Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Les associations de défense des essais nucléaires en colère



Les associations ont tenu une conférence de presse ce matin sous le fare pote'e des jardins de Paofai.
Les associations ont tenu une conférence de presse ce matin sous le fare pote'e des jardins de Paofai.
PAPEETE, le 25/02/2016 - Quatre associations étaient réunies ce matin pour donner une conférence de presse sous le fare pote'e a Paofai : Moruroa e Tatou, 193, No te Aru Tai Mareva et Pāruru ia Haoroagai Hao. Elles n'ont pas du tout été convaincues par le discours du président de la République, lundi dernier. Pour ces associations, François Hollande était en campagne électorale pour les présidentielles. Elles dénoncent également l'attitude du haut-commissaire durant les manifestations qui ont été organisées.

"On demande qu'il soit renvoyé en France, il n'est pas digne de parler à des Polynésiens qui manifestent en paix et qui veulent s'exprimer", le message de ces associations est unanime. Elles dénoncent l'attitude qu'a tenue le haut-commissaire durant leur manifestation, lundi dernier. "Il ne voulait aucune manifestation c'était clair dans son esprit", explique le père Auguste, président de l'association 193, et de continuer : "Il m'avait appelé pour me demander d'annuler notre manifestation. Mais qu'est-ce que je fais avec ces 35 000 personnes qui nous ont donné leur confiance ?" "Nous avons appris qu'il continuait à harceler les uns et les autres, notamment le père Auguste. Téléphoner à sa haute hiérarchie pour qu'il soit réprimandé, je trouve cela inacceptable. C'est vraiment une violation de nos droits de s'exprimer, de manifester", poursuit Roland Oldham, président de Moruroa e Tatou.

Selon eux, les bonnes nouvelles qui devaient être annoncées par le président de la République ont été utilisées comme moyen de dissuasion afin d'annuler les manifestations prévues lundi.

Une autre pilule qui ne passe toujours pas, même après trois jours, la réaction des forces de l'ordre vis-vis des manifestants "avec un tricot de couleur rouge". "Ils ont été bousculés alors que c'était une manifestation pacifique, je trouve cela inadmissible", s'écrie Roland Oldham. "Combien de fois on lui a dit que ce seront des manifestations pacifiques ? On ne va pas emmener des mama et des papa en face des forces de l'ordre pour se faire taper dessus. Tout ce qu'on voulait c'était être présents et avoir des banderoles et c'est tout. On ne cherche pas à faire du mal au président Hollande. On cherchait à lui dire nos souffrances. On n'était pas là pour gâcher sa visite, ce n'était pas notre objectif. Donc, on n'avait pas à recevoir des pressions ou à se faire menacer… Pour qui il se prend ?", ajoute le père Auguste.

Des manœuvres dirigées, selon les associations, par le haut-commissaire. "Peut-être qu'on ira le rencontrer s'il nous demande pardon", dit Roland Oldham.


DÉÇUS ÉGALEMENT PAR LE DISCOURS DE FRANÇOIS HOLLANDE

Une allocution qu'ils attendaient avec impatience, et qui au final, leur laisse un goût amer. "Deux semaines avant qu'il arrive, son conseiller spécial disait qu'il allait apporter une bonne nouvelle et on est toujours là à nous demander, quelle est cette bonne nouvelle ? On a l'impression que cette bonne nouvelle est adressée au gouvernement actuel parce que l’État s'engage dans la ferme aquacole, dans Tahiti Mahana Beach, il a signé plusieurs contrats. Là c'est une bonne nouvelle pour le gouvernement. Mais concernant le problème du nucléaire, on ne voit pas où est la bonne nouvelle", prévient le père Auguste.

Pour eux, François Hollande était en campagne électorale. "Il est venu tâter à gauche ou à droite pour voir quels sont les soutiens et entre-temps, il s'est dit on va faire d'autres promesses et distribuer quelques bonbons, quelques millions à nos hommes politiques, et refaire d'autres promesses par rapport au nucléaire", note Roland Oldham. "J'ai écouté son discours et je n'ai pas compris pourquoi les personnes ont applaudi surtout sur le nucléaire. Je comprends que les hommes politiques applaudissent sur les millions qu'on donne pour ceci et cela, mais sur le nucléaire, il n'y a rien du tout. C'est clair que les promesses qu'il a faites, il y a quatre ans, il ne les a pas encore tenues. Aujourd'hui, il lui reste un an alors je ne peux pas croire que les promesses qu'il a encore rajoutées sur ce qu'il a déjà fait, seront tenues d'ici un an. Ce n'est pas possible. Il n'a rien dit de nouveau."

Le fait de se rendre sur la tombe de Pouvana'a a Oopa n'a pas convaincu le monde associatif. "C'est de la mascarde", ont-ils souligné. "Ça fait des années qu'on entend parler de la révision de son procès et là il n'a pas donné de date", rajoute le président de Moruroa e Tatou.

L'EFFET NUCLÉAIRE PROFITE AUX POLITIQUES DE CE PAYS

Les associations de défense des essais nucléaires ne gardent donc pas un bon souvenir du séjour présidentiel en Polynésie, même si, du côté des hommes politiques, les avis sont plus enthousiastes. La reconnaissance des essais formulée par le président de la République suffit pour redonner confiance en l’État. "Quand on parle par exemple de l'hôpital où il a promis de mettre trois médecins… C'est le travail des associations. Mais là où je suis encore plus déçu c'est que même nos politiques sont d'accord à ce que l'on pousse nos manifestants de la mairie… Je trouve que c'est un peu culotté tout cela. C'est quand même le peuple qui manifeste et aujourd'hui c'est eux qui récoltent les prix", accuse Roland Oldham.

Les associations mettent en garde nos politiciens et ils n'ont pas mâché leurs mots hier matin : "Toutes ces manipulations politiciennes, on en a assez. Si nos hommes politiques étaient un peu plus courageux, peut-être qu'on pourrait avancer sur beaucoup de choses. On est en train de demander la vérité et la justice et nos hommes politiques sont en train de jouer à leur jeu politicien. Peut-être que deux partis vont soutenir Hollande, mais c'est fatiguant."

Le combat de ces associations continuera, elles comptent bien rencontrer le plus grand nombre d'habitants afin de leur expliquer la nécessité de mettre en place un référendum sur le nucléaire. Si aujourd'hui, elles ont récolté 35 000 signatures pour leur pétition, "on est sûrs qu'on va recueillir encore quelques milliers d'ici le 2 juillet, si ce n'est pas plus", conclut le père Auguste.

Père Auguste,
Président de l'association 193

"On paraît face aux autres nations et surtout face à la France, comme des tāparu moni"


"Vous demandez pardon ?", la question a été posée au président de la République par les médias internationaux et il ne l'a pas fait ?


"Il a évité même parce, qu'il sait ce que ça signifie et par définition, parce que je peux aussi comprendre que le pardon dérange, on dit souvent que c'est une connotation chrétienne mais en même temps, le pardon fait partie des relations humaines. Tous les grands leaders d'ici et là qui ont travaillé pour leur pays, que ce soit Nelson Mandela, Martin Luther King, ils sont passés par la notion de pardon, ce n'est pas une chose chrétienne. C'est simplement une réalité qui peut libérer et pacifier un peuple. Et en même temps pardon pour nous ça ne signifie pas oublier ? Il y a une réparation dans le pardon et ça part d'abord dans une considération fondamentale. On est conscients et convaincus que ce Pays va mal avec les essais nucléaires. Donc tant qu'on ne passe pas par cette étape-là, pour nous, ce sont des ajustements."

L'affaire du nucléaire, c'est quelque chose pour brasser de l'argent, selon vous ?


"J'ai l'impression que c'est une question pour nos élus pour pouvoir revendiquer un peu plus d'argent. Donc on paraît face aux autres nations et surtout face à la France, comme des tāparu moni (mendiants) pour avoir un peu plus d'argent, on met en avant le nucléaire et la souffrance des gens. Je trouve que c'est une honte d'utiliser la souffrance des personnes qui sont touchées directement ou indirectement pour pouvoir avoir un petit peu plus d'argent. Je crois que la logique n'est pas bonne du tout."


Rédigé par Corinne Tehetia le Jeudi 25 Février 2016 à 18:04 | Lu 2910 fois







1.Posté par Moruroa mon amour le 25/02/2016 19:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il aurait demandé pardon, annoncé la distribution de 100 milliards pour indemniser tous les polynésiens sans exception, promis d'aller enlever tous les déchets (y compris ceux qui sont vitrifiés), de réparer les fissures que ces gens ne seraint pas contents. Ce combat c'est leur seule raison d'exister.

2.Posté par Tewkes le 25/02/2016 20:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je veux répondre sur le sujet concernant en premier, l'émission de France 5: La seule personne qui a tenue la route sur ce débat, a été Mr Servant. Le reste = UN GRAND. J'ai été à Moruroa , de Aout 1971 à MAI 1973, j'étais Quatier Maitre Mécanicien le Batiment Base "Le Maine" Batiment Hotel pour les gens du CEA et OFFICIERS. qui plus est basé en Zone DENISE et parfois en Zone Dindon, donc je sais de quoi je parle.
Ensuite de Juin 1973 à Mai 1975 sur l'Aviso Commandant Rivière, et là j'en ai bouffé de la surveillance de nuage radio-actif.
Ensuite de Février 1977 à MAi 1979 sur l'aviso Enseigne de vaisseau Henry également même chose que ci dessus.
Ensuite de Début Avril 1983 retour sur la France avec le Balny , un petit détour à Muru avec baignade au club Martine
Ensuite la Der, Mars 1985 à Mars 1986 , responsable machin e des VTP de la DP de MORUROA , les ravitaillements sur les plates forme je connais.
Alors , je suis d'accord cela n'était propre , mais de là à décrire les scènes surréaliste , je dis NON à la mauvaise foi, Il y a des preuves que tous avaient des lunettes au moment tir , qu'il était interdit de manger le piosson du lagon , de manger des cocos et Bananes. Mais j'ai ent...

3.Posté par Pito le 25/02/2016 21:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Poste 1 tu as tout à fait raison, quoiqu'il soit fait ces gens râleront toujours, c'est leur credo. Ils tentent tout pour exister même raconter des bêtises. Nous la majorité, on veux tourner la page, nous recevons de la France une compensation financière. Maintenant le service oncologie de l'hôpital va recevoir du nouveau matériel, avoir deux médecins oncologues.
Ces gens dont la plupart ont profité de l'argent du cep, ne nous intéressent pas. Notre avenir c'est de donner du boulot à nos enfants pas de rémunération les souvenirs. Alors ça suffit leur cinéma, quand j'en parle autour de moi avec mes amis tout le monde est d'accord.

4.Posté par pif paf le 25/02/2016 22:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le fait nucléaire se doit d'être reconnu au profit des victimes qui sont en tout premier lieu les hommes et les femmes atteintes par les maladie radio-induites.
Les indemnités doivent donc leur être attribuées, et non pas des indemnités de manière large à "l'ensemble des polynésiens" comme pourraient le réclamer des hommes politiques.

Flosse, en changeant de discours, après son éviction en 2014 a brouillé un peu plus les cartes.

Quand au Haut-commissaire, il a été très maladroit.

5.Posté par Ronald TANGUY le 26/02/2016 07:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Père Auguste.
Lorsque vous parlez du pardon et de la réparation de celui qui a causé du mal à son prochain pour avoir fait du commerce sur son dos.
J'espère que vous parlez aussi des églises, des politiciens locaux Polynésien de l'époque qui nous ont bien mentis, enrichis, manipuler intellectuellement, profiter de l'argent public et des petits cadeaux offert par la France.
Car non seulement il n'y a pas eu de pardon de la part de ces élus locaux Polynésien envers la population mais en plus je n'ai pas vu de réparation de la part de ces gens là avec leur argent personnel et non pas avec de l'argent public pour dédommager tous ceux à qui ils ont mentis et rendu malade par la radioactivité....

6.Posté par papy le 26/02/2016 07:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je répond de métropole à Tewkes:
Présent sur les sites ( 5 éme RMP, 502 éme BCSP, 57éme BCSP) respectivement en 1972/1973, 1977/1978, 1978/1980 et 1984/1985 je sais aussi de quoi je parle.
Les transports spéciaux aller et retour, les surveillance de l'engin, les travaux et les dépannages route sud et nord, les dépannages à Denise et sur les dalles, les bitumages avant les visites officielles de certaines zone et plus encore.
mr le lcl Servant ne raconte que la bonne parole du Mindef comme bien souvent dans C dansl'air. Cette fois ci hélas à côté de la plaque.
Tenez j'étais présent lors de Tydée et Mecknes entre autre j'ai révé non.
Les noms inscrits sur le monument des morts de Hao (64 noms c'est une illusion)

7.Posté par jacky le 26/02/2016 08:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il ne faut pas tout mettre sur le dos du haussaire car il reçoit les ordres du président et de ses valets qui se foute pas mal de la population du moment qu'ils n'ont pas d'emmerdes aita peapea comme ils disent et surtout que des promesses comme d'habitude mais rien en retour

8.Posté par Peter SAUER le 26/02/2016 08:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ca devient vraiment ridicule cette surenchère des associations qui n'ont que ce sujet pour exister comme le dit le poste 1. Comme les journaleux locaux n'ont rien à se mettre sous la dent à part le mauvais temps, ils embrayent dans leurs sens et relayent toutes leurs énormités. Ca devient lassant à la longue.
Demander le départ du Haussaire montre bien le niveau intellectuel de ces personnes en mal de reconnaissance et de notoriété.

9.Posté par Vudal G le 26/02/2016 09:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Des dirigeants,imbus de leur personne, ont cru pouvoir commettre l'irréparable sans être inquiétés, depuis Paris ; ils ont eu raison en "arrosant" copieusement les politiques polynésiens. Les dangers se savaient, depuis 1945, la population s'en doutait. Les scandales ont fait la Une des journaux !!!
ALORS, pourquoi avoir voté pour les mêmes depuis ?

10.Posté par VUDAL G le 26/02/2016 09:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

N'oublions pas que le Haut Commissaire fait son travail sur ordre ; plus vous en publiez, plus il sera félicité.
Réclamer son départ, c'est facile car il partira bientôt de toute façon.

11.Posté par paku le 26/02/2016 09:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je suis au bout de la france petite partie de l'europe qui est aussi vaste que maohi nui. on est le bout de quelque chose de plus petit bizarre pas etonnant qu"il se fasse virer en 2017
vive la holéland

12.Posté par Henri THEUREAU le 26/02/2016 11:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Les associations de défense des essais nucléaires en colère"... Après lecture de l'article, il ne semble pas que les associations en question "défendent" les essais nucléaires, mais plutôt qu'elles les considèrent comme condamnables, voire, justement, indéfendables. Ce serait bien que les journalistes, qui sont des professionnels, donnent des titres qui ne disent pas le contraire du contenu de leurs articles.

13.Posté par pffff...LOL le 26/02/2016 12:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ pere auguste...c est bien ton eglise qui a preche le nucleaire en 1956 disant que tout le monde aurait de l argent et du travail....

@ tewkes, tu est donc en train de dire que tout le monde connaissait les consequances et les risques....mais on l a fait quand meme....

on pourrais juste tourner la page et se concentre sur l avenir???

14.Posté par boran le 26/02/2016 13:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tiens il y a le mahoi reveur ,le mahoi chanteur , le mahoi joueur de ukulele maintenant le mahoi raleur.

mais quand meme il y a aussi quelques mahois qui aboient apres que leur president soit parti .

Tout le monde est beau , tout le monde est gentil , y compris le gros menteur de l'elysee, ha ha ha .

mahoi ,il vous a bien eu , je le mettrai dans le guiness.: mille millions de mensonges.

15.Posté par paku le 26/02/2016 14:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il y avait le curé a moururoa

16.Posté par emere cunning le 27/02/2016 07:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ VUDAL G,
ODIEUX ! La France savait les dangers depuis 1945, et elle s’en est débarrassée chez nous. Et parce que la population s’en serait doutée, son compte est soldé. Vous n'avez pas honte ?
NON, parce que la France prétend être une DEMOCRATIE, elle aurait du dire toute LA vérité, organiser un référendum et la laisser choisir. Mais elle a décidé d'imposer ses essais sans la consulter (comme OT à l'ONU). Et les milliards qu’elle a octroyés bien après pour s’acheter une bonne conscience, G Flosse les a utilisés à ENFIN construire des lycées, logements, quais, aéroports, etc, à développer notre tourisme et créer des emplois pour ces français jusque là oubliés voire méprisés. Voilà pourquoi nous votons pour le même.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 18 Septembre 2017 - 17:57 Première réunion du Coscen : "un vrai un besoin"

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance