TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Indépendance des médias: le Sénat rejette le texte




Paris, France | AFP | jeudi 29/09/2016 - Le Sénat à majorité de droite a rejeté jeudi en nouvelle lecture la proposition de loi sur l'indépendance des médias, qui renforce notamment la protection des sources des journalistes.

Les sénateurs ont adopté par 188 voix, LR et centristes, et 151 contre, toutes de gauche, une motion de rejet présentée par la présidente de la commission de la culture Catherine Morin-Desailly (UDI-UC).

Une commission mixte paritaire avait échoué à trouver un accord entre les deux chambres sur le texte. Il doit à présent être examiné lors d'une ultime lecture par l'Assemblée nationale, qui aura le dernier mot et devrait l'adopter définitivement.

Mme Morin-Desailly a reproché à la proposition de loi, déposée après les accusations de censure de reportages à Canal+, d'avoir été préparée "dans l'urgence" par le député PS Patrick Bloche.

"Il s’agit d’un texte de circonstance destiné à sanctionner une entreprise de média en particulier avec pour conséquence de jeter l’opprobre sur toutes les autres", a-t-elle dit.

Ensuite elle a estimé que "de nombreuses dispositions font montre d’une défiance généralisée vis-à-vis des directions des entreprises de médias sur les questions de déontologie, instaurent un mécanisme de contrôle étendu et tatillon et, surtout, renforcent les prérogatives d’une institution – le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) – dont le rôle et l’étendue des pouvoirs ne font plus consensus".

Enfin, selon elle, l'équilibre de la loi Dati de 2010 sur la protection des sources des journalistes a été "remis en cause" de manière excessive.

La loi de 2010 est "insuffisamment protectrice", et le gouvernement travaille depuis le début du quinquennat à son amélioration, lui a répondu la ministre de la Culture Audrey Azoulay.

Le texte définit une liste d'infractions qui entraineraient la levée du secret des sources, a-t-elle souligné. "Vous y préférez la notion plus floue de motif prépondérant d'intérêt public, comme vous refusez l'extension du secret des sources à toute la chaîne de l'information", a-t-elle lancé aux sénateurs.

Par ailleurs, elle a reproché à la commission des lois du Sénat "de remettre en cause les principes fondateurs de la loi de 1881" sur la presse, "au risque de voir de grands groupes faire pression sur les médias".

"S'il fallait aller vite, c'est qu'affaires et controverses se multiplient, liées aux pressions d'actionnaires sur les journalistes", a lancé David Assouline (PS). "Sans secret des sources, il n'y a pourtant pas de liberté d'informer", a-t-il dit jugeant qu'"il est bon que certains sujets soient mis sur la table à l'approche des élections de 2017".

Pour Colette Mélot (Les Républicains) qui a reproché au gouvernement de vouloir "faire de cette loi un outil de communication sur son attachement à des valeurs auto-proclamées de gauche", "ce texte censé garantir les libertés apporte de nouvelles contraintes aux entreprises de presse".

"Les réponses apportées ici aux problèmes des médias sont superficielles", a estimé Patrick Abate (Communiste, républicain et citoyen), citant "l'extrême concentration d'une presse française aux mains d'une douzaine de milliardaires; les difficultés aiguës de la presse écrite; la révolution numérique ; la remise en cause de la neutralité du Net; les conditions de travail des journalistes et les pressions dont ils font l'objet".


Rédigé par () le Jeudi 29 Septembre 2016 à 11:48 | Lu 243 fois


Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à contact@tahiti-infos.com. D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus


Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance