Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

RSPF : l’Etat maintient sa participation financière en 2018



PARIS, le 28 septembre 2017- Comme le souhaitait Edouard Fritch, la ministre des Outre-mer a confirmé une rallonge de la participation de l’Etat au financement du RSPF l’année prochaine à hauteur de 1,4 milliard Fcfp.

Le budget Outre-mer pour l’année 2018, présenté ce jeudi matin à Paris par Annick Girardin, s’annonce comme un budget plein de bonnes nouvelles pour la Polynésie.
Ces dernières années, les parlementaires polynésiens avaient dû batailler pour que la Dotation globale d’autonomie ne soit pas diminuée. Cette fois, c’est confirmé avant même les débats au Parlement :"La DGA, c’est 90 millions d’euros (près de 10,8 milliards Fcfp) qui sont maintenus, comme le souhaitait le président Edouard Fritch", a confirmé la ministre des Outre-mer.

Surtout, le président du Pays espérait une prolongation d’un an de la participation financière de l’Etat au Régime de solidarité de la Caisse de prévoyance sociale (RSPF), le temps de renégocier une nouvelle convention, puisque le précédent accord triennal prend fin en décembre cette année. Sur ce point aussi, le Pays a obtenu gain de cause : 12 millions d’euros (1,4 milliard Fcfp) viendront participer au financement de la protection sociale pour les plus démunis, l’an prochain. Cette rallonge "est là et elle est financée", confirme Annick Girardin.

C’est le sénateur Nuihau Laurey qui a eu la primeur de cette information, lors d’un petit-déjeuner avec la ministre, ce jeudi matin, avec l’ensemble des parlementaires qui seront rapporteurs du budget outre-mer au Sénat et à l’Assemblée nationale.
"C’est une bonne nouvelle, s’est réjouie la députée Nicole Sanquer, croisée salle des Quatre colonnes du Palais Bourbon. L’Etat s’était engagé et a tenu son engagement".

Lors du précédent quinquennat, il était beaucoup question de rétablir des relations de confiance avec l’Etat. Cette période semble bel et bien terminée. "Nous avons cette écoute depuis quelques années sur les attentes de la Polynésie. Le budget 2018 vient confirmer ce partenariat et ces relations de confiance qui sont réaffirmées aujourd’hui" , ajoute-t-elle.

Ces discussions budgétaires avaient commencé dès la rencontre entre Edouard Fritch et le Premier ministre, Edouard Philippe, au lendemain des élections législatives. "Très franchement, nous avons de très bonnes relations avec la majorité et le gouvernement", confirme la députée Maina Sage. "Durant le dernier quinquennat, nous avons démontré que nous savions travailler en bonne intelligence et on a fait avancer les sujets pour le bien de la Polynésie" , se souvient-elle, heureuse de "ce lien de confiance qui se renforce".

Le troisième député polynésien, le souverainiste Moetai Brotherson, se satisfait aussi du maintien de l’Etat au financement du RSPF : "Quand l’Etat tient ses promesses, c’est tout à son honneur." Mais il ajoute tout de même que "cela ne change rien aux faiblesses structurelles de notre société. Le statut d’autonomie nous maintient dans une posture de la main tendue".

Rédigé par Serge Massau, à Paris le Jeudi 28 Septembre 2017 à 05:23 | Lu 1351 fois





Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 24 Novembre 2017 - 09:52 Carnet de voyage:« Gatae », l’or vert de Ahe

Vendredi 24 Novembre 2017 - 09:44 Teva Rohfritsch défend l'économie bleue à Paris

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance