TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Jacqueline Sauvage renonce à se pourvoir en cassation après le rejet de sa demande de conditionnelle




Paris, France | AFP | vendredi 25/11/2016 - Jacqueline Sauvage, condamnée à dix ans de prison pour le meurtre de son mari violent et partiellement graciée par le président, renonce à se pourvoir en cassation après un nouveau rejet de sa demande de libération conditionnelle, ont annoncé ses avocates à l'AFP.

Jacqueline Sauvage, "épuisée par ce parcours judiciaire", et sa famille "renoncent à se pourvoir en cassation", ont déclaré vendredi Mes Nathalie Tomasini et Janine Bonaggiunta.

Après un premier refus du tribunal d'application des peines de Melun (Seine-et-Marne) le 12 août dernier, la cour d'appel de Paris a à son tour rejeté jeudi la demande d'aménagement de peine de Mme Sauvage, à laquelle le parquet général ne s'était pourtant pas opposé.

Les avocates avaient alors annoncé qu'elles comptaient se pourvoir en cassation contre un arrêt qui "n'a pas tenu compte des pièces fournies", selon elles.

Dans son arrêt que l'AFP a pu consulter, la cour d'appel estime que Jacqueline Sauvage continue "à se poser en victime (...) tout en remettant en question l'élément d'intentionnalité", que "sa réflexion demeure pauvre et limitée puisqu'elle peine encore à ce jour à accéder à un réel et authentique sentiment de culpabilité".

La cour souligne aussi que la rapidité avec laquelle elle a usé de son droit à demander une libération conditionnelle, après la grâce présidentielle en janvier, et la "médiatisation du dossier" ont rendu "sa réflexion et sa prise de conscience plus difficiles et complexes sur le sens de la peine".

En première instance en octobre 2014, comme en appel en décembre 2015, Jacqueline Sauvage avait été condamnée à dix ans de réclusion criminelle. A chaque fois, la cour d'assises a écarté la préméditation de son geste.

Ses trois filles avaient témoigné à charge contre leur père, expliquant avoir été violées et battues comme l'était leur mère.

Jacqueline Sauvage est devenue un symbole des victimes de violences conjugales et sa condamnation en 2014-2015 avait suscité, de manifestations en pétitions, une vague d'indignation.

Après la mobilisation de ses filles et de nombreux élus et personnalités, elle avait obtenu le 31 janvier une grâce partielle du président François Hollande, notamment de la période de sûreté, lui permettant de présenter immédiatement une demande de libération conditionnelle.

Rédigé par () le Vendredi 25 Novembre 2016 à 05:10 | Lu 109 fois


Notez


Commentaires

1.Posté par lebororo le 25/11/2016 11:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un assassinat est définitif...
Porter plainte est-il interdit?

2.Posté par zozo le 25/11/2016 13:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

quel risque cette femme fait elle courir à la population pour être incarcéré ? une libération conditionnelle,un port de bracelet électronique s'était l'évidence. Elle est libéré de son tortionnaire mais pas de nos bien penseur . Ils ont failli en arrêtant pas eux même le monstre et aujourdhui il mette en avant l'interdiction de se faire justice. 40 années de sévices , fut un temps cet homme aurait été condamné à mort ! Notre société a failli en permettant que de telles choses puissent arrivé, elle continue aujourdhui en mettant cette femme en prison tout comme elle voulait mettre cet homme de 80 ans en prison pour avoir aidé sa femme à mourir. Tout ça parce que HOLLANDE n'a pas voulu donner une grace totale !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à contact@tahiti-infos.com. D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance