sont d’ordre général et dépassent le cadre de l’entreprise" mais pour "démontrer notre esprit d’ouverture et de dialogue", les organisations patronales sectorielles "recevront les organisations syndicales signataires du préavis de grève au siège du Medef le vendredi 6 mai à 9 heures".

Une demi-heure plus tard, les syndicalistes ont quitté la table des négociations
Une demi-heure plus tard, les syndicalistes ont quitté la table des négociations

Mahinui Temarii
CSTP-FO

"On ne pouvait plus rester dans la salle"


"C'est la première fois que je vois cette personne réagir ainsi. Nous avons déposé les préavis de grève et on a l'impression qu'ils veulent des conflits dans ce Pays. Aujourd'hui, nous attendons que le Président nous convoque à nouveau parce que si les discussions se sont mal terminées, ce n'est qu'à cause d'un syndicat. On ne pouvait plus rester dans la salle."

Jean-Marie Yan Tu
A ti'a i mua

"A eux d'assumer leurs actes"


"Jamais je n'aurai pensé que des syndicalistes réagiraient ainsi. Ils ont déposé un préavis de grève, ce n'est pas mon problème et A tia i mua ne fait pas partie de l'intersyndicale. Cela fait un an que nous voulons travailler avec le Pays, afin de trouver des solutions pour sauver la CPS. Avec ce qui s'est passé aujourd'hui, c'est à eux à assumer leurs actes et leurs propos. Qu'ils n'aillent pas dire que nous sommes à l'origine de ces conflits."

Edouard Fritch,
Président de la Polynésie Française

"On vient faire les imbéciles devant moi"


"Il y a des dimensions qui me dépassent. S'ils veulent venir je suis à leur disposition. Ils sont tous préoccupés par la PSG, il faut voir l'origine de ce qui fait qu'aujourd'hui, il y a une mésentente. Je vais réunir le gouvernement en séminaire très bientôt pour que l'on donne des orientations. Certaines personnes en font des cauchemars le soir, mais je n'ai jamais parlé d'impôts sur le revenu, c'est un mensonge, encore une fois pour pouvoir faire retarder cette discussion sur la PSG, qui devient de plus en plus urgente. Tout à l'heure, il y a un point commun qui a été exprimé par les uns et les autres : c'est depuis 2004 que ce chantier devait se tenir et que l'alerte est donnée. Nous sommes en 2016 et on va aller chipoter sur des choses pareilles ? Je déplore ce genre de situation. On s'est beaucoup plaint parce que j'étais auprès de Manuel Valls et que je n'étais pas là le 1er mai et quand je suis là, on vient faire les imbéciles devant moi."


Rédigé par Corinne Tehetia le Mardi 3 Mai 2016 à 18:07 | Lu 4124 fois

Tags : PSG, SYNDICATS






1.Posté par Pito le 03/05/2016 20:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quand on a à faire à des imbéciles on ne peut espérer mieux.........les syndicats de l'intersyndicale ne sont pas là pour discuter mais simplement pour tout casser et mettre le pays à plat. Tout cela est bien triste et montre à quel point le syndicalisme est bien nul.

2.Posté par TUTERAI58 le 03/05/2016 22:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pitoyable,minable,piteux et j'en passe,des qualificatifs pour dénommer une telle attitude sont nombreux et pas des plus valorisant.Juste une question,pourquoi déposer un préavis de grève s'il y a dialogue?J'essaie de comprendre leur logique mais j'ai du mal a en trouver une.SVP messieurs les syndicalistes bedonnant (a voir vos estomacs vous faites pas pitié)éclairez ma lanterne parce que je ne comprends plus rien a rien vu que ce n'est pas la faute du gouvernement si la séance a été levée (dixit mahinui)

3.Posté par Hirinake le 04/05/2016 01:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mahinui et Galenon vous etes grandes gueules quand vous etes entoures de vos gros et gras bras..mais tous seuls des vrais trouillards et Yan Tu il a porte la demonstration: Moa Tito pae fare ma.

4.Posté par domi le 04/05/2016 06:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Correction
Ce n est pas le syndicalisme qui est en cause mais la PRATIQUE imbecile de celui -ci par un certains nombres de leurs représentants qui n ont plus rien de représentatifs par ailleurs

Bonne journee a toutes et tous

5.Posté par McLeo le 04/05/2016 06:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les Galenon, Terorotua, Mahinui se croient tout-puissants.
Ils ont intérêt à bien réfléchir : il n'y a q'un seul TOUT-PUISSANT.

6.Posté par paku le 04/05/2016 07:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

quand c'est quelqun qui est condamné pour emploi fictif qui défend des salariés on est dans la merde.

7.Posté par Pascal le 04/05/2016 07:43 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oui je suis d''accord, ce n''est pas dans la rue que vont se régler les problèmes de la PSG.
Si la grève est un droit, la libre circulation aussi. J''espère que M. Le haut commissaire sera garant de ce droit vu ce qui se profile.

8.Posté par Attention ! le 04/05/2016 09:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Combien de personnes adhèrent réellement à un syndicat en Polynésie ?

Sont-ils représentatif du monde du travail ?

Combien de travailleurs indépendants (patentés) face de ces rigolos ?

Pouvez-vous chers journalistes mettre des chiffres ?

9.Posté par jeremy le 04/05/2016 09:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Au lieu de subventionner ces organisations et leurs dirigeants bas de plafond avec de l'argent public, c'est à dire nos impôts, laissons vivre ces syndicats avec les seules cotisations des adhérents. Il seraient amenés à se serrer la ceinture et, éventuellement, à cultiver un eu de matière grise. Le système actuel de subvention des syndicats amène à financer des saboteurs sociaux, incapables de dialoguer sérieusement dans l'intérêt général de la société, et uniquement attachés à la défense de leurs petits intérêts corporatistes. Arrêtez les subventions !

10.Posté par Kriss le 04/05/2016 09:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ils pensent sauver l'économie du pays alors qu'ils ne sont même pas capables de discuter comme des personnes sensées ! Bandes de privilégiés immatures !!

11.Posté par tonton le 04/05/2016 09:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dit papa, c'est ça qu'on appelle des c... ? C'est un peu débile et puérile comme attitude, non ?

12.Posté par tortue verte le 04/05/2016 10:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le président Fritch a autre chose à faire que d'écouter des gens se disputer comme des gamins !
C'est vraiment grave ça, les gars se titillent sur des points totalement futiles, ils ne s'écoutent même pas parler. Et ce sont nos représentants élus ? Faut les virer !

13.Posté par taramea le 04/05/2016 11:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

jeremy : tout à fait d'accord avec toi, sur les subventions aux syndicats, seul le syndicat A TIA I MUA, pendant des années demandent au gouvernement de NE PLUS PAYER LES SUBVENTIONS aux SYNDICATS, et là, on verra qui c'est le vrai syndicat, qui est là, non pas pour les subventions suivant le nombre d'élus, mais pour la vrai défense des salariés. A TIA I MUA est d'accord pour ce que tu viens d'écrire jeremy.

14.Posté par tavai le 04/05/2016 11:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On est vraiment entouré d'une bande de rigolos!.
Et dire que ce sont les représentant des travailleurs!

C'est une méthode d'intimidation très connue chez les syndicalistes.
On met la pression par tous les moyens jusqu'à ce que l'adversaire craque! puis on discute dans le calme pour aboutir à la signature d'un protocole.
Sauf que là, ils se retrouvent face à face; donc il va y avoir de la bagarre...
J'espère malgré tout qu'ils vont réussir à s'entendre pour le bien de tous. On est tous dans le même bateau...

15.Posté par taramea le 04/05/2016 11:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ces 4 syndicats, lorsqu'ils viennent en négociation, ils sont accompagnés de plusieurs personnes qui n'ont rien à voir dans les discussions (gros bras), ces responsables syndicaux ont peur de qui, de quoi ? Chaplin mà;

16.Posté par Tematangi le 04/05/2016 12:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La Faranésie, putréfié jusqu'à la moelle des os...niveau intellectuel des politiciens, des syndicalistes, des entrepreneurs, des journalistes, des enseignantes...pitoyable, aucune vision d'un avenir à l'échelle d'un petit pays perdue dans le pacifique, que la mégalomanie .... le grand vide total et la soif d'être reconnue....très bel résultat du lavage des cerveaux durant 140 ans de domination étrangère ...et c'est la jeunesse d'aujourd’hui qui payerat le prix, cher....

17.Posté par Sapidus le 04/05/2016 12:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Voilà, nous pouvons constater une fois de plus l'incompétence et la façon de faire des centrales syndicales de la place.

Combien de personnes adhèrent réellement à un syndicat en Polynésie ?
Il y en a quand même pas mal, mais en règle générale ils sont représentatifs des plus grosses boites et surtout ils subissent l'incroyable... manipulation des représentants syndicaux d'ici.
Il faut le voir, enfin l'entendre pour le croire.

"Finalement, je me suis retrouvé entre deux feux, les uns attaquant les autres, et A Ti'a i mua qui s'est fait remballé par les autres"
Trop forts ces syndicalistes... et dire que pas mal de travailleurs cotisent pour eux et se font embobiner...

18.Posté par Tokerau le 04/05/2016 14:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Arrêtez de prendre la population pour des idiots et vous faire passer pour des défenseurs des petits salariés !
Taahoa roa de ces Galenon et Terorotua !! Pense qu'à leur gueule et à leur fric !
"On veut dialoguer, mais on s'en va en plein milieu de la discussion"
"On veut rediscuter des termes mais on fait grève"
Après ils demandent aux salariés de faire la grève mais qui va payer dégats colatéraux de cette grèves ? Eux ? Aita eux ils vont toucher leur retraite et leur prime CESC HOA IA !

TAAHOA ROA !

19.Posté par Haureva le 04/05/2016 14:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci poste 9, qu'on arrete de donner des subventions à ces organisations syndicales. Elles ne méritent pas du tout. Laissez les continuer à fonctionner avec les seules cotisations de leurs adhérents. Aussi, c vrai, le Galenon, qui fait son cinéma de "boxeur", arrete, si tu avais essayer de "fata" avec mon ami Piko, tu ne seras pas resté longtemps debout, "Tahua i raro", meme si Piko n'est pas grand, tu ne le connais pas dans ce domaine. Faut pas te faire "faahua" l'ami!! Au lieu de faire votre mariole devant les médias, allez pai discuter avec le gouvernement et avec A tia i Mua, et trouvez vous une entente!! c'est dans les discussions qu'on peut trouver des solutions et faire avancer les choses, vous etes des "moa tito pae fare, faaite hoa pai" que vous avez des boules de pétanque dans vos "piripou" et non des balles de ping pongs. Allez les gars, revenez à la table de discussion, "faaea na de haama'au to outou" neurones! Venez les démontrer à la table de discussion!!

20.Posté par Kaina54 le 04/05/2016 15:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tout à fait d'accord Alex @ 9
Arrêtons de leurs donner des millions de subventions, qu'ils vivent avec les cotisations de leurs membres.....
Et en Vera s'ils sont aussi virulent a défendre les cotisants.......
Soit disant ils sont là pour défendre les droits des travailleurs.... C'est grâce à ces dirigeants syndicales que les emplois sont supprimés .... Les Patrons on en marre des pressions et grèves à répétition durant toute l'année organisés par ces dirigeants syndicale.
Que le Président du Pays arrête de leurs octroyer chaque année des subventions.......
Dirigeants syndicales, vous êtes tous des menteurs et beaux parleurs.....
J'arrête là avant d'écrire des mots qui fâche......

21.Posté par coyote le 04/05/2016 17:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Raihere Dudes prochaine tête de liste aux élections syndicales, faut des compétences dans ce domaine ! lol

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance