TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

La piste de l'argent au menu du procès Cahuzac




La piste de l'argent au menu du procès Cahuzac
Paris, France | AFP | mercredi 06/09/2016 - Au premier jour de son procès pour fraude fiscale, lundi, Jérôme Cahuzac a entraîné le tribunal correctionnel de Paris sur la piste d'un financement politique. Mercredi, l'ex-ministre du Budget devra s'expliquer sur les tribulations de son argent caché à l'étranger, de la Suisse à Singapour.

L'ancien élu socialiste, héraut de la lutte contre l'évasion fiscale, boxeur à ses heures, est resté un orateur hors pair. Lundi, il a savouré l'effet de sa déclaration lâchée dans la torpeur de l'après-midi: le premier compte ouvert à sa demande en Suisse en 1992 par un ami était destiné à "financer" le courant politique de Michel Rocard.

C'est la première fois qu'il affirme que ce compte ouvert à la banque genevoise UBS par l'avocat proche de l'extrême droite Philippe Péninque a servi "pendant sept mois, de novembre 1992 à mai 1993", au financement des activités d'un homme dont il espérait "qu'il aurait un destin politique national".

Il est "certain que Michel Rocard ignorait tout", mais refuse de livrer le moindre nom au sein de l'équipe de l'ex-Premier ministre socialiste (1988-1991), décédé le 2 juillet.

Il n'est pas jugé pour cela: un temps évoquée dans la presse, la piste du financement politique n'avait pas été retenue par les juges d'instruction. Invité à donner des détails, Cahuzac a dit avoir démarché des laboratoires pharmaceutiques et affirmé que Pfizer avait effectué "deux versements".

Cette nouvelle "vérité" de Jérôme Cahuzac a inspiré du "dégoût" au Premier ministre Manuel Valls, ancien du cabinet Rocard, et de l'ironie aux internautes qui ont listé une série de "trucs qui sont en fait de la faute de Michel Rocard #BlameItOnRocard", de "l'extinction des dinosaures" à "l'assassinat de Kennedy".

"Aller dans les détails"

Une seule certitude, l'ex-ministre menteur a encore menti: était-ce devant les juges d'instruction ou au tribunal? a demandé le procureur Jean-Marc Toublanc. Est-ce que l'argent versé en Suisse ne provenait pas plutôt des activités de lobbying du chirurgien, alors tout juste sorti du cabinet du ministre de la Santé Claude Evin?

Jérôme Cahuzac a vigoureusement nié tout lobbying, défendu sa trajectoire de jeune chirurgien happé par la politique, reconverti dans l'implant capillaire et le conseil, "en toute transparence".

Il a expliqué au tribunal qu'après la déroute socialiste aux législatives de 1993, il avait "tout arrêté". L'argent accumulé sur ce premier compte - 3 millions de francs, ce qui équivaudrait aujourd'hui à quelque 600.000 euros - est alors transféré sur un nouveau compte ouvert en juin à l'UBS par Cahuzac lui-même.

C'est ce compte n°557847, nom de code "Birdie" - "un coup d'avance" au golf -, qui va faire l'objet d'un examen minutieux mercredi. C'est à partir de ce compte, transféré à la banque Reyl en 1998, que les fonds vont se promener de Genève à Panama, de Panama aux Seychelles, pour atterrir enfin à Singapour.

C'est de cette fraude "sophistiquée" dont l'ancien ministre doit répondre. Pour fraude fiscale et blanchiment, Jérôme Cahuzac encourt jusqu'à sept ans de prison et un million d'euros d'amende.

Jugés avec lui, son ex-épouse Patricia Ménard, qui a elle aussi dissimulé de l'argent à l'étranger, et leurs anciens conseillers, le banquier François Reyl et l'ex-avocat Philippe Houman.

Le président de la 32e chambre correctionnelle, Peimane Ghaleh-Marzban, a prévenu qu'il faudrait "aller dans les détails", pour "comprendre" comment un ministre chargé du redressement fiscal de la France a pu avoir un compte caché en Suisse.

Le scandale, qui éclate fin 2012 avec les révélations du site d'informations Médiapart et dure des mois car le ministre nie, a fait tanguer le gouvernement, puis conduit à la création d'un parquet national financier et d'une Haute Autorité pour la transparence de la vie publique.

Rédigé par Sofia BOUDERBALA le Mardi 6 Septembre 2016 à 16:26 | Lu 192 fois


Notez


Commentaires

1.Posté par emere cunning le 06/09/2016 22:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Wouahh, la bombe !!! Michel Rocard, lui tellement... j'en perds mes mots. Qui l'eut cru ??? Et Monsieur "qui paye contrôle" ignorerait tout de la provenance des fonds qui aurait contribué au financement de ses activités ???
Pas un pour sauver l'autre. Et ça vient nous donner des leçons.

Signaler un abus


Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance