Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Publicité comparative : Vini déboutée face à Vodafone



PAPEETE, le 14 décembre 2015 - Le tribunal civil de Papeete a jugé lundi dernier que la publicité qui comparait les offres des deux opérateurs téléphoniques n'était pas à l'origine d'un « trouble manifestement illicite ». La société Vini a donc été déboutée de sa requête face à Vodafone. La juridiction a ainsi rappelé que la publicité comparative était autorisée et permettait « d'assurer la transparence d'un marché soumis à la concurrence ».

En novembre, la société Vodafone réalisait une brochure publicitaire dans laquelle se trouvait un comparatif des offres commerciales proposées par Vodafone et Vini. La société à l'oiseau a vu rouge et décidé de déposer un référé auprès du tribunal civil le 19 novembre. Vini souhaitait que cette brochure soit retirée de la circulation dans les cinq jours. Selon elle, « les informations contenues dans cette brochure étaient soit incomplètes soit inexactes et induisaient le consommateur en erreur », peut-on lire dans l’ordonnance de référé.

Auprès du tribunal civil, elle a donc tenté de développer un argumentaire « point par point sur ce qu'elle considère être une publicité litigieuse ». Pour Vodafone, la colère de Vini venait plutôt du fait que celle-ci « supportait mal la concurrence ». La société dirigée par Patrick Moux ajoutait que Vini « se comportait comme une entreprise ayant une position dominante que les seuls vecteurs de renforcement des parts de marché résultaient de la publicité et que la présente instance n'avait d'autre objet que de permettre à la SAS Vini qui dominait le marché à près de 90 % de conserver une position dominante ».

Vodafone rappelait, par ailleurs, que « la publicité comparative n'était ni interdite ni fautive en elle-même, mais s'inscrivait dans le principe de la libre-concurrence de sorte que la simple constatation de l'existence de publicité comparative ne valait pas démonstration d'un trouble manifestement illicite ».
Le juge des référés en audience lundi dernier devait donc déterminer si cette publicité comparative était à l’origine d'un « trouble manifestement illicite » ou non.

La publicité comparative est bel et bien autorisée rappelle d'abord le juge des référés dans son ordonnance. L'arrêt de la cour d'appel de Papeete, en date du 15 novembre 2013, précise ainsi que « n'est pas illicite une publicité qui se borne à la comparaison des prix auxquels des produits identiques sont vendus, dans les mêmes conditions, par des commerçants différents, contribuant ainsi à assurer la transparence d'un marché soumis à la concurrence ». En revanche, « Une telle publicité est, par contre, illicite si elle est trompeuse et de nature à induire en erreur ». C'est donc sur ce point que le juge des référés a examiné avec attention la publicité comparative en question.
Pour justifier sa requête, Vini a mis notamment en avant que le comparatif serait « incomplet » et n’informerait pas « complètement le consommateur en omettant de souligner la totalité des caractéristiques essentielles des offres Vini ». Mais le juge des référés rappelle dans son ordonnance que « la cour d'appel de Saint-Denis a jugé que devaient être comparées les caractéristiques essentielles des offres comparées, ce qui est bien le cas en l'espèce ».

Même la partie présentant les services Vodafone, qui n'étaient pas comparés à ceux de Vini, a suscité les griefs de la société au petit oiseau. Vini reprochait ainsi que « même si la publicité ne comparait pas explicitement les services Vodafone et Vini, il n'en demeurait pas moins que dans la mesure où l'ensemble de la brochure procédait une publicité comparative, cette publicité était de nature à induire en erreur par des sous-entendus en indiquant par exemple que chez Vodafone le blocage du forfait était gratuit ce qui sous-entendait que chez Vini, il était payant, ce qui est inexact ». Mais là aussi cet argument ne tient pas selon le juge des référés. « On ne saurait contrairement aux dires de la SAS Vini procéder par amalgame ou par sous-entendus aux motifs que l'ensemble de la brochure publicitaire serait comparative ».

La société Vini a également mis en avant d’autres détails de la publicité comparative, mais chacun de ces arguments a été contredit pas le juge des référés qui précise que « la publicité comparative n'est pas manifestement illicite ». Pour celui-ci, il n'existe ni « dommage imminent » « ni trouble manifestement illicite ». La société Vini a donc été déboutée lundi dernier de ses demandes et été condamné à verser 300 000 Fcfp à la SAS Pacific Mobile Telecom au titre des frais irrépétibles.



Rédigé par Mélanie Thomas le Lundi 14 Décembre 2015 à 06:32 | Lu 4077 fois






1.Posté par Mathius le 14/12/2015 10:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Encore une belle démonstration que les juristes de vini sont des imcompetents dramatiques pour l'avenir d'une téléphonie mise au service du développement économique du pays. ... Quelle laideur cette administration..

2.Posté par gaston le 14/12/2015 11:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vini est en infraction sur beaucoup de choses par rapport a la concurrence ,Déja les recommandés pour résiliation des contrats les tarifs exorbitants quand les gens possedant un Vini appel un Vodafone ,Facture Vini pas détaillé en fonction des directions OPT ,VODAFONE.En ce qui concerne les manabox il vous oblige a acheter le produit pour souscrire a un abonnement ,et dans la foulée cela vous engage sur un an .Ont appel cela de l'escroquerie .En France il n'aurait pas 300 000 F d'amende vivement que l’autorité de la concurrence ce mette en place .

3.Posté par Cesar le 14/12/2015 12:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

AÏE AÏE AÏE.... VINI....VIDI....VICI....

4.Posté par tatami le 14/12/2015 13:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vini, OPT,MANA, des bandits notoires qui ont jouis d'un monopole pendant de longues années ! Fini maintenant, vous vous etes assez gavé ! C'est le debut de la fin !!!!

5.Posté par DépendantDuNet le 14/12/2015 14:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Par contre il faudra qu'on m'explique pourquoi je dois me déplacer pour changer mon abonnement de ManaBox 4M à ViniBox 4M. ça devrait être automatique, Non ? Si je ne vais pas le faire, il continueront de me faire payer un abonnement pour une société n'existant plus ou fusionnée mais peu importe!!! C'est quoi ces conneries, s'il y en a qui ne changeront pas leurs abonnements, Vini se gardera bien de le leur rappeler!!! Je précise qu'internet m'est aussi un outil de travail ;)

6.Posté par Mathius le 14/12/2015 17:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je rappelle que la publicitė mensongère est délit passible du tribunal correctionnel, c'est le cas se vini qui affirme que le changement se fait en ligne alors que vini change de contrat sans informer les consommateurs de mana.
C'est pourquoi qu'ils mentent sur internet pour le transfert de mana vers vini, en realité vous êtes obligé d'aller dans une agence vini refaire un contrat.
Mana aurait dû informer à sa clientèle que leur contrat Internet était caduc et qu'elle devait faire un nouveau contrat avec vini.

7.Posté par Ariitea le 15/12/2015 07:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est vrai que ya des couacs dans la gestion commerciale de chez vini - Mana - OPT.
Pour commencer la procédure déroutante pour résilier un abonnement vini quand on passe à Vodafone. Pour ceux qui l'ont fait, ils savent de quoi je parle. Après quelques retours juridique, Vini a bien assoupli sa procédure. Encore a t il fallu se battre pour.
Aussi, quand on pense aux capacités financières et logistiques d' OPT VINI Mana, je m'étonne qu'en agence OPT, on en puisse pas connaitre le montant des factures VINI. Les logiciels ne sont pas synchronisés. On peut les payer mais pas les consulter.
Aussi, pourquoi doit on souscrire à une ligne fixe pour avoir internet ? Je ne me sers plus de mon téléphone fixe et pourtant chaque mois je paie celui-ci pour garder le net. En France, si je ne dis pas débites, l'un n'est pas nécéssaire pour que l'autre fonctionne.

Et enfin, Vini nous couvre d'offres et de forfais améliorés que depuis l'arrivé de Vodafone. Les sms étaient payants, y'avait pas d'appels gratuits soirs et week-ends.

Mais pourquoi faut attendre l'arrivée d'un concurrent pour gâter ses clients?

8.Posté par Duc le 15/12/2015 14:07 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Amen! Merci Seigneur.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance