Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Les médecins de l'hôpital menacent de faire grève



PAPEETE, le 25 octobre 2017 - Mercredi matin, le syndicat des praticiens hospitaliers de Polynésie française a déposé un préavis de grève effectif dès lundi 6 novembre et ce pour une durée illimitée.

" La rupture est consommée, le seul moyen de renouer avec le dialogue social est d’utiliser l’obligation légale de négocier pendant un préavis de grève", indique Marc Levy, le président du syndicat des praticiens hospitaliers de Polynésie française. Le SPHPF a déposé mercredi matin son préavis de grève effectif à partir du lundi 6 novembre et ce pour une période illimité.

Le 10 octobre dernier, le SPHPF avait envoyé un courrier, adressé au Président du Pays et aux ministres de la fonction publique et de la santé, demandant à ce que le protocole d’accord du 13 février 2016 soit appliqué. Le syndicat avait laissé dix jours au gouvernement pour y répondre menaçant déjà à l'époque de déposer un préavis de grève. "S'il n'est pas respecté nous déposerons notre préavis de grève. Le problème du recrutement des praticiens hospitaliers est pourtant toujours d'actualité, avec des prises en compte incomplètes de l'expérience professionnelle, qui ne permettre pas d'attirer de nouveaux candidats. Les médecins refusent de venir travailler en Polynésie du fait de l'obsolescence du statut. Ce n'est plus attractif de venir ici." s'agaçait, la semaine dernière, Marc Levy.

En effet, le dernier protocole d'accord avec les médecins hospitaliers a été signé en février 2016 par les ministres Jean-Christophe Bouissou et Patrick Howell. Or depuis cette signature, sur les six points du protocole d'accord, un seul a été respecté : le paiement des gardes et astreintes des praticiens de l'hôpital d'Uturoa.

"La patience des praticiens hospitaliers a atteint ses plus extrêmes limites, 8 ans et 5 grèves (2009, 2010, 2011, 2013, 2016) après le 1er protocole d’accord, et toujours en attente de l’application du dernier en date, 15 jours après le dépôt d’un courrier rappelant au gouvernement ses engagements, et ce après de multiples tentatives de contacts depuis les derniers mois", écrit Marc Lévy. Selon le syndicat, le point de non-retour est atteint. Les médecins hospitaliers ont désormais d'autres revendications qui viennent s'ajouter au respect du protocole d'accord. "A la revendication qui n’est plus négociable, concernant l’ensemble des points du protocole de 2016 (reprise d’ancienneté, prolongation d’activité au-delà de la limite d’âge, mise en conformité du texte sur la permanence des soins des hôpitaux de la direction de la santé, discussions sur la réforme du statut et sur l’insuffisance des cotisations de la retraite des praticiens hospitaliers), s’ajoutent de nouvelles revendications."

" Les médecins ont de plus en plus de difficultés à avoir les moyens de soigner les malades dans les hôpitaux de Polynésie française, en raison d’un financement insuffisant et d’un statut administratif qui n’est pas adapté à l’hôpital. Le syndicat des praticiens hospitaliers réclame des dotations en rapport avec l’activité médicale, et un statut d’établissement hospitalier. Si à l’issue de ce préavis de grève, ces revendications ne sont pas satisfaites, le SPHPF appellera les praticiens hospitaliers des hôpitaux de Tahiti et des îles à un arrêt de travail pour une durée illimitée le lundi 6 novembre", conclut Marc Levy.

Rédigé par Marie Caroline Carrère le Mercredi 25 Octobre 2017 à 15:01 | Lu 642 fois





Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance