Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Le boeuf, une source de protéines qui coûte cher à l'environnement



WASHINGTON, 21 juillet 2014 - La production de viande de boeuf induit un coût environnemental bien plus élevé que celle de volaille, de porc ou de toute autre source de protéines animales, révèle une étude publiée lundi aux Etats-Unis.

Pour élever un boeuf, un agriculteur aura ainsi besoin d'une surface 28 fois plus étendue que pour produire des oeufs ou de la viande de volaille, rapporte cette étude parue dans les Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

De même, il faut 11 fois plus d'eau pour irriguer les champs où poussent les foins et grains dont se nourrissent les bovins que pour les autres animaux d'élevage, selon les chercheurs du Bard College de New York, de l'Université de Yale et de l'Institut des Sciences Weizmann de Rehovot, en Israël.

Les boeufs émettent aussi cinq fois plus de gaz à effet de serre que les autres animaux qui sont sources de protéines.

Au total, l'élevage de bétail destiné à la consommation contribue à hauteur de 20% aux émissions de gaz à effet de serre, et c'est aussi une source majeure de pollution des cours d'eau, relèvent les scientifiques.

"Et le boeuf est très clairement l'animal le mois économe en ressources parmi les cinq catégories d'animaux", pointe l'étude.

La viande de boeuf compte pour 7% de l'ensemble des calories consommées par les Américains, rappelle-t-elle.

En conséquence, et pour soulager le fardeau environnemental, les auteurs proposent de "réduire la consommation de viande de boeuf".

Pour rédiger leur étude, ces derniers ont analysé les données ayant trait aux champs consacrés à l'élevage, à l'utilisation des ressources en eau et aux engrais que leur ont fournies les ministères américains de l'Agriculture, de l'Energie et des Affaires intérieures, pour les années 2000-2010.

Des représentants de la filière bovine américaine se sont élevés contre la méthode utilisée pour cette étude.

"L'étude parue dans les PNAS est une simplification grossière du système complexe qu'est la chaîne de production de boeuf", s'est indigné Kim Stackhouse, une responsable de l'Association américaine des éleveurs bovins.

"Le fait est que le boeuf produit par la filière bovine américaine émet moins de gaz à effet de serre que celle de n'importe quel autre pays", a-t-elle assuré à l'AFP.

Rédigé par AFP le Lundi 21 Juillet 2014 à 19:38 | Lu 292 fois





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 20 Octobre 2017 - 03:36 Un décès sur six lié à la pollution en 2015

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies