Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Le CESE approuve le projet de loi Egalité réelle outre-mer et fait des préconisations



Paris, France | AFP | mardi 12/07/2016 - Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) approuve, dans un projet d'avis que l'AFP s'est procuré mardi, le "projet de loi de programmation en faveur de l'égalité réelle en outre-mer", qui doit être présenté au cours de l'été en Conseil des ministres, et fait des préconisations.

Le CESE ne se prononce cependant que sur l'objectif du projet de loi (réduire les écarts de développements entre les Outre-mer et la métropole) et la méthode, qui sont les deux seules parties du texte pour lequel le gouvernement l'a saisi, a expliqué lors d'un point-presse le rapporteur Christian Vernaudon. "Nous n'avons pas rendu un avis sur le rapport Lurel", a-t-il insisté.

Pour préparer le projet de loi, le député de Guadeloupe Victorin Lurel a rendu en mars un rapport préconisant un "big-bang social" pour les outre-mer, avec 75 propositions.

Concrètement, le projet de loi, qui devrait être présenté en conseil des ministres le 3 août, prévoit la mise en place dans chacune des onze collectivités d'outre-mer habitées, d'un "plan de convergence", pour réduire les inégalités économiques avec l'Hexagone. D'une durée de 10 à 20 ans, ce plan comprendra notamment un "diagnostic économique, social, financier et environnemental" et recensera "l’ensemble des dispositions économiques à mettre en œuvre au regard des stratégies de développement local".

Le CESE confirme d'abord le diagnostic du gouvernement sur les écarts de développement entre les Outre-mer et l'hexagone, notamment sur l'accès aux principaux services de la vie courante, à l’éducation, au travail, la paupérisation et la précarité de la jeunesse, qui "justifient" le projet de loi.

L'avis suggère "de prendre en compte la diversité des statuts et des situations" et "d'intégrer dans les réflexions une nouvelle vision des Outre-mer", pour les considérer non "comme des régions ultramarines périphériques à +assister+ socialement", mais "comme des territoires d'innovation et d'excellence".

Pour Mayotte, "en situation de crise grave", il préconise cependant des mesures relevant de "la solidarité nationale et de l'intervention de l'Etat", indépendamment du processus de convergence. Par exemple, "le droit à l'éducation, l'un des principaux droits que la République doit à ses citoyens, n'est pas appliqué" à Mayotte, a insisté M. Vernaudon. Les enfants "ne vont à l'école que la moitié du temps, car il n'y a pas assez de classes et d'instituteurs", a-t-il déploré, soulignant que "ce n'est pas une loi de programmation qui doit régler le problème, mais c'est l'Etat qui doit prendre des mesures d'extrême urgence".

Le CESE insiste aussi sur la nécessité de faire progresser les Outre-mer "vers un développement durable", et d'intégrer "la révolution numérique, qui offre des opportunités exceptionnelles aux petites économies isolées". Il note aussi que les plans de convergence doivent intégrer "sans ambiguïté" l'accord COP21 et "la protection de l'exceptionnelle biodiversité et des ressources naturelles des Outre-mer".

Pour mettre en place la convergence, il préconise quatre étapes, intégrant "des démarches de démocratie participative": établir "un diagnostic partagé", élaborer "un projet stratégique de développement durable" (un projet de société), contractualiser "un plan de convergence" et évaluer les politiques mises en place pour atteindre cette convergence.

Pour cela, le CESE préconise que soient notamment calculés dans toutes les collectivités ultramarines "10 nouveaux indicateurs de richesse" (taux d'emploi, effort de recherche, endettement, espérance de vie en bonne santé, satisfaction dans la vie, inégalités de revenus, taux de pauvreté, sorties précoces du système scolaire, empreinte carbone, artificialisation des sols).

Rédigé par () le Mardi 12 Juillet 2016 à 05:34 | Lu 1314 fois






1.Posté par manoivi le 12/07/2016 07:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Egalité réelle, mort de rire, quelle insulte envers les populations des îles. Tu fais un passeport près des agents du Haut commissariat, mais il faut aller le chercher ensuite à Tahiti, et donc payer un billet d'avion, cerise sur le gâteau, tu reçois par SMS un avertissement, tu dois récupérer ton passeport avant telle date sinon il est détruit.
Plus de permis dans les îles, il y a longtemps que notre gendarme local, ayant eut ses deux années supplémentaires après les avoir quémandées au Maire de l'île, a préparé son concours d'officier, bilan, toutes ses fonctions de permis de conduire, tribunal forain et autres actions de la continuité territoriale ont disparu, mais c'est pas de l'enrichissement personnel, c'était pour la bonne cause, l'archétype du fonctionnaire colonisateur, un seigneur "de France"!!!

2.Posté par tuladibouffi le 12/07/2016 10:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Encore que blablabla inutile, de la poudre aux yeux par les mêmes qui étaient aux commandes et qui ont mené l'économie dans l'état que l'on connait aujourd'hui. Encore heureux que l'Etat à qui l'on doit cette économie artificielle nous perfusionne quand même pour maintenir un semblant de paix social, laquelle se fissure néanmoins de jour en jour pour cause le chômage croissant. Les présidentielles approchent alors il faut faire rêver les moutons. Comment parler d'égalité dans un contexte aussi différent que l'hexagone ? On viserait déjà l'équité que cela serait un bon début. Il suffit de constater la fuite vers l'étranger de nos jeunes diplômés. On maintient l'illusion à coup de divertissements, mais les divertissements n'apportent rien dans les assiettes.

3.Posté par taramea le 13/07/2016 07:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est ce monsieur (C.V.) qui a mis la CPS par terre avec son "invention" TE AUTAERA'A, pour faire bénéficier les grandes entreprises du pays , dont celui où il était le PDG à une époque, d'exonération de certaines taxes et le revoilà.

4.Posté par emere cunning le 15/07/2016 08:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

EGALITE RELLE, tu parles... DEPUIS LE TEMPS. Qui ne se souvient des grèves des populations antillaises contre LA PROFITATION ??? Ca date de quand déjà ? Que sont devenues les préconisations et promesses des Jego et autres pour, ne serait ce que, corriger le tir ??? Que du BLABLA d'un gouvernement à l'autre. Rien n'a jusqu'ici été fait concrètement, sinon payer la peau des fesses tout ce beau monde du CESC et autres boites à blablater à longueur de temps. Oui je sais, "pas des vraies questions, que du populisme", comme dit l'autre.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance