TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Martinique: procès d'orpailleurs soupçonnés d'avoir tué deux militaires français en Guyane




Le procès des orpailleurs brésiliens soupçonnés d'avoir tué en 2012 deux militaires français lors d'une opération de l'armée et de la gendarmerie contre les chantiers aurifères illégaux en Guyane s'ouvre lundi en Martinique devant la cour d'assises spéciale.

Quatre hommes seront jugés jusqu'au 20 octobre, devant cette cour composée uniquement de magistrats professionnels, pour le meurtre en bande organisée des deux militaires, mais seulement deux seront présents en Martinique. 

Les deux autres, dont le chef présumé du gang qui avait ouvert le feu avec des armes de guerre sur les militaires, restent détenus au Brésil, où ils ont été condamnés à la perpétuité pour d'autres faits, ce pays n'extradant pas ses ressortissants.

Le 27 juin 2012, l'adjudant Stéphane Moralia, 28 ans, et le caporal-chef Sébastien Pissot, 33 ans, appartenant au 9e Régiment d'infanterie de marine (Rima), participaient à une opération de lutte contre l'orpaillage illégal à Dorlin (sud-ouest de la Guyane), sur la commune de Maripasoula, commune la plus étendue de France. 

Victimes d'une embuscade, Sébastien Pissot est tué sur le coup et Stéphane Moralia grièvement touché. Il décèdera quelques heures plus tard. Trois autres gendarmes ont aussi été blessés lors de l'accrochage.

L'enquête a été confiée aux juges de la Juridiction inter-régionale spécialisée (JIRS) de Fort-de-France (Martinique), chargée de la criminalité organisée.

Après une traque de plusieurs jours menée par les gendarmes au cœur de la forêt guyanaise, plusieurs personnes seront finalement interpellées en Guyane et au Brésil.

A la tête du gang lourdement armé, Ferreira Manoel Moura alias +Manoelzihno+, un Brésilien de 25 ans. Sa bande est suspectée de faire régner la terreur sur le secteur de Dorlin où il a pris le contrôle d'un site d'orpaillage par la violence en tuant des rivaux aux mêmes méthodes.

Il est arrêté avec un de ses lieutenants le 27 juillet 2012 à Macapá (Brésil), où il reconnaît les meurtres des militaires français. Il a à son actif plusieurs condamnations pour homicides, notamment au Brésil où il a été condamné en janvier pour les meurtres de cinq orpailleurs sur un site illégal guyanais. La cour d'assises de Cayenne l'a condamné en mars, par défaut, à 20 ans de réclusion pour la mort de deux ressortissants brésiliens en Guyane.

"On veut quoi de ces deux semaines ? Qu'il n'y ait pas de sacrifice oublié. Et surtout que les peines de prison qui vont être prononcées soient effectives pour ceux qui sont au Brésil", ont expliqué les parents de Stéphane Moralia, dans un entretien au journal La Dépêche.

Les familles des deux militaires assisteront au procès. Cinq gendarmes impliqués dans l'attaque devraient témoigner.

avec AFP


Rédigé par Roxane Berget le Lundi 10 Octobre 2016 à 05:35 | Lu 401 fois


Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à contact@tahiti-infos.com. D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus


Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance