TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Inès, Ornella, Sarah: un commando de femmes déterminées à devenir terroristes




Dans la nuit du samedi 3 au dimanche 4 septembre, la police a découvert au moins six bonbonnes de gaz dont cinq pleines dans le coffre d’une voiture dépourvue de plaques d’immatriculation, près de Notre-Dame à Paris
Dans la nuit du samedi 3 au dimanche 4 septembre, la police a découvert au moins six bonbonnes de gaz dont cinq pleines dans le coffre d’une voiture dépourvue de plaques d’immatriculation, près de Notre-Dame à Paris
Paris, France | AFP | samedi 10/09/2016 - Une voiture piégée, remplie de bonbonnes de gaz, abandonnée en plein Paris: l'enquête déclenchée par cette découverte a conduit au premier commando de femmes jihadistes à vouloir frapper la France, des "fanatisées" qui n'ont pas réussi à gagner la Syrie.

Gaz, hydrocarbure et cigarette

Une Peugeot 607 est stationnée dans le Quartier latin, non loin de Notre-Dame, quand l'employé d'un bar signale, dans la nuit de samedi à dimanche, la présence d'une bouteille de gaz sur un siège du véhicule, warnings allumés et sans plaque d'immatriculation.

Pour les enquêteurs, aucun doute: la voiture piégée était destinée à prendre feu. Dans le coffre, ils découvrent cinq bonbonnes pleines de gaz, trois bouteilles avec des traces de gasoil, une couverture avec des résidus d'hydrocarbure ainsi qu'une cigarette à peine consumée, mais aucun dispositif de mise à feu.

L'amateurisme du système interpelle, mais, alors que la France est confrontée à une menace terroriste sans précédent, la découverte est prise très au sérieux: le parquet de Paris ouvre une enquête pour "association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste criminelle".

Des projets de départ vers la Syrie

Les investigations s'orientent vers la fille du propriétaire de la 607, Inès Madani, 19 ans, connue des services pour avoir voulu se rendre en Syrie, et en lien avec des Belges radicalisés, d'après la télévision belge RTBF.

Dans la voiture, la police relève les empreintes d'Ornella G., 29 ans, également fichée "S" pour des velléités de départ vers les terres du jihad.

En garde à vue, cette mère de trois enfants, arrêtée mardi dans le sud de la France et présentée samedi à la justice antiterroriste à Paris, livre des éléments, même si ses déclarations varient. Selon son récit rapporté à l'AFP par une source proche de l'enquête, "après une tentative infructueuse" pour mettre le feu au véhicule, les jeunes femmes "ont fui à la vue d'un homme" pris "pour un policier en civil". Une autre source proche de l'enquête évoque aussi, à ce moment-là, une dispute entre les suspectes.

Qui était présent? Inès Madani, Ornella G., peut-être une troisième femme, Sarah H., 23 ans, qui a tenté en mars 2015 de partir en Syrie avant d'être refoulée par la Turquie.

L'enquête s'accélère. En suivant la piste d'Inès Madani, la police remonte jusqu'au domicile d'Amel S., 39 ans, à Boussy-Saint-Antoine (Essone).

Alerte maximale

Jeudi, un message d'alerte maximale est envoyé aux policiers et une cellule de crise mise en place au "fumoir" du ministère de l'Intérieur.

Des renseignements laissent entendre que le commando préparerait un nouvel attentat imminent: il envisage d'attaquer des gares dans l'Essonne et à Paris, de s'en prendre à des policiers, de se procurer des ceintures explosives ou de lancer des voitures contre des bâtiments, d'après des sources proches de l'enquête. Le parquet de Paris ouvre une seconde enquête concernant cette nouvelle menace.

Jeudi en début de soirée, les trois jeunes femmes sont repérées par les policiers à Boussy-Saint-Antoine.

Preuve de sa détermination, Sarah H., entièrement voilée, court vers un agent et lui assène un coup de couteau de cuisine. Inès Madani se jette sur un second fonctionnaire, elle aussi couteau à la main, mais le policier tire et la blesse. Elles sont arrêtées. Vendredi, la fille d'Amel S. est également placée en garde à vue.

Comment le commando comptait passer à l'acte? Les moyens d'action semblent rudimentaires. Sept bouteilles en verre vides, et "ce qui pourrait s'apparenter à des mèches artisanales en papier", selon le procureur de Paris, François Molins, ont été retrouvées dans l'appartement de Boussy-Saint-Antoine.

Allégeance à l'EI

Mais la motivations de ces femmes ne font guère de doute: Inès Madani avait, dans son sac à main, une lettre d'allégeance au groupe jihadiste Etat islamique et, dans son ordinateur, de la propagande jihadiste.

Sarah H. a, quant à elle, laissé un testament. Sa mère, qui vit à Cogolin, "avait fait appel à moi l'année dernière, en criant au secours", a raconté le maire de cette ville du Var Marc-Etienne Lansade (FN).

Son profil intrigue les enquêteurs en raison des connexions avec les auteurs de récents attentats: elle était la "promise" de Larossi Abballa, qui a tué un policier et sa compagne le 13 juin à Magnanville (Yvelines) avant d'être abattu, puis d'Adel Kermiche, qui a attaqué le 26 juillet une église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) avant d'être également tué par la police.

Elle devait se marier prochainement avec Mohamed Lamine A., placé en garde à vue dans cette nouvelle affaire, et dont le frère est incarcéré pour ses liens avec Abballa.

Sarah H. n'a semble-t-il jamais vu les trois hommes, qui "lui ont été proposés via internet", explique une source proche du dossier.

Internet qui joue un rôle essentiel dans l'enquête: c'est a priori via la messagerie privée Telegram que les jeunes femmes sont entrées en contact entre elles.

Pour les enquêteurs, le commando a été "téléguidé" depuis la Syrie. Ils tentent d'éclaircir le rôle qu'a pu jouer Rachid Kassim. Ce jihadiste français originaire de Roanne se trouve en zone irako-syrienne d'où il s'est révélé être un propagandiste très actif sur Telegram, appelant à frapper la France.

sde/fff/kp


Rédigé par AFP le Samedi 10 Septembre 2016 à 09:42 | Lu 337 fois



Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à contact@tahiti-infos.com. D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance