TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Martinique: lourdes peines pour les orpailleurs brésiliens tueurs de militaires en Guyane




Quatre orpailleurs brésiliens ont été condamnés mercredi en Martinique à des peines allant de 18 ans de prison à la réclusion criminelle à perpétuité pour le meurtre en 2012 de deux militaires français en Guyane.

Deux des quatre accusés, condamnés et détenus au Brésil dans le cadre d'autres affaires, étaient absents du box de la cour d'assises spéciale de Fort-de-France, car la France n'a pas de convention d'extradition avec leur pays. Ils écopent des plus lourdes peines.

Celui présenté comme l'instigateur et le chef du gang a été condamné à la réclusion criminelle  à perpétuité. Le second est condamné à 30 ans de réclusion criminelle.

Les deux accusés présents devant la cour ont, eux, été condamnés à 18 ans et 20 ans de prison.

Les quatre hommes étaient poursuivis notamment pour meurtre en bande organisée des deux militaires, lors d'une opération de l'armée et de la gendarmerie contre les chantiers aurifères illégaux en Guyane en 2012.

Le verdict a été rendu après quatre heures de délibérés et en l'absence des familles des deux militaires tués reparties mercredi soir en métropole.

Le président de la cour a indiqué aux deux condamnés présents qu'ils avaient 10 jours pour interjeter appel.

Le 27 juin 2012, l'adjudant Stéphane Moralia, 28 ans, et le caporal-chef Sébastien Pissot, 33 ans, appartenant au 9e Régiment d'infanterie de marine (Rima), participaient à une opération de lutte contre l'orpaillage illégal à Dorlin (sud-ouest de la Guyane), sur le territoire de Maripasoula, commune la plus étendue de France.

Victimes d'une embuscade, Sébastien Pissot avait été tué sur le coup et Stéphane Moralia grièvement touché. Il était décédé quelques heures plus tard. Trois autres gendarmes avaient aussi été blessés lors de l'accrocha

avec AFP


Rédigé par Roxane Berget le Jeudi 20 Octobre 2016 à 05:46 | Lu 195 fois


Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à contact@tahiti-infos.com. D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance