TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Réaction des associés minoritaires de la SEM Haapape à la suite du jugement de la cour administrative d'appel de Paris




A la suite du jugement rendu à la fin du mois de janvier 2013 par la cour administrative d'appel de Paris au sujet de la SEM Haapape qui assure la distribution de l'eau sur la commune de Mahina, les associés minoritaires ont souhaité réagir à cette information et ont transmis le communiqué de presse suivant que nous diffusons in extenso

COMMUNIQUE DE PRESSE

Les associés minoritaires de la SEM HAAPAPE constatent, avec plaisir, que, pour la 4ème année consécutive, l'eau fournie aux habitants de MAHINA, est potable à 99% (une seule analyse non conforme sur toute l'année due à un éboulement). La stabilité de la qualité de l'eau fournie aux habitants est le résultat du choix fait, en 2007, par l'ancienne direction (avant l'équipe JAMET), d'abandonner le captage en surface (rivières) qui donnait l'eau chocolat et souvent non potable et de le remplacer par des forages en profondeur, car l'eau captée en profondeur bénéficie d'un pré-traitement en étant naturellement filtrée par le sol.

Ce choix devait s'accompagner de la création d'une centrale hydroélectrique pour diminuer le coût du pompage en profondeur et donc diminuer les prix de l'eau, au bénéfice des habitants de la commune (l'électricité représente 75% de la totalité des charges de distribution d'eau potable).

Malheureusement, comme la presse l'a annoncé semaine dernière, la récente décision de la Cour Administrative d'appel de Paris, qui fait suite à la procédure de M.HELME et son association Haapape a Ara, remet en cause l'installation de cette centrale hydroélectrique, puisqu'elle annule un arrêté du Conseil des ministres de mars 2010 portant approbation «de la convention et du cahier des charges de la concession des forces hydrauliques relatif à l'aménagement et l'exploitation des forces hydrauliques dans la vallée de Ahonu».

Il faut préciser que le motif de cette annulation n'est pas la protection de l'environnement, puisqu'au contraire cette centrale au fil de l'eau, dûment autorisée après étude d'impact et enquête publique, aurait participé au développement durable. Ce n'est pas non plus la défenses des intérêts des habitants de la commune de Mahina, puisque cette hydroélectricité aurait permis la maîtrise des tarifs de l'eau potable. Le seul argument qui a été retenu, en deuxième instance à l'appui de l'action de l'association, c'est qu'il n'y pas eu de "mise en concurrence" pour l'attribution de cette concession de force hydraulique par le Pays.

Mais il faut rappeler que le tribunal administratif de Papeete, en première instance, avait reconnu le bien fondé de l'autorisation accordée à la SEM. En outre, il ne s'agit nullement de déléguer un service public, mais, pour la commune à travers la SEM, de réutiliser un captage communal qui existait déjà dans la rivière Ahonu non plus pour utiliser directement l'eau sur le réseau de distribution mais pour entrainer une turbine permettant de faire tourner à moindre frais des pompes de forage pour garantir la qualité de l'eau distribuée.

Ainsi par l'action de l'association Haapape a Ara, les habitants de MAHINA seront privés de la possibilité de payer moins cher leur eau potable, puisque la SEM HAAPAPE ne pourra plus installer la centrale hydroélectrique qui aurait permis de diminuer le coût de production de l'eau potable.

Cette décision malheureuse, va également permettre à la nouvelle équipe dirigeante de la SEM HAAPAPE, emmenée par le Maire JAMET, d'affirmer qu'avec l'impossibilité de construire cette centrale hydroélectrique, il faut revenir en arrière pour faire des économies d'électricité, en arrêtant les forages et en reprenant la captation des eaux de surface, alors que cette
technique a démontré, par le passé, qu'elle ne permettait pas d'assurer la stabilité de la potabilité et de la qualité de l'eau.

Par ce choix la nouvelle équipe JAMET démontrera qu'elle fait cause commune avec l'association Haapape a Ara, à telle point que M.JAMET n'avait pas hésité à désigner l'épouse du Président de cette association, ennemi juré de la SEM HAAPAPE, comme PDG de notre SEM, "en vue de faire aboutir la promesse électorale de dissolution de cette société"(extrait du courrier adressé par Madame Helme à Monsieur Jamet rapporté par la Dépêche du mercredi 31/10/2012).

Leur but commun étant d'anéantir la SEM HAAPAPE, pour la remplacer par une régie municipale, ce alors qu'entre 1990 et 2007, c'est déjà une régie municipale qui s'était montrée incapable de fournir de l'eau potable aux habitants de la commune, comme le relevait le 21/09/2012 le rapport de la Chambre Territoriale des Comptes : "les résultats de la gestion en régie ont été très médiocres. Le réseau principal, en raison de la très mauvaise qualité des eaux de captage d'Ahonu ... distribuait une eau impopre à la consommation ».

Les actionnaires minoritaires de la SEM HAAPAPE souhaitaient réaffirmer qu'ils sont opposés à ces décisions, qui vont à l'encontre des intérêts des habitants de la Commune, tout comme ils se sont opposé à la disparition de la SEM HAAPAPE qui a prouvé, depuis 2009, qu'elle s'acquitte de sa mission principale : fournir une eau constamment potable .

Rédigé par Communiqué de presse actionnaires privés SEM Haapape. le Lundi 25 Février 2013 à 17:01 | Lu 460 fois

Tags : SEM HAAPAPE


Notez

Sports | SportLive | Parau Ha'uti | OPEN | La video de la semaine | En exclu sur TAHITI INFOS | Faire-parts | Décès | Mieux comprendre | La tribune politique | Expression libre | CCISM | Le savez-vous? | SERVICES | Archives | TIFO, la monarquenovela | programme TV | Evènement | Observatoire des Prix | Tiki