TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Lancement bénévole du tri sélectif à Fakarava : notre goutte dans l’océan.




Lancement bénévole du tri sélectif à Fakarava : notre goutte dans l’océan.
Habituée au tri sélectif des déchets depuis mon adolescence en métropole, je me suis retrouvée confrontée, des années plus tard, en vivant en Polynésie Française, à l’absence de solutions adéquates pour gérer les déchets générés dans les îles.
En parcourant différents archipels durant 6 ans (avec mon mari infirmier itinérant), j’ai rapidement était dérangée par le fait de devoir jeter l’ensemble de nos déchets en sachant que cela terminerait dans un trou à quelques centaines de mètres du village, de l’océan, des nappes phréatiques...

Installés depuis plus de 3 ans sur Fakarava, superbe atoll des Tuamotu, j’ai eu a cœur de m’impliquer, d’abord en triant à la maison, puis en créant des contacts et en étudiant la faisabilité de différentes solutions. Enfin, avec l’accord de la mairie, j’ai pu mettre en place un centre de tri bénévole derrière notre domicile.

Après avoir passé un accord avec l’entreprise de gestion des déchets (la SEP) pour le traitement à Tahiti, j’ai confectionné des paniers destinés au stockage et au tri, et ce grâce à Hinano Hellberg (femme remarquable, très active au niveau associatif sur l’atoll) qui m’a gracieusement donné la matière nécessaire issue de sa ferme perlière.

Afin de mobiliser la population, des affiches ont été disposées dans tous les lieux de vie et d’activités économiques du village.
Il s’agissait de faire appel au volontariat, puisque chacun devait m’amener son panier plein, pour tri, compactage et stockage.

Certains ont immédiatement répondu présents, d’autres ne se sentent hélas pas concernés par l‘avenir de leur atoll.
Pourtant, à l’abris du regard des touristes se mêlent au dépotoir à ciel ouvert : pneus, batteries, vieil électroménager et électronique passablement toxiques avec les déchets hélas trop courants : plastiques divers, aluminium, etc…
Tout vole au vent, souillant les alentours et tout sans distinction est régulièrement brûlé ou enfoui, polluant ainsi l’air et le sous-sol.
Tout ceci menace la faune et la flore locale et donc à terme la population elle-même, mais qui s’en soucis ? Sans parler de tout ce qui se trouve dans le lagon, le long des motu ainsi que sur les plages côté océan.

L’éloignement géographique de toutes les îles est une difficulté réelle en Polynésie mais des solutions concrètes sont envisageables.
Par exemple la mise à disposition, par l’Etat ou le territoire, d’un bateau destiné exclusivement au rapatriement des déchets dans l’ensemble des archipels, afin de diminuer les coups de fret à la charge des communes ou des bénévoles ☹, mais aussi d’inciter les commerçants à recourir aux produits consignés afin de limiter l’importation de déchets inutiles.

En tous les cas, à Fakarava en quelques mois, après un certain nombre d’heures passées sous le soleil à trier, nettoyer et compacter, avec une bonne dose d’énergie, de grands moments de solitude et quelques nuits sans sommeil à chercher comment renvoyer tout ça, ce sont tout de même 6m3 de recyclables (plastiques, canettes aluminium, boîtes de conserves, briques alimentaire et emballages cartons) qui ont été collectés grâce à une poignée de motivés.
Cela laisse imaginer les quantités qui pourraient être récupérées à l’année si l’ensemble de la population s’impliquait.
Dans notre famille de 4 personnes, le nombre de poubelle par semaine a été divisé par 3.

Une goutte d’eau dans la mer pour certains…
Je pense au contraire que ces fameuses gouttes ont toutes leur importance et sont à l’origine même des océans. A chacun d’y ajouter la sienne.

Je tenais donc à remercier :
- L’ensemble des participants : particuliers, snacks et pensions de famille.
- Le directeur de la SEP Benoît Layrle qui a pris à sa charge exceptionnellement le traitement des déchets.
- La commune et les employés communaux venus avec les engins transporter les big-bag jusqu’au quai avant embarquement pour Tahiti.
- Merci également au capitaine du Maris Stella qui m’a fait un tarif préférentiel pour le fret jusqu’à Papeete, et à mon contact ici : Tumoana Varas qui a été mon négociateur.
- Et un MERCI tout particulier à Hinano Hellbeg qui fait preuve depuis des années d’une motivation sans faille, en nettoyant les bords de route avant chaque arrivée de paquebot, qui a déposé d’autres paniers tout le long du village et m’a amené les déchets à recycler chaque semaine, qui a été présente le jour du transport des big-bag jusqu’au quai, m’a soutenu dans ma démarche depuis le début, et qui va surtout prendre la suite des opérations étant donné notre départ prochain de Polynésie.
Elle donne ainsi toute sa légitimité à ma démarche, le but premier étant sa pérennisation.
Bonne continuation et bon courage à elle.

Rédigé par Caroline C. le Lundi 18 Mars 2013 à 21:00 | Lu 541 fois


Notez


Commentaires

1.Posté par taote le 18/03/2013 12:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Très bien Caroline, mais que deviennent les DAS (déchets issus des activités de soins ) que la DSP est incapable de traiter…
Comme chez nous, vous avez une pièce en plein soleil remplie de boites jaunes qui puent, et des poubelles avec des compresses souillées qui finissent au dépotoir….
Dans un pays, où l'on se fout tant de son propre corps, comment penser que les Polynésiens vont se soucier des déchets.
Mais belle initiative.
Et bon vent..

2.Posté par Véronique le 18/03/2013 20:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bien entendu, chapeau à cette initiative et merci à ceux qui la soutiennent et qui participent. Mais il est désolant que ce soit des administrés qui pallient à l'inaction et à l'incompétence des élus!!! Je rappelle que Fakarava est une réserve de Biosphère et que la gestion des déchets est une compétence communale. Heureusement que certains savent ce que veut dire sens civique et se dévouent à l'amélioration de notre cadre de vie et au bien être de tous.


3.Posté par danielle cottalorda le 18/03/2013 21:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bravo, Caroline, comme le dit Pierre Rabhi, tu as fait ta part (importante) comme le Colibri (et même plusieurs Colibris). Encore bravo et à très bientôt sur le continent et surtout bon courage à tous les quatre et bisous...

Signaler un abus

Sports | SportLive | Parau Ha'uti | OPEN | La video de la semaine | En exclu sur TAHITI INFOS | Faire-parts | Décès | Mieux comprendre | La tribune politique | Expression libre | CCISM | Le savez-vous? | SERVICES | Archives | TIFO, la monarquenovela | programme TV | Evènement | Observatoire des Prix | Tiki