TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd
Mardi 25 Novembre
Mon espace perso

FENUACOMMUNICATION, Rue Charles Viénot BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel: 43 49 49

Les mythes fondateurs polynésiens vus par Simone Grand : Le Jour vient de la Nuit




Les mythes fondateurs polynésiens vus par Simone Grand : Le Jour vient de la Nuit
L’anthropologue et scientifique Simone Grand vient d’éditer sa dernière œuvre : « chants des origines, Mythes fondateurs du Tahiti autrefois ». Ce recueil de 185 pages reprend 22 poèmes retranscrits dans le livre de Teuira Henry et traduits par Bertrand Jaunez, « Tahiti aux temps anciens » mais dont une traduction nouvelle et plus simple a été apportée par l’auteure.

« Ce livre est issu d’un premier document qui avait été conçu pour mes enfants et mes petits-enfants. » nous a expliqué Simone Grand, figure incontournable de la culture littéraire polynésienne. Elle a évoqué la sortie de son dernier livre intitulé « Chants des origines, Mythes fondateurs du Tahiti autrefois ». « Je suis arrivée à un moment de ma vie où il fallait que je transmette ce que je savais et ce livre remplit cet objectif. » a-t’elle ajouté sur un ton assuré.

Depuis sa retraite prise en 2003, Simone Grand s’est entièrement consacrée à la recherche mais surtout à l’écriture. A travers ses œuvres, elle a voulu rattraper le temps perdu, le temps où parler dans sa langue maternelle était interdit. Et c’est peut-être ce tabu d’une autre époque qui lui a donné l’envie de voir plus, de connaître le monde polynésien qui l’entoure. Son monde. La langue, les us et coutumes d’antan sont des sujets qui l’ont toujours passionné, même du temps où elle a occupé des postes à responsabilité comme celui de ministre de l’Agriculture et de la Recherche (1995 à 1996) ou alors de chargée d’études auprès du ministre de la Santé et de la Recherche où son projet visait à identifier les conditions d’un dialogue entre médecine traditionnelle et médecine scientifique. Un sujet qui l’a tout naturellement poussé à éditer En 2007, le livre « Tahu'a, Tohunga, Kaluna, le monde polynésien des soins traditionnels ».

2012 a été une année productive avec la sortie du livre dédié au patchwork polynésien « Te tīfaifai », ou encore de « Tribulations à Tahiti et en Amériques » où Simone Grand parle de souvenirs rédigés plusieurs années plutôt par son grand-père Henri Vital Grand (1871 – 1960 ). Mais sa boulimie de vouloir écrire encore et toujours l’a incité à parcourir à nouveau un livre devenu La référence en matière de légendes tahitiennes, « Tahiti aux temps anciens » de Teuira Henry : « Conformément à ma volonté de rédiger un livre de conte et poèmes en langue tahitienne, j’ai donc choisi 22 poèmes pour lesquelles j’ai effectué un long travail de traduction. Il existait déjà des traductions dans le livre. Cependant, j’y ai observé de nombreuses erreurs et des lacunes qui ont, avec le temps, certainement déformé les récits originels. D’ailleurs, cela avait même été relevé par le premier éditeur en avril 1928. Je cite : « le texte tahitien recopié par une personne ignorant la langue contient évidemment des erreurs, n’ayant pas été relus par l’Auteur. Beaucoup d’inexactitudes apparaissent. » J’ai donc voulu apporter une traduction plus proche de la réalité et surtout plus simple, c’est-à-dire accessible à tous et à toutes. »

Afin de rendre cette accession possible, il lui aura fallu réadapter chaque texte en y appliquant la graphie officielle. « Cette partie a été la plus laborieuse car il fallait faire attention à ne pas se tromper au risque de changer la signification de tel ou tel autre mot. »

La post-face du livre précise avec une grande justesse que les poèmes choisis révèlent une société insulaire attachante, optimiste, observatrice de son milieu et de la vie qui y foisonne et où elle a pris place. De la généalogie divine à la création de la terre mā’ohi en passant par celle des dieux et de l’homme, il est bien question de genèse au sens général et large du terme. L’auteur a cependant avoué sa préférence pour les récits concernant Tāne le dieu de la beauté et de son messager Ro’o. On y parle également de Maui, ou encore de Ātea, d’autres dieux facétieux mais dotés de pouvoirs incroyables dignes de ceux de leurs cousins des îles grecques. Trois mots servent de fil conducteur : Rahu (ce qui pré-existe), hāmani (faire) et fānau (engendrer, enfanter) incarnant le cycle de l’existence des êtres dans l’univers.

Enfin, la particularité de ce recueil de poèmes se trouve dans sa présentation atypique, comme l’a souligné Simone Grand : « Il y a eu un véritable travail de mise en pages. En effet, j’ai voulu qu’en face de chaque poème en tahitien, il y ait l’équivalent en français. » et de comparer chaque récit à « un bijou dépoussiéré et remis au goût du jour ! ». A lire seul ou en couple, voire en groupe au coin d'un feu de camp ou d'une bougie, le livre « Chants des origines, Mythes fondateurs du Tahiti autrefois » est un véritable coffret renfermant des pépites à partager. Il est disponible dans toutes les librairies de Papeete.

L’écrivain sera présent ce samedi à partir de 9h à la librairie Klima, pour une séance de dédicaces.

TP





Te mau ‘ā’ai niu nō Porinetia ‘ia au i te hi’ora’a a Simone Grand : Mai te pō mai ra te Ao

Les mythes fondateurs polynésiens vus par Simone Grand : Le Jour vient de la Nuit
No mātara noa mai ra te puta ‘āpī i pāpa’i hia e te ‘aivāna’a rahi tuha’a rau o Simone Grand : « Chants des origines – Mythes fondateurs du Tahiti autrefois ». i roto i na ‘api 185, tē fa’ahiti hia mai ra piti ‘ahuru ma piti mau pehepehe o tei piahia i roto i te puta tahito ra a Teuira Henry, « Tahiti aux temps anciens » o tei huri hia mai e Bertrand Jaunez tāne. I ‘ō nei ra, ‘ua ha’apāpū hia i te mau hurira’a huru ‘āpī ‘e te mea ‘ōhie ato’a ‘ia tai’o.

« No roto mai teie puta i tetahi mau pāpa’ira’a o tā’u i rave nā mua roa nō tā’u na tamari’i, tae noa atu tā’u na mau mo’otua. » o tā Simone Grand i fa’ati’a mai. E ‘aivāna’a teie i mātaro hia i te fenua nei, no tō na mau tauto’ora’a i te pae’au ihoa ra o te mau pāpa’i-fa’ati’ara’a-‘ā’amu nō tera ra tau. ‘Ua hiti mai te parau nō tā na puta ‘āpī « Chants et origines, Mythes fondateurs du Tahiti autrefois ». ‘O tā na i ha’apāpū hau roa mai : « ‘Ua tae vau i te hō’ē taime i ‘ōpua ai vau i te ‘ōpere i te mau mea o tā’u i ‘āpo mai, ‘ua manuia te reira māoti teie puta. »

Mai i tō na fa’atuha’ara’a hia mai i te matahiti 2003 ra, mea pāpa’i noa i te ‘ohipa a Simone Grand, ta’a noa atu i te ‘ohipa mā’imira’a. E au ē, ‘ua hīna’aro ‘oia e rave i tetahi mau ‘ōpuara’a o tā na i ‘ore i nehenehe i rave i tō na tau ‘āpīra’a, mai te ‘āparaura’a na roto i te reo Tahiti. Rave rahi mau u’i nō na tau i māhemo e tei pāto’i ‘ū’ana roa hia i te fa’ahiti hō’ē noa a’e ta’o Tahiti. Na te reira paha i tūra’i iā na i te heheu fa’ahou atu ā i tō tātou ‘āi’a, o tō na ïa ‘āi’a. ‘Ua rau te mau tumu parau i au hia e ana, mai te reo ‘e te mau peu nō mūta’a. ‘Ua tāmau noa o Simone Grand i tō na hia’ai, i te tau ato’a i riro mai ai ‘oia ‘ei Fa’atere Hau e tī’a’au nei i te parau nō te ‘ohipa fa’a’āpu tae noa atu i te mau mā’imira’a (i na matahiti to’o piti 1995 ‘e 1996) a ore ra i te ha’ara’a mai ‘ō na i pīha’iiho i te Fa’atere Hau nō te ‘ēa ‘e te mā’imira’a. ‘Inaha, ‘ua ‘imi ‘oia i tetahi rāve’a fa’atū’atira’a i te mau ravera’a ‘e te fērurira’a i rotopū i te huru rapa’aura’a mā’ohi ‘e i roto i te mau fare ma’i. A tau matahiti i muri mai, matara mai nei te puta « Tahu’a, Tohunga, Kaluna, le monde polynésien des soins traditionnels. »

E ti’a ‘ia parau hia, mea maita’i roa te matahiti 2012 ra. E piti puta o tā Simone i pāpa’i : «Te Tīfaifai » ‘e te « Tribulations à Tahiti et en Amériques ». I roto ra i taua puta nei, tē fa’ahiti nei ‘oia i te mau ‘ā’amu i ora hia mai e tō na pāpā rū’au, o Henri Vital Grand tāne (1871-1960). ‘Aita ra i rava’i, ‘ua rau te mau ‘ōpuara’a. Mea na reira o tō na fērurira’a e tai’o fa’ahou i tō puta nei « Tahiti aux temps anciens » i pāpa’i hia e te mo’otua o te ‘ōrometua ra o John Muggridge Orsmond tāne, o Teuira Henry. Teie te ‘ohipa tei tupu i muri noa mai : «’Ia au noa o tā’u ‘ōpuara’a mātāmua, maōti ra i te pāpa'i i te hō’ē puta pehepehe iti nō tā’u na tamari’i, rave atu ra vau e piti-‘ahuru-ma-piti pehepehe o tā’u i huri fa’ahou mai na roto i te reo farāni. ‘Ua huri a’e na hia rātou, teie ra mea rave rahi te mau vāhi tei hape i ‘ite hia e au. O te mea pāpū, na teie mau fa’ahuru ‘ēra’a i taui roa atu i te aura’a o te teie mau pehepehe, i roto i te pu’e tau i ora hia mai ‘e tātou. Hou roa atu, ‘ua fa’ati’a a’e na hia i te reira e te ‘ona mātāmua tei nēne’i i teie puta. Teie tā na parau : « Tē vai nei ihoa i te hape nō te mea na te hō’ē ta’ata o tei ‘ore i ta’a o te reo Tahiti, tei pāpa’i-fa’ahou mai i te mau pehepehe. I te mea ra ho’i ‘aita i tai’o hia tā na mau pāpa’i i ‘ite hia mai te mau hape. » No reira vau i hīna’aro ai e tāta’ipiti i te hurira’a, ‘ia piri roa atu i te huru mau o te reo ‘e o te orara’a mau, ‘ōhie ato’a, ‘ia fāna’o i te tā’ato’ara’a. »

Nō te ha’amanuia i taua fa’anahora’a ra, ‘ua pāpa’i-fa’ahou hia o Simone Grand i teie mau pehepehe ma te tu’u atu i te mau tomara’a mai te tārava ānei ‘e te ‘eta. Teie tō na mana’o : « Teie te tuha’a teimaha roa, mea tītau ‘ia hi’o maite hia, ‘eiāha noa atu ‘ia hape i taui roa ai te aura’a o terā a ore ra o terā atu ta’o. »

I roto i teie puta ‘āpī, te fa’a’ite mai ra te mau pehepehe i te hō’ē taiete tahito e au hia, e te mea ti’aturi rahi ato’a, e te mea hi’o ‘ātea roa, i tō na iho vāhi tae noa atu i te mau mea e ora ra i piha’iiho noa. Mai i te papara’a tupuna o te mau atua rau, haere roa atu i te hamanira’a hia i te fenua mā’ohi ‘e te fānaura’a mai te mau atua ‘e te ta’ata mātāmua roa, tē hiti nei te parau o te ha’amatara’a o te mau mea ato’a, i roto i tō na raura’a. Te pehepehe nō Tāne, « te atua o te mau mea purotu » e tā na ‘ārere, o Ro’o, te reira o tā Simone i au roa a’e.

Te vai ato’a ra o Maui, o Ātea tae atu i tetahi atu ā mau atua pūai mau, mai te mau atua nō te fenua hereni. Teie ra, mea arata’i hia teie mau pehepehe e na ta’o e toru nei : rahu, hāmani ‘e fānau , te niu o te ora i teienei ao.

Te vāhi ta’a ‘ēra’a o tei ‘ite hia i roto i teie puta, tō na huru fa’anahora’a, mai o tā Simone i ha’apāpū mai : « Mea rahi te ‘ohipa tei rave hia, i te pae ihoa ra o te fa’anahora’a i te mau ‘api. O tā’u i fēruri, mea au roa ‘ia ‘āpapa hia nā reo e piti i mua noa tetahi iā tetahi. » Tē fa’ariro nei ‘oia i te mau pehepehe tāta’itahi i te « hō’ē pirū o tā’u i i’ui’u maita’i ‘e te tu’u roa atu i mua i te mata fa’ahiahia ! ». Tei iā ‘outou noa i te huru ta’iora’a, to’otahi ānei, te vahine ‘e te tāne, a ore ra i rotopū i te mau hoa, a tāpapa noa i roto i te mau fare ho’ora’a puta i Papeete. E fāri’i atu o Simone Grand iā ‘outou pā’ato’a teie mahana mā’a, mai i te hora Īva, i te fare ho’ora’a puta pi'i hia "librairie Klima".

TP


Rédigé par TP le Mercredi 29 Janvier 2014 à 14:53 | Lu 953 fois


Notez


Commentaires

1.Posté par Kaddour le 30/01/2014 10:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci Simone ! Autant pour le choix que pour la présentation !
Il est intéressant de comparer les mythes et le mode de vie ancestral à ceux d'autres populations de par le globe et l'histoire. L'homme reste avant tout un homme, quelque soit le lieu et le temps ! Même si la nature tente de le modeler en fonction du biotope...

2.Posté par grand simone le 30/01/2014 16:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En effet cher Kaddour, plus on plonge dans l'authenticité d'une culture plus on rencontre l'humain universel.
par contre, lorsqu'on veut plaquer un universel déclaré tel, tout se retrouve faussé.
C'est dans la sincérité et dans le respect de l'autre que l'on trouve le ressort pour affronter l'étrangeté de la vie
ET cela quelle que soit la culture
Simone

3.Posté par J.M. le 30/01/2014 18:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dédicace à la Librairie Klima: à l'ombre de la cathédrale... Le Temple de Paofai n'est pas loin, qui jette lui aussi une ombre plus sinistre encore sur la civilisation polynésienne, engloutie par la vague destructrice des pasteurs protestants évangélistes britanniques et des prêtres catholiques français. L'hypocrisie règne en maîtresse suprême en Polynésie, avec la revendication d'une "tradition polynésienne" , en réalité écrasée comme un citron, filtrée, dénaturée par l'establishment chrétien. Les civilisations du monde (voir les Aztèques, Incas, Mayas et autres) ont été écrasées par le rouleau compresseur-inquisiteur du christianisme. Le petit monde polynésien a suivi, avec des "Immémoriaux" (le roman de Victor Segalen). Simone Grand aide à se souvenir. Mais avec assez de punch ?...

4.Posté par Jean Pierre le 30/01/2014 18:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un gros travail Simone, le plus dur dans tout ce qui a été dit (pas écrit) c'est d'avoir suffisamment de pragmatisme pour être au plus prêt des vérités sur les temps anciens, puisqu'en ce temps la, chaque île avait des spécificités bien marquées.
En tous cas bravo.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité People | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | PRESIDENTIELLES 2012