TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Les écologistes désignent les finalistes de leur primaire




Paris, France | AFP | mercredi 19/10/2016 - Les écologistes découvrent mercredi soir les finalistes de leur primaire, avec pour favoris Yannick Jadot et Cécile Duflot, qui s'efforceront de faire mentir les sondages les créditant d'un score inférieur à 3% à la présidentielle du printemps.

Le député européen Yannick Jadot et l'ancienne ministre Cécile Duflot ont recueilli plus de parrainages internes à Europe Écologie-Les Verts, ce qui leur donne a priori un avantage sur les eurodéputées Karima Delli et Michèle Rivasi. Mais comme les électeurs dépassent largement le cercle des seuls adhérents du parti écologiste, beaucoup jugent imprévisible l'issue du scrutin.

Outre les quelque 7.000 adhérents d'Europe Écologie-Les Verts, devaient également voter par correspondance environ 10.000 personnes qui ont payé 5 euros pour participer à cette primaire décidée en juillet.

"Le peuple de l'écologie, c'est un à deux millions de personnes selon les élections - 17.000 personnes, je ne sais pas si c'est une réelle avancée démocratique", commente un proche de Yannick Jadot.

Les équipes de quatre candidats s'étaient pourtant démultipliées depuis la clôture des candidatures fin août pour attirer le plus possible de votants.

Cafés, apéros, participations aux manifestations, tables devant les facs: pour susciter l'intérêt, ont été mobilisés les moyens les moins onéreux possibles et beaucoup de bénévolat, dans une précampagne que le parti n'a pas les moyens de financer.

- Une réelle divergence -
Parmi les candidats, la campagne a permis de faire émerger une réelle divergence.

Coup de théâtre en effet, lors du deuxième débat télévisé opposant les quatre prétendants, M. Jadot a affirmé ne "pas croire qu'il y aura(it) un président écologiste en 2017".

"Je ne veux pas construire la crédibilité de l'écologie politique sur un coup de bluff, sur une façon de baratiner les Françaises et les Français", a-t-il explicité le lendemain, convaincu que "personne ne croit aujourd'hui sérieusement que les écologistes peuvent gagner l'élection présidentielle de 2017!"

Mme Duflot assure au contraire qu'elle veut se placer en situation de devenir la première "présidente écologiste".

"Je ne veux pas être là pour témoigner", répète-t-elle, mais "pour passer à l'acte". Elle explique se placer "dans une démarche majoritaire", convaincue que cette perspective est possible.

"Ca fait deux ans qu'elle est collée à 2% dans les sondages mais elle va faire 30%?", a vite raillé un de ses opposants dans le parti.

Comme elle, Karima Delli et Michèle Rivasi ont peu apprécié la prise de position de leur collègue au Parlement européen.

Quels que soient les deux gagnant(e)s, les différentes équipes discutent déjà entre elles d'éventuels ralliements, et se sont mises d'accord pour réévaluer l'utilité d'un second tour au cas où un des candidats réunirait plus de 45% des suffrages.

Sinon, le second tour se déroulera également par correspondance, avec un nouveau débat télévisé le 27 octobre puis dépouillement et résultats le 7 novembre.

Reste à savoir si la candidature effective d'un écologiste à la présidentielle de 2017 permettra à ces idées de décoller un peu dans des sondages, qui prédisent pour l'instant un tout petit score de 2 à 3% d'intentions de vote (seule Mme Duflot a été jusqu'à maintenant "testée" par les instituts de sondage). Un chiffre bien éloigné des 9 à 11% dont était crédité Nicolas Hulot, avant de renoncer à se présenter en juillet.

Miné par ses divisions, EELV s'est beaucoup affaibli depuis la rentrée 2015: départs de nombreux élus, jusqu'à celui de sa propre secrétaire nationale, Emmanuelle Cosse qui a rejoint le gouvernement Valls en février, querelles intestines étalées au grand jour... Le parti voudrait désormais solder ses inimitiés et afficher une meilleure entente.

Mais les rancunes ont la vie dure et pendant la campagne, les trois députés européens n'ont cessé de critiquer Mme Duflot, celle qui selon eux représente "la firme", cette direction qui a œuvré pour obtenir des postes et deux groupes parlementaires, en acceptant en 2011 un accord avec le Parti socialiste aujourd'hui fustigé en interne.

lum/chr/gf

Rédigé par () le Mercredi 19 Octobre 2016 à 05:31 | Lu 168 fois


Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à contact@tahiti-infos.com. D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus


Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance