TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Le "trou" de la Sécu: un déficit annuel en baisse, mais une dette toujours colossale




Paris, France | AFP | vendredi 23/09/2016 - Le déficit de la sécurité sociale s'est réduit ces dernières années, faisant dire à Marisol Touraine que le quinquennat Hollande "aura sauvé" le système. Mais des efforts restent à faire, sans compter le vrai "trou" de la Sécu, -la dette sociale accumulée--, toujours colossal.

Question: Maladie, famille, retraite, quel est le périmètre de la Sécu ?

Réponse: La Sécurité sociale ne se résume pas à l'assurance maladie. On distingue le régime général et ses quatre branches (maladie, retraites, famille, accidents du travail) et le Fonds de solidarité vieillesse (FSV) qui finance le minimum vieillesse et les cotisations retraite des chômeurs. S'ajoutent les autres régimes de base: MSA (Sécu agricole) ou RSI pour les indépendants.

Q: Déficit, dette, trou, de quoi parle-t-on ?

R: La Sécu repose sur le principe de solidarité: chacun cotise selon ses revenus et moyens et reçoit selon ses besoins.

Mais depuis 40 ans, à l'exception de quelques années de répit, les dépenses augmentent plus vite que les recettes, notamment en raison du chômage de masse.

Gouvernement et médias se focalisent sur le déficit annuel. Mais cumulés, ces déficits ont creusé la dette, le vrai "trou de la Sécu".

Fin 2015, la dette s'élevait à 156,4 milliards d'euros, après un léger reflux, le premier depuis 2001, de 2,1 milliards, selon la Cour des comptes. Soit à peu près 7% du PIB.

Le trou est huit fois plus profond qu'en 1996, quand la Caisse d'amortissement de la dette sociale (Cades) a été créée pour l'éponger. Financée par la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) et un pourcentage de la contribution sociale généralisée (CSG), elle est censée achever sa mission en 2024.

Q: Comment la situation a-t-elle évolué durant le quinquennat ?

R : A son arrivée en 2012, Marisol Touraine a trouvé un déficit de -17,5 milliards pour le régime général et le FSV. Elle vise un déficit quatre fois moindre en 2017 (-4,2 milliards), avec un régime général quasiment à l'équilibre (-400 millions d'euros).

Pour la première fois en 2016, les retraites seront excédentaires, mais essentiellement grâce à la réforme Sarkozy de 2010. La branche famille doit revenir dans le vert l'an prochain, grâce à la modulation des allocations familiales instaurée en 2015.

La situation de la branche maladie doit s'améliorer, avec un déficit diminué de moitié l'année prochaine, de 4,1 mds à -2,6 mds.

Q: Un déficit réduit, à quel prix ?

R: Le redressement ne s'est pas fait "sans réformes douloureuses et difficiles", rappelle l'économiste Claude Le Pen, citant notamment le report de l'âge de départ à la retraite de 60 à 62 ans.

Les "coups de rabot" n'ont pas épargné la santé, comme les hôpitaux, soumis à des baisses de tarifs "qu'ils compensent en augmentant un peu l'activité mais au prix d'un effort important pour les personnels", ajoute-t-il.

La ministre, de son côté, fait valoir que les économies ne sont pas au détriment des patients, parfois dotés de nouveaux droits comme la gratuité de la contraception pour les mineures.

Q: Marisol Touraine a-t-elle raison de dire que "la Sécu est sauvée" ?

R: "L'amélioration est impressionnante mais on n'est pas au bout du tunnel", prévient un observateur averti.

La ministre oublie de souligner la persistance du déficit du FSV (-3,8 milliards d'euros en 2017), qui ternit à la fois le résultat global de la Sécu et celui de sa branche retraites, dont il ne devrait pas être dissocié, selon la Cour des comptes.

La branche maladie reste, elle, inéluctablement confrontée à l'augmentation des dépenses de santé, en raison du vieillissement de la population, de l'augmentation des maladies chroniques ou de l'innovation. Les objectifs seront difficiles à tenir, a prévenu la Cour des comptes.

Pour Claude Le Pen, les prévisions de la ministre sont "très optimistes" notamment concernant l'augmentation de la masse salariale, source de recettes.

"Elle s'engage sur quelque chose de virtuel", relève-t-il, jugeant "bizarre" la "très grande volatilité des prévisions" de déficits "à quelques mois d'intervalle".

ac/db/kp

Rédigé par () le Vendredi 23 Septembre 2016 à 06:16 | Lu 253 fois


Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à contact@tahiti-infos.com. D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus


Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance