Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Régis Carre, les bijoux dans la peau



Régis Carre est en Polynésie depuis 23 ans.
Régis Carre est en Polynésie depuis 23 ans.
PAPEETE, le 9 octobre 2016 - Jeudi dernier, l'artisan a remporté le premier prix du concours "Tahitian Pearl Creations", organisé par la TPAFP (Tahitian Pearl Association of French Polynesia). Une belle reconnaissance pour ce quadragénaire qui exerce ce métier depuis plus de 20 ans.

L'euphorie de la victoire ne s'est pas éteinte au lendemain de la remise des prix. Dans son atelier de la rue Paul Gauguin, Régis Carre est toujours sur son "petit nuage". Le bijoutier-joaillier a remporté ce jeudi le premier prix du concours "Tahitian Pearl Creations", organisé par la TPAFP (Tahitian Pearl Association of French Polynesia). Sa bague "souffle de mer" a séduit le jury. "C'est une bague avec des saphirs roses, des papillons en or et bien sûr, une perle de culture au milieu. C'est une pièce de collection", détaille Régis Carre.

L'artisan manipule son œuvre avec précaution et bienveillance. Le fruit de son travail rayonne dans son atelier-boutique. L'homme au crâne rasé ne peut cacher son excitation. Ce premier prix est une reconnaissance, il ne pouvait pas espérer mieux. "J'ai déjà fait plusieurs concours et obtenu des prix. A chaque fois, ça redonne un peu de souffle, s'exclame le créateur, avant de fixer un petit diamant sur un nouveau bijou. J'ai l'impression de faire du bon travail." Un travail qu'il exerce depuis 30 ans, toujours animé par la même passion.

LA CONQUÊTE DE LA PERLE

Régis Carre a appris son métier en métropole. A Paris, une fois son CAP de bijoutier/joaillier en poche, il a enchaîné les contrats dans différentes entreprises. Cartier, Tiffany's and Co ou Hermès, le joaillier s'est fait la main en travaillant avec les grandes maisons.

En mai 1993, l'artisan est venu en vacances à Tahiti. Il n'a jamais pris son vol retour. "Mon ami me disait que je trouverai du travail facilement ici car il y a avait plein de perles noires", se souvient le Polynésien d'adoption.

Après quelques semaines de voyage dans les îles, Régis Carre entre comme employé dans l'atelier de Patrick Guitard. "Pour moi, c'est la meilleure main du territoire…", confie-t-il. Le quadragénaire a trouvé son maître. Pendant un peu plus de six ans, il affine son style à ses côtés, apprend à travailler la perle et les métaux précieux.

Quelques années plus tard, l'élève prend son envol. Il s'installe à son compte et s'associe à un ami. Carre bijoutier/joaillier est né. "Nous avons monté l'entreprise avec un ami. Malheureusement, il y a eu la crise de la perle noire quelques mois plus tard… C'était un peu compliqué. J'allais chercher du travail dans la rue, il n'y avait que cette manière là d'en avoir", se souvient le bijoutier.

Depuis plusieurs années, Régis travaille seul. "Quand mon ami Bruno est parti, jen'ai jamais voulu reprendre quelqu'un. C'est trop compliqué de trouver une personne qui a les compétences pour faire ce métier…"

INNOVER ET CRÉER

La bague "Souffleur de vie".
La bague "Souffleur de vie".
Les années ont passé, Régis Carre s'est fait un nom dans le monde du bijou. Il s'est aussi forgé un caractère. Prêt à affronter les tempêtes qu'impose la profession, il se protège, dans son atelier, entouré d'émeraudes et de perles noires, et ne cesse de créer. Régis Carre rallume la petite lumière au-dessus de son établi. Il se munit d'une pince grise en métal et se remet au travail. "Ceci est un collier que j'avais fait pour une cliente, avec des pierres précieuses et une perle noire au bout mais elle en a préféré un plus simple. Je lui en ai refait et celui-ci, je vais le retravailler. Je ne sais pas encore exactement ce que je vais faire mais j'ai pas mal d'idées en tête…"

Innovation, création et Inspiration sont ses maîtres mots. Dans un milieu comme le sien les artisans doivent savoir se démarquer. "C'est un très beau métier que je fais. Mais, malheureusement, il a été dévalorisé à une certaine époque. Je suis encore écœuré aujourd'hui quand je vois ces bacs de perles dans les bijouteries où les clients peuvent choisir eux-mêmes leurs perles… Ce n'est pas normal! Joaillier, c'est un boulot de précision, nous travaillons au 10ème près."

Régis Carre a toujours eu cette profession de foi même dans les moments les plus difficiles. Après quelques passages à vide, le créateur a su reprendre du souffle et continuer ce métier. Une passion, qu'il n'est pas près d'abandonner.

Bio express

- 25 novembre 1970 : naissance en métropole
- 1986 à 1989 : études à Paris
- 1989 à 1993 : premiers emplois dans les bijouteries parisiennes.
- 17 mai 1993 : arrivée à Tahiti
- 2000 : ouverture de Carre bijoutier/joaillier

Les lauréats du concours Tahitian Pearl Creations

L’objectif du concours initié par le ministère de la relance économique et l'association Tahitian Pearl Association of French Polynesia est de mettre en avant les créateurs de Polynésie française et d’encourager la créativité en utilisant la perle de culture de Tahiti et les matériaux précieux. Les critères retenus pour évaluer chaque bijou étaient la technique de réalisation, l’attrait commercial du produit, ainsi que son originalité.

Le jury a désigné les cinq lauréats dans les deux catégories suivantes : les bijoux de plus de 100 000 Fcfp et les bijoux de moins de 100 000 Fcfp.

- Régis Carre a remporté le premier prix dans la catégorie bijoux de plus de 100 000 Fcfp.

- Jean-François Ferrandon a remporté le 2ème prix dans la catégorie bijoux de plus de 100 000 Fcp avec son pendentif « fourreau précieux de perles vanillées ». Les membres du jury ont particulièrement apprécié l’originalité du mélange perle et vanille de Tahiti.

- Le 1er prix du bijou de moins de 100 000 Fcfp est remporté par Olivier Roussely et sa bague "Spirale" très élégante, aux finitions parfaites.

- Le 2ème prix du bijou de moins de 100 000 Fcfp revient à Thomas Lorillou avec sa bague pendentif "Equilibrium", sobre et chic à la fois.

Rédigé par Amelie David le Dimanche 9 Octobre 2016 à 14:51 | Lu 1991 fois






1.Posté par manureva le 10/10/2016 08:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Personne n'a mis de rebuts???? pourtant c'est ce que prévoit la prochaine loi de pays...
Si les joailliers ne les utilisent pas, ce n'est pas pour rien....!!!!
C'est vrai que ça ne ferait pas une belle promotion pour la perle de Tahiti!!!
Bravo pour les créateurs et leur travail...

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 20 Novembre 2017 - 18:35 Le salon du livre 2017 : "une réussite"

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance