Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Publicité sur les boissons sucrées : les professionnels dubitatifs face à la hausse de la taxe



PAPEETE, 27 novembre 2016 - Le syndicat de l’imprimerie, de la presse et de la communication (SIPCOM) s’inquiète des effets contre-productifs de la forte augmentation envisagée de la taxe sur les messages publicitaires liés aux produits sucrés et aux boissons alcoolisées.

Un projet de loi fiscale prévoit de multiplier par 8 (de 5 % à 40 %) la taxe sur les messages publicitaires liés aux produits sucrés et aux boissons alcoolisées. Cette taxe s’appliquera y compris sur les messages de publicité conçus et réalisés en Polynésie française avec pour base d’imposition le prix des messages publicitaires diffusés. Un projet de modification du code des impôts doit être soumis à l’examen des représentants polynésiens, jeudi 1er décembre en préambule de l’examen du budget prévisionnel 2017. Elle devrait être adoptée sans problème compte avec les voix de la majorité Tapura Huiraatira. Les mesures devraient entrer en application dès le premier janvier 2017.

Le Pays entend s’attaquer à la promotion des produits pour soutenir la politique de santé publique en matière de prévention, mais le syndicat de l’imprimerie, de la presse et de la communication (SIPCOM) redoute que cette mesure ne s’illustre à ses dépens par des pertes économiques considérables, dans un contexte déjà sinistré, en conduisant les annonceurs à déplacer leur effort vers la promotion directe ou la publicité sur lieu de vente (PLV).

"Nous tenons à attirer votre attention sur une telle disposition qui serait catastrophique pour notre profession (…) et dont les effets seront désastreux en matière d’emploi", s’indigne un courrier adressé à Edouard Fritch le 21 novembre par le président du SIPCOM, Dominique Auroy. "Cette mesure sera sans aucun effet réel", estime-t-il en prévoyant le déplacement d’une partie des budgets traditionnellement consacrés à la publicité vers des opérations de promotion directe, alors que "les visuels de ces marques sont déjà présents sur les snacks, roulottes, enseignes de frigo, PLV, stores, ainsi que sur de nombreux autres supports" et "les réseaux sociaux seront également mis à contribution pour faire la promotion".

Question de santé publique

Le SIPCOM invite le gouvernement au dialogue : "Si vous persistez dans une telle mesure, il conviendrait qu’elle soit reportée afin qu’elle puisse être étudiée globalement avec l’ensemble des intervenants privés et publics". Pour l'instant aucune entrevue n'est programmée.

Le gouvernement prépare en outre un projet de loi du pays sur la fiscalité spécifique à la prévention. Ce dernier, non encore présenté en commission à l’assemblée, vise à augmenter les taxes sur les boissons les sucrées et devrait entraîner dès son entrée en application une hausse du prix à la vente de ces produits d’au moins 25 %. Cet autre projet de texte provoque la rage des industriels et des commerçants locaux, comme le soulignait jeudi nos confrères de TNTV.

Les recettes fiscales nouvelles générées par ces deux mesures sont estimées à 500 millions Fcfp par an et seront intégralement didiées au financement de la Protection sociale généralisée, via le Fonds pour l’emploi et la lutte contre la pauvreté (FELP).

Il demeure que la consommation excessive de sucre pose un réel problème de santé publique. En 2014, 36 799 personnes, soit 13,6 % de la population polynésienne, étaient prises en charge au titre d’une longue maladie, pesant pour plus de la moitié des 51,3 milliards Fcfp de dépenses de santé de la collectivité. Cet effectif est en augmentation constante depuis 1995 et a été multiplié par 4 en 20 ans, alors que les indicateurs de santé publique montrent un développement inquiétant des maladies liées au comportement, avec une augmentation de + 554 % des cas de diabète sucré, de +447 % de maladies cardio-vasculaires, de + 1320 % de cas insuffisances respiratoires et de +522 % pour l’hypertension artérielle.

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Dimanche 27 Novembre 2016 à 17:00 | Lu 3026 fois






1.Posté par Ah bon le 27/11/2016 17:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La solution au sur-poids est : L'EDUCATION
On ne mange pas avec des boisons sucrées.
On mange accompagné d'eau.
Les boissons sucrées doivent être consommées occasionnellement; elles en sont tellement meilleurs. Hum!! un Coca bien glacé DE TEMPS EN TEMPS, c'est bon!!
C'est tellement évident.

Mais comme toujours, on pense que la solution passe par la réglementation. Cela soulage les décideurs mais ne règle jamais le problème.
Je vous cite des problèmes de société nous résolu mais pourtant réglementés:
-viols/incestes
-conduite routière dangereuse
-problèmes fonciers
-vol/cambriolage

C'est tellement évident, EDUQUONS nos enfants, c'est pas si difficile que ça.

2.Posté par Paroa le 27/11/2016 19:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il fut un temps ou les taxes liées aux boissons sucrées devaient remplir la caisse de l'EPAP, c'était une très bonne chose. Puis certains élus ont décidé que cette taxe revienne au budget du Pays. Serait il possible de remettre cette manne pour la protection généralisée au lieu d'en créer une autre. En retour les gens boiront moins de coca. Puis ca ne va toucher que le portefeuille des pti gens.

3.Posté par tortue verte le 27/11/2016 21:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tous ces gens qui protestent se fichent bien de la santé des Polynésiens et ne cherchent qu'à faire engraisser leur porte-monnaie. Et ils demandent à être entendus ? Pfff

4.Posté par ZÉRO LA BARRE ! le 28/11/2016 07:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Jamais cela n'a réglé le problème, ici ou ailleurs dans le monde.
Le gouvernement cherche des sous, c'est tout.
D'ailleurs cette taxe ira très vite boucher les déficits du budget général quand tout le monde aura oublié cette augmentation.
Trop facile la politique de cette façon.

5.Posté par Filou713 le 28/11/2016 09:58 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tout à fait d''accord avec Ah bon. La prévention passa avant tout par l''éducation, en aucun cas par la fiscalité.
Je suis contre la taxe sur les boissons. Pourquoi payerais-je plus cher. Je fais du sport, mon IMC est normal, je bois un peu de soda.

6.Posté par TOM le 28/11/2016 10:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

100% d'accord avec le poste 1

7.Posté par substance le 28/11/2016 11:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si l'objectif est réellement a lutte contre les effets néfastes du sucre, interdire la publicité pour les produits sucrés devrait être la solution, comme pour l'alcool. Sinon, c'est du racket, comme pour le tabac, comme la mafia avec les drogues. On profite d'une situation d'accoutumance et de faiblesse pour extorquer de l'argent.

8.Posté par lebororo le 28/11/2016 12:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La consommation du sucre et de la chimie est négative...
Le Coca-Cola il y a 50 ans était plus sain qu'aujourd'hui.
Ne pensez pas au fric mais à votre santé.

9.Posté par Mathius le 28/11/2016 13:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tout ce petit monde sais t'il qu'il existe loi sur la mise en péril de la vie d'autrui, qu'attend le garant de la légalité en polynesie pour prendre ses responsabilités, car un tel discours des imprimeurs c'est une infamie qui demontre leur indifférence de la vie des polynésiens pour devenir un peu plus riche.

10.Posté par Le commentateur le 28/11/2016 14:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Ah bon. "C'est tellement évident, EDUQUONS nos enfants, c'est pas si difficile que ça".
Ben! Si! C'est difficile! Si déjà faire la vaisselle, c'est difficile, boire moins sucré l'est aussi!

Comment lutter? C'est toute la question...
C'est l'inconvénient du tout à la portée, rapide, pas chers et comme les autres (l'effet mondialisation).

11.Posté par Jeremy le 28/11/2016 14:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Interdire toute communication sur les boissons trop sucrées, oui. Mais d'abord définir la nature et le taux de sucre: ne pas confondre avec les jus de fruits naturellement sucrés, sans "sucre ajouté", mais riches en minéraux et vitamines, différents des boissons industrielles avec sucre ajouté. Cela aurait aussi un immense avantage: qui est le principal pollueur visuel de l'environnement: affiches, panneaux, devantures, stores de commerces, camions de livraison ? Voilà qui serait doublement écologique ! Mais nos politiciens cherchent de l'argent, regardez, avec leurs gros ventres, renifler partout pour trouver du pognon !

12.Posté par makitchipunana le 28/11/2016 14:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour ma part quand on touche au portefeuille des gens...l'effet se fait ressentir et tout le monde le sait. Nous sommes un territoire où l'obésité et le diabète grèvent la C.P.S. le gouvernement a raison, car la prévention n'a pas beaucoup d'impact. Quand Oscar a massivement taxé tous les produits venant de Métropole et que l'alcool a subi une hausse spectaculaire m'ont conduit à préférer consommer local et boire plus d'eau.

13.Posté par zozo le 28/11/2016 19:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ces taxes doivent aller directement dans la caisse maladie ! notre perititeni est devenu obèse , il gonfle à vu d'œil . fini la prestance ,les chemise à fleur XXXL n'arrive plus à cacher sa bedaine. Pourtant il a les moyens de se payer diététicienne, moniteur de sport et cuisinier. Si même le président se laisse aller pourquoi la population ne le ferait pas. Les élus doivent montrer l'exemple. E FRITCH doit donner son IMC ainsi que celui de ses ministres et s'engager à le diminuer . commençons par faire maigrir nos élus, et la population suivra ! FITNESS A TARAHOI pour tous les élus deux fois par semaine LOL un bon slogan :LE TAPURA un parti qui se bouge pour vous !

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance