Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


"Les Révoltés de la Bounty" : un casting local pour une comédie musicale



Si la trame générale de la mutinerie légendaire a été respectée, elle a été aussi romancée pour des besoins scéniques. (Crédit photo : Philippe Bachet)
Si la trame générale de la mutinerie légendaire a été respectée, elle a été aussi romancée pour des besoins scéniques. (Crédit photo : Philippe Bachet)
PAPEETE, le 17 août 2017 - Thierry Cordonnier et Phil Nardone travaillent depuis deux ans sur le projet d'une comédie musicale sur l'histoire des "Révoltés de la Bounty". Ils viennent d'achever le casting pour les personnages polynésiens et ont sélectionné Teiva LC, Vaheana Fernandez, Eva Ariitai et Teva Salmon pour les rôles principaux. Début 2018, l'équipe devrait être au complet et entrer en production pour les enregistrements définitifs, les répétitions, etc.


Dans le showbiz depuis la fin des années 80, Thierry Cordonnier s'est installé au fenua en 2004. Il avait à cœur de réaliser un projet musical pour la Polynésie, qu'il "adore". Il confie : "Un jour, l'idée d'écrire une comédie musicale sur l'histoire vraie des "Révoltés de la Bounty" m'est apparue comme une évidence ; j'ai commencé les recherches et l'écriture, j'ai téléphoné à Phil Nardone, ami et associé de longue date, et nous avons commencé." Les deux hommes, qui avaient une boîte de production à Paris, se connaissent très bien. Thierry Cordonnier intervient comme producteur et directeur artistique, il donne donc "la direction musicale", tandis que Phil Nardone, auteur, compositeur, arrangeur et coach vocal, crée toutes les chansons. Cela fait deux ans qu'ils travaillent ensemble sur le choix et l'écriture de la trentaine de chansons programmées pour le spectacle.

"Entre trahison, amour et révolte, ce récit est juste extraordinaire. Avec la rencontre de ces deux cultures complètement opposées, cela va donner des tableaux très forts ! Nous ne sommes pas des historiens et même si nous avons suivi au plus près la véritable trame, nous avons dû la romancer et créer quelques personnages pour des besoins scéniques. Par exemple, nous avons imaginé une petite amie pour Fletcher Christian, qui est laissée en Angleterre afin d'écrire plusieurs belles chansons d'amour", explique Thierry Cordonnier. Toutes les chansons sont d'ores et déjà écrites, composées et enregistrées, la plupart avec des voix témoins, car le casting final débute seulement. Et le directeur artistique de préciser : "Nous tenions absolument à commencer le casting en premier ici à Tahiti. Phil, qui vit en métropole, vient de passer deux mois au fenua ; nous avons sélectionné deux chanteurs et deux chanteuses pour interpréter les quatre rôles principaux de la partie polynésienne de l'histoire. Aussi, pour les chorégraphies, nous avons rencontré Tumata Robinson, la chef de la troupe de danse Tahiti Ora, et son manager Roland Garrigou."

"Les chanteurs polynésiens ont vraiment du talent !"

Une partie de l'équipe réunie à Tahiti. En haut, de gauche à droite : Thierry Cordonnier, Phil Nardone et Teiva LC. En bas, de gauche à droite : Vaheana Fernandez, Eva Ariitai et Thomas Jagas.
Une partie de l'équipe réunie à Tahiti. En haut, de gauche à droite : Thierry Cordonnier, Phil Nardone et Teiva LC. En bas, de gauche à droite : Vaheana Fernandez, Eva Ariitai et Thomas Jagas.
Les rôles des quatre chanteurs polynésiens principaux ont été attribués de la sorte : Teiva LC, (qui s'appelle aussi Teiva dans la comédie musicale) interprétera le roi de Tahiti et le père de Vaema (la fille qui tombe amoureuse du lieutenant Fletcher Christian, Tarita alias Maimiti dans le film avec Marlon Brando) ; Vaheana Fernandez (qui conserve également son prénom) campera la reine et la mère de Vaema ; Eva Ariitai (Vaema) prêtera ses traits à la fille de Teiva et de Vaheana (celle qui s'amourache de Fletcher) ; et Teva Salmon (Mana) jouera le médiateur, celui qui détient le savoir et échange avec le botaniste de la "Bounty", David Nelson, pour les plants de 'uru.

"Sept chansons d'une grande puissance scénique et visuelle ont ainsi été enregistrées. Je tiens à remercier Moana Louis de Blackstone Productions et son équipe pour leur aide et le prêt de leur studio. Les chanteurs polynésiens ont vraiment du talent. Ils ont assuré lors des séances, ils ont été hyper pro, le tout dans une super ambiance !", tient à souligner Thierry Cordonnier. Un titre a été par ailleurs enregistré avec un chanteur venu de métropole, Thomas Jagas (Thomas Humbert de son vrai nom), qui fait aussi partie du casting final, dans la peau du marin John Adams. Les producteurs ont en outre rendez-vous en septembre prochain, à Paris, avec Maximilien Philippe (finaliste de la saison 3 de "The Voice") pour des essais pour le rôle du capitaine William Bligh. Pour l'anecdote, Teiva LC, Vaheana Fernandez et Maximilien Philippe ont tous les trois participé à "The Voice" en 2014. D'autres castings sont prévus pour le reste des rôles, sachant qu'il y en a douze au total.

Le coût de production estimé à environ 2 milliards de Fcfp

Maximilien Philippe, finaliste de "The Voice" en 2014, est pressenti pour le rôle du capitaine William Bligh.
Maximilien Philippe, finaliste de "The Voice" en 2014, est pressenti pour le rôle du capitaine William Bligh.
L'initiateur du projet souhaite "remercier Torea Colas, directeur marketing d'Air Tahiti Nui qui nous soutient à 100 % et avec qui nous avons signé une convention pour les billets d'avion, ce qui nous permet de pouvoir nous déplacer et travailler entre Tahiti et Paris. Sans oublier Pierre Durand, de la marque "The Mutiny" ; je trouve que le clin d'œil et le visuel sont sympas, car nous pensons déjà au merchandising et nous allons d'ailleurs essayer, quand le moment sera venu, de faire participer d'autres acteurs locaux."

Thierry Cordonnier doit revoir en septembre plusieurs majors comme Sony, Universal, Warner et d'autres labels. Il est également en contact avec des investisseurs privés pour lever des fonds. "Le coût de production d'une comédie musicale tourne en effet autour de 15 millions d'euros, soit environ 2 milliards de Fcfp", remarque le producteur. L'équipe envisage d'entrer en production début 2018 pour les enregistrements définitifs, les répétitions et tout ce que cela comporte, pendant de longs mois, pour commencer les représentations en France vers la fin de l'année ou début 2019. Avec un objectif ultime en ligne de mire : "Après la France, pouvoir présenter le spectacle à Tahiti, comme un cadeau pour tous les Polynésiens".

Rédigé par Dominique Schmitt le Vendredi 18 Août 2017 à 03:00 | Lu 4737 fois





Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 20 Octobre 2017 - 16:21 Coup de jeune au Pôle Entreprises de la CCISM

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance