TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Plaidoyer pour le développement du transport inter insulaire




Plaidoyer pour le développement du transport inter insulaire
C.A.P No oe, le Conseil d’Alternance Politique, réagit à la fermeture de six lignes aériennes aux Marquises et aux Taumotu.

L’annonce par la compagnie Air Tahiti de fermer les liaisons pour six îles (Ua Pou et Ua Huka, aux Marquises, Apataki, Puka Puka, Fakahina et Takume aux Tuamotu) à partir de la fin janvier 2012 soulève plus que jamais la question du schéma directeur de la desserte inter insulaire de passagers en Polynésie française, tant aérienne que maritime.

Si le désenclavement de ces îles coûte cher à l’actuel bénéficiaire de la délégation de service public, il est pourtant vital pour toutes ces petites communautés d’archipels excentrés. La mise en place du prochain schéma directeur de la desserte inter et intra insulaire doit donc être accélérée afin que les différents acteurs économiques et populations concernés puissent avoir une visibilité sur les 10 prochaines années.

D’autre part, ce schéma directeur de transport aérien et maritime ne doit pas être un acte isolé, mais s’inscrire véritablement comme un outil de développement durable autour d’une décentralisation appropriée dont les objectifs, à minima, sont triples :

• assurer le désenclavement économique, scolaire, sanitaire et social des populations
• favoriser l’activité touristique (appelée à drainer d’autres secteurs d’activité)
• participer à l’inversion de la vague migratoire et désengorger Tahiti.

Il est consternant de constater que le transport de personnes a été quasiment totalement concentré sur l’aérien, et qu’aucune réflexion sur le sujet n’ait été menée à terme par les décideurs publics depuis 10 ans. Aujourd'hui, le constat est sans appel : les populations concernées par ces annonces de fermeture de lignes aériennes n'ont même pas les moyens de se retourner vers une offre maritime appropriée. Le choix de l’aérien n’est ni réaliste ni pertinent pour le transport entre les îles d’un même archipel. Or, en très grande partie, seuls des navires de pêche, profitant du gasoil subventionné pour cette activité, assurent ces liaisons inter insulaires de proximité. Le Pays doit prendre la mesure de ces enjeux, et se donner les moyens d’y répondre rapidement !

No Oe E Te Nunaa interpelle également l'État et le Pays sur l'état d'urgence qu'engendrera ces fermetures sur le plan de la sécurité sanitaire, notamment aux îles Marquises avec l'absence de médecin sur l'île de Ua-Pou, l'arrêt de la pratique des actes chirurgicaux sur l'île de Nuku-Hiva faute de médecin anesthésiste et le départ imminent du médecin de l'île de Hiva-Oa. On ne peut accepter la mise en danger de ces populations !

Enfin, l’irrémédiable flambée des coûts des carburants à moyen et long terme rend illusoire le maintien de petites liaisons aériennes régulières et fréquentes intra-archipel, et alourdira fortement le coût des prestations maritimes. On peut imaginer que notre Pays s’engage donc peu à peu vers un transport par énergies alternatives, et puisse devenir un terrain d’essai de nouvelles technologies soutenables au bénéfice du transport maritime.

Pour le Cap No Oe,


Vaea VIVISH et Marc TARRATS

Rédigé par F K le Jeudi 27 Octobre 2011 à 15:25 | Lu 913 fois


Notez

Sports | SportLive | Parau Ha'uti | OPEN | La video de la semaine | En exclu sur TAHITI INFOS | Faire-parts | Décès | Mieux comprendre | La tribune politique | Expression libre | CCISM | Le savez-vous? | SERVICES | Archives | TIFO, la monarquenovela | programme TV | Evènement | Observatoire des Prix | Tiki