Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Rejets de plutonium dans la Loire: la plainte contre EDF classée sans suite



Blois, France | AFP | samedi 01/10/2016 - Le parquet de Blois a classé sans suite une plainte déposée contre EDF pour pollution au plutonium des eaux de la Loire, après un accident survenu en 1980 à la centrale de Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher), a-t-on appris samedi de source judiciaire.

Le procureur de la République de Blois, Frédéric Chevallier, a décidé de classer la plainte déposée par l'association l'Observatoire du nucléaire faute d'éléments probants.

"L'enquête confirme que du plutonium a été rejeté en faibles quantités jusqu'en 1985, mais sans que cela n'ait présenté de risques ni pour les riverains, ni pour la faune et la flore. Toute trace a disparu aujourd'hui", a-t-il déclaré à un correspondant de l'AFP.

Une enquête avait été ouverte en juillet 2015 après une plainte de l'Observatoire du nucléaire pour délit de pollution des eaux, suite à des révélations de Canal Plus.

Dans un reportage diffusé deux mois avant, la chaîne cryptée avait interrogé un ancien cadre d'EDF à propos de l'accident nucléaire survenu le 13 mars 1980 dans l'un des réacteurs de la centrale de Saint-Laurent-les-Eaux. Dans ce reportage, Canal Plus accusait EDF d'avoir procédé au rejet délibéré dans l'environnement des matières radioactives concernées par l'accident, dont du plutonium.

Le parquet, qui a instruit la plainte, a saisi l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique.

Interrogé par les enquêteurs le 3 août 2015, Stéphane Lhomme, directeur de l'Observatoire du nucléaire, avait rappelé que l'incident de 1980 était certes connu, mais que le caractère, selon lui délibéré, de ces rejets, l'était moins.

Pour établir si ces rejets ont eu ou non une incidence sur la population et l'environnement proches de la centrale, la justice s'est tournée vers l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), auteur de plusieurs rapports sur le sujet.

Selon cet organisme, "i[les études radioécologiques décennales réalisées en 1993 et en 2003 pour le compte d'EDF montrent que les quantités de plutonium mesurées […] en amont et en aval de Saint Laurent-des-Eaux sont similaires et du même ordre de grandeur que celles mesurées en amont et en aval des autres sites nucléaires d'EDF. Les traces des rejets de 1980 ne sont donc plus perceptibles dans la Loire dès 1994.]i"

Cependant, un autre rapport a été publié par le même organisme en mars 2016, suite à un prélèvement sédimentaire effectué le 21 juillet 2015 à Montjean-sur-Loire, près d'Angers. Ce rapport indique lui la présence de plutonium qui "pourrait avoir pour origine" les accidents survenus à Saint-Laurent-des-Eaux.

cor-hdu/jlv/bma

Rédigé par AFP le Samedi 1 Octobre 2016 à 08:22 | Lu 310 fois







1.Posté par tahia le 02/10/2016 22:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le cop égale à lui même, toujours les pieds dans la mer.. et maintenant la tête dans le c..

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies