Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Les artisans se professionnalisent



PAPEETE, le 13 septembre 2017 - Le service de l'artisanat traditionnel de la Polynésie française finance une formation dispensée par SOI/Tupuna Kultur jusqu'au 20 septembre. Au programme, en plus de cours de langue et d'histoire, les stagiaires ont suivi des interventions sur la partie administrative de leur métier. Des œuvres collectives réalisées pendant la formation seront vendues aux enchères au profit d'une association caritative.

Depuis le 7 août, le centre SOI/Tupuna Kultur assure une formation auprès de stagiaires pour le compte du service de l'artisanat traditionnel de la Polynésie française. Cette formation s'achève le 20 septembre. "C'est une formation non rémunérée qui s'adresse à des artisans qui veulent professionnaliser leur activité", indique Brenda Tihoni responsable de SOI/Tupuna Kultur.

L'objectif affiché de la démarche est "d'apporter les connaissances administratives aux artisans, un accompagnement à la création de leur entreprise". Ainsi les stagiaires ont-ils eu des cours relatifs à la création de patente, au parcours à suivre en cours d'activité, aux différentes déclarations … Ils ont aussi pu découvrir l'ensemble des partenaires possibles pour un soutien financier.

"Chacun des stagiaires a un savoir-faire particulier. Il s'agit maintenant de le valoriser et le promouvoir", explique Brenda Tihoni. Ils étaient dix au départ et sont finalement six à avoir suivi toute la formation. Ces stagiaires sont soit déjà patentés, "ce qui a d'ailleurs obligé certains d'entre eux à quitter la formation pour assurer leur activité", soit membre d'associations. Comme c'est souvent le cas dans le secteur de l'artisanat.

La formation, qui a commencé le 7 août et se termine le 20 septembre, s'est découpée en cours théoriques, rencontres avec des professionnels de différentes instances publiques et privées (Service de l'emploi de la formation et de l'insertion professionnelles, Direction générale des affaires économiques, Chambre de commerce et de l'industrie, des services et des métiers, association pour le droit à l'initiative économique…), mises en pratique.

Les stagiaires ont eu des cours de langue (français et anglais), techniques de vente, marketing mais aussi d'histoire et culture. "Pour promouvoir leurs créations, les artisans doivent pouvoir les raconter, expliquer d'où viennent les matières premières, parler de leurs techniques…"

Des mises en pratique ont été organisées comme par exemple l'accueil de croisiéristes ou l'animation d'un brunch des artisans dans l'un des hôtels de Tahiti. Ils sont allés à Moorea, faisant le tour de l'île à la rencontre d'artisans en situation de travail au Tiki village et autres espaces touristiques. Des échanges avec des artistes ont enfin été proposés. "Souvent les artisans restent autour de leur stand alors qu'ils devraient se déplacer, rencontrer d'autres personnes pour s'ouvrir à la création."

Pendant cette formation, les stagiaires se sont retrouvés autour de deux œuvres collectives ces œuvres seront mises aux enchères à l'issue de la formation. Les fonds récoltés seront donnés à une œuvre caritative et serviront pour un déplacement artisanal et culturel à Rapa, sur invitation de Vainui Faraire Barsinas également stagiaires.


"Je veux confectionner des robes de mariées tressées."

Vainui Faraire Barsinas, artisane originaire de Rapa
Depuis qu'elle âgée de 12 ans, Vainui, travaille dans l'artisanat. Sa spécialité ? Le tressage de roseau de montagne. "C'est ce que j'aime faire, je réalise notamment des robes." Elle celle qui a conçu la robe portée par Leslie Timau, miss Marquises 2017, lors de l'élection miss Tahiti. Elle vit à Tahiti depuis 2010, retournant sur son île pendant les vacances. "Je suis la formation pour en apprendre plus au niveau administratif. J'expose mes créations lors des salons mais je veux apprendre à vendre en dehors de ces moments, faire de la communication, avoir une patente. Maintenant j'en sais plus." Elle a pu aussi affiner son projet professionnel. Il est clair aujourd'hui : "je veux confectionner des robes de mariées tressées et de la décoration pour des mariages".

Rédigé par Delphine Barrais le Mercredi 13 Septembre 2017 à 11:41 | Lu 959 fois





Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance