tahiti-infos

FENUACOMMUNICATION, Rue Charles Viénot BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel: 43 49 49

Vendredi 22 Août
17:32
I


S'inscrire

Le corail polynésien est globalement préservé



Andrew Bruckner, le responsable scientifique et Philip G. Renaud le capitaine de la fondation Living Oceans devant quelques-unes des photographies de la mission exposées au Coco’s à Punaauia.
Andrew Bruckner, le responsable scientifique et Philip G. Renaud le capitaine de la fondation Living Oceans devant quelques-unes des photographies de la mission exposées au Coco’s à Punaauia.
PUNAAUIA, lundi 8 avril 2013. La fondation Khaled bin Sultan Living Oceans avec son bateau d’observation océanographique le Golden Shadow terminera son exploration du récif corallien polynésien à la fin de ce mois d’avril. Huit mois d’exploration et de relevés scientifiques qui mettent en lumière l’exception de la Polynésie française. Arrivé en septembre dans les eaux polynésiennes, ce navire est le support principal d’une expédition de recherches menée à l'échelle mondiale par la fondation Living Oceans (financée par le prince saoudien, Khaled bin Suntan) sur l’observation des récifs coralliens dans le monde entier. Cette expédition démarrée en 2011 tout d'abord en Atlantique va durer environ six ans pour parcourir les différents océans. A chaque étape, les observations et relevés effectués par les scientifiques répondent aux mêmes normes afin de pouvoir comparer chaque site ; elles pourront être également comparées à de précédentes données, datant de 1998. L’important étant de se faire une idée exhaustive de l’état du corail.

C’est un message optimiste que portent en Polynésie les responsables de cette mission scientifique d’ampleur historique. Tout d’abord, grâce aux équipements pointus du Golden Shadow et à la participation de nombreux scientifiques internationaux –ils ont été près d’une soixantaine en Polynésie française- la mission apporte une masse de données matérielles sur l’observation du récif corallien sur l’ensemble des archipels de la Polynésie française jamais atteinte. Une cartographie précise des récifs coralliens de 29 îles ou atolls de Polynésie française va pouvoir être établie. Une base qui servira de référence scientifique pour suivre l’évolution de ces récifs coralliens. Un travail qui servira de base d’appui pour «les prochaines décennies» assure le capitaine Philip G. Renaud qui commande le bateau d’exploration. Les cartes référenceront également les différents types de corail de chaque île ou atoll (en moyenne 20 à 30 par site) et permettront un travail de comparaison utile pour la compréhension de l’évolution des conditions environnementales.

Alors qu’il reste à la fondation Living Oceans, cinq îles des Australes à visiter, ce qui sera fait d’ici la fin du mois, la mission délivre déjà quelques idées fortes sur la situation du corail polynésien. Globalement les récifs coralliens polynésiens se portent bien. Bien mieux en tout cas que ceux des îles des Caraïbes où les évènements climatiques (réchauffement des températures de la mer) et pression humaine conduisent à une extinction annoncée des récifs. En Polynésie française les scientifiques ont eu la très bonne surprise de voir que des zones entières des récifs coralliens des Îles de la Société ravagées entre 2004 et 2008 par l’étoile de mer tueuse de corail, la redoutable taramea, étaient en train de se reconstruire. «Le corail revient et il repousse très rapidement et au cours des quelques mois passés ici on a pu suivre cette progression. Cette régénération est un phénomène très excitant pour nous» précise Andrew Bruckner, le responsable scientifique de la fondation. Mais cette poussée du jeune corail ne va pas sans avertissement «il faut absolument penser à un développement durable en Polynésie» conclut le capitaine Philip G. Renaud pour éviter le stress sur le récif corallien. Le bateau Golden Shadow quitte le port de Papeete ce mardi pour rejoindre les Australes, dernière étape en Polynésie française de cette mission scientifique qui se poursuivra aux îles Cook en mai, à Fidji en juin, à Tonga en septembre et enfin en Nouvelle Calédonie en novembre prochain.

compresse_lof_global_results Compresse LOF global results  (49.75 Ko)


Le corail polynésien est globalement préservé
La mission en exposition à Punaauia

De magnifiques photos prises tout au long de la mission de la fondation Living Oceans en Polynésie française sont à découvrir cette semaine (jusqu’à samedi) dans le restaurant le Coco’s à Punaauia. L’entrée est libre de 9h à 15h. Les photos exposées ont été prises par le capitaine du navire d’exploration le Golden Shadow, Philip G. Renaud, mais également par Michele Westmorland une photographe indépendante de nombreuses fois primée pour son travail. Michele Westmorland est membre de l’iLCP, international League of Conservation Photographers une organisation à but non lucratif créée en 2005, qui a pour objet de recruter les compétences et l’expertise des meilleurs photographes de conservation au monde pour promouvoir la protection des récifs du monde.

Rédigé par Mireille Loubet le Lundi 8 Avril 2013 à 18:13 | Lu 1303 fois


Notez



Commentaires

1.Posté par tupai le 09/04/2013 11:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

merci à tous ces chercheurs et prenons soin de notre mer

2.Posté par Thierry le 09/04/2013 17:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oui merci et bravo.

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité People | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | PRESIDENTIELLES 2012








Depuis 1 mois les articles les plus...