Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Portrait d'une étudiante: La Polynésie loin des yeux, près du cœur



MONTPELLIER, le 8 Janvier 2016- Vairea est Polynésienne. Elle étudie depuis trois ans à la faculté d'éducation de Montpellier. Elle nous livre un témoignage de son adaptation à la vie métropolitaine, de cette vie, loin du fenua, loin des yeux, mais si près du coeur.

Plus de 15 000 kilomètres séparent la France de la Polynésie. Vairea vient de là-bas. Elle s’est aventurée à Montpellier pour poursuivre ses études. Loin des eaux cristallines de Tahiti et ses îles, elle étudie, gère l’éloignement et s’adapte. Elle témoigne de l’intégration pas toujours évidente des étudiants ultramarins. Portrait.

L’oreille auréolée de sa fleur de Tiaré qu’elle « ne quitte jamais », Vairea vit à Montpellier depuis trois ans et « s’adapte tous les jours ». Originaire de Fakarava, atoll situé dans l’archipel Tuamotu en Polynésie française, la jeune étudiante assume ses origines : « Dans la foule, je suis la seule à marcher en claquettes, à porter des vêtements de couleurs fluos : on ne peut pas dire que je me fonds dans le décor ! », s’amuse-t-elle. Un « choc culturel » qui, parfois, fait émerger des préjugés : « On m’a déjà demandé si on parlait français en Polynésie et comment j’avais fait pour venir jusqu’en métropole ! » , termine Vairea d’un ton légèrement moqueur.

L’air serein mais déterminée, l’étudiante voulait « sortir de là-bas » , voguer vers d’autres horizons. "Dans les îles il n'y a que de l'eau autour!" , s’exclame-t-elle. Elle pointe également l’attrait intellectuel : « L’offre universitaire est très restreinte en Polynésie. Si on a les moyens et la possibilité de partir étudier ailleurs, il ne faut pas hésiter. » Malheureusement selon elle, certains de ses camarades insulaires « manquent souvent d’ambition » . Des aspirations, Vairea, elle, en a. Elles ont été nécessaires pour braver les difficultés. Celles de l’inscription universitaire à gérer à distance « que de paperasse ! » , s’écrit-elle. Puis celles du logement : « Pour trouver un appart’, il faut s’armer de patience : ici, on n’accepte pas les garants Polynésiens. » Malgré le statut de collectivité d’outre-mer de la Polynésie française, « qui n’a pas changé grand-chose » selon l’étudiante, les obstacles administratifs restent un frein même pour le plus motivé des ultramarins.

S’intégrer sans renier ses origines

« L’éloignement, c’est pas tous les jours facile », admet Vairea. Impliquée et fière de ses origines, elle est membre de l’association montpelliéraine AEPF (Association des étudiants de Polynésie française). Au programme : accueil et accompagnement des étudiants, « un soutien moral » . L’association propose pléthore d’activités parfaites pour se regrouper, « les Polynésiens sont très fêtards », confie-t-elle.

Des événements ouverts au-delà du cercle estudiantin dans un but social et culturel. Car peut-être encore plus que les autres DOM-COM (départements et collectivités d’outre-mer), les Polynésiens sont très attachés à leur culture au risque de peu se mélanger avec les autres étudiants ultramarins : « On n’a pas trop de rapport avec les autres outre-mer » , admet Vairea, « il est vrai que chacun a ses spécificités et sa culture ». Dès lors, ces interludes sont des moments privilégiés, nécessaires pour palier le mal du pays. Pour autant, l’étudiante ne se contente pas de ces seules réunions. Elle est d’abord heureuse des possibilités qu’offre la métropole sur le plan des relations humaines : « Je rencontre des personnes venant d’horizons différents, c’est toujours très enrichissant. » Enchantée également du potentiel culturel : « Quand on vit dans les îles, on a aussi vite fait le tour des activités alors qu’ici, il y a toujours quelque chose à voir ou à faire », s’enthousiasme-t-elle.

Un mode de vie pour trouver le juste milieu entre s’adapter tout en restant fidèle à sa Polynésie natale. Pas si évident. Parfois, l’intégration passerait, d’après Vairea, par « le phénomène d’acculturation que d’autres Polynésiens s’imposent pour être acceptés ». Dès lors, « certains renieront leur culture, gommeront leur accent et s’intègreront parfaitement à la vie métropolitaine » , indique-telle légèrement désabusée.

Ces propos politiques qui freinent l’intégration

Quelques fois aussi, certains propos ne vont pas aider à l’intégration des étudiants ultramarins. Ceux tenus par la députée européenne Nadine Morano résonnent encore. Forcément interloquée, Vairea se dit « fatiguée de ce genre de propos » , surtout quand les Polynésiens « sont plus dans la retenue » . Pour l’étudiante, la députée nie totalement l’apport des outre-mer : « La Polynésie, c’est 80 % de la zone maritime française, c’est aussi là-bas qu’il y a le centre d’expérimentations nucléaires du Pacifique (CEP)… » . Pour elle, tenir de tels propos, c’est renier l’histoire de la France : « C’est oublier la conquête impérialiste. C’est aussi omettre que la France est une terre d’accueil, un pays mixte, c’est d’ailleurs ce qui fait la beauté du pays. Moi, j’aime profondément la France ! » , clame-t-elle pleine d’engouement. Un discours politique que Vairea juge déséquilibré : « Quand le Président François Hollande se rend en Polynésie, il est accueilli comme un roi, parce que les Polynésiens aiment la France et sont fiers d’être Français. »

Difficultés d’intégration mais un éloignement qui permet parfois de révéler la "gnaque" des étudiants ultramarins.

Selon Vairea, il y a un autre fossé qui sépare parfois les métropolitains des insulaires, à savoir « la méconnaissance de la politique des outre-mer », même si l’étudiante admet que la Polynésie n’est pas vraiment un modèle de ce côté-là... En France, qui connaît aujourd’hui Edouard Fritch, le Président Polynésien ? « On ne retient au final que l’absence d’impôt sur le revenu, les salaires désindexés, la balance budgétaire déficitaire », conclue-t-elle. Des raccourcis qui biaisent l’image de Tahiti en métropole d’après l’étudiante.

« La distance, les idées reçues, la méconnaissance des outre-mer, ne pas renier d’où l’on vient : les étudiants apprennent à gérer tout ça pour s’intégrer », résume Vairea. En éternelle optimiste, elle admet que la solitude permet de « révéler la gnaque » des ultramarins. De son côté, elle trace sa route et vit à fond son expérience métropolitaine et montpelliéraine. Depuis trois ans qu’elle étudie à Montpellier, on l’appelle toujours « la Tahitienne » et elle en est « fière » ! Elle résume ce voyage en une phrase : « Une contrainte physique et une ouverture philosophique. »

Fa’aitoito i to oe tere ! Soit : « bon courage et bon voyage »

Rédigé par Romain Rougé. "Haut Courant" le Lundi 8 Février 2016 à 05:44 | Lu 4692 fois






1.Posté par simone grand le 08/02/2016 07:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo Vairea, voilà un témoignage qui fait plaisir à lire

2.Posté par TAEREA Vairea le 08/02/2016 10:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je voulais juste préciser que cet article n'a pas été rédigé par mes soins mais par un journaliste prometteur du nom de ROUGE Romain étudiant en Master 2 de journalisme que je tiens à remercier pour sa fidélité dans la retransmission de mes propos. Merci à Tahiti Infos pour ce partage et salutations à ma chère Polynésie. :)

3.Posté par Mana le 08/02/2016 14:33 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Très belle ma soeur!! Félicitation pour ton courage et ta détermination!! On te soutiendra tjr!!! ILY!! Prends soin de toi! Bisous.

4.Posté par Williams Terava le 08/02/2016 15:21 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo vairea et bon courage pour la suite

5.Posté par Marania le 08/02/2016 21:14 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo ma sœur très fier de toi.
Bon courage, continu comme ça.

6.Posté par Titi le 08/02/2016 21:23 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour, beau témoignage, néanmoins je ne suis pas d''accord quand tu dis que les cautions ultramarins ne sont pas acceptées (logement). Ayant fais moi même mes études à montpellier, j''ai pu bénéficier de la disposition de la loi.

7.Posté par Lilly le 09/02/2016 10:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ton visage me rappelle celui de ta mère. Tu as la même niaque qu'elle et c'est un très bel hommage que tu lui rends. Elle doit être bien fière de sa fille chérie. J'en suis émue !!

8.Posté par Etetera le 09/02/2016 22:34 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Venue en France en 1984, j''y ai ensuite fondé ma famille et je m''habille toujours de manière colorée assez souvent, je parle toujours comme avant et on m''appelle encore Tahiti ! Je te rassure : cela ne se perd pas ...

9.Posté par Vairea le 10/02/2016 12:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Titi je suis d'accord avec toi, on finit par trouver un appartement mais il faut avouer que c'est une des difficultés majeures auxquelles les étudiants tahitiens se heurtent ici en métropole. Les agences ne donnent pas forcément suite à tes démarches dès que la mention "cautions polynésiens" est faite. Pas toutes mais beaucoup quand même :) J'ai pu discuter avec pas mal d'étudiants qui ont rencontré ce problème. J'avais dit compliqué pas impossible. :)
Lilly, stupéfaite que tu connaisses ma mère mais merci pour ce joli compliment. Je suis fière d'avoir eu une mère comme elle.
Etetera je n'ai pas l'intention de changer d'un poil haha.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 21 Août 2017 - 17:22 Une nouvelle ère à Polynésie 1ère radio

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance