tahiti-infos

FENUACOMMUNICATION, Rue Charles Viénot BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel: 43 49 49

Jeudi 31 Juillet
7:35
I


S'inscrire

Inauguration à la Délégation de la Polynésie française à Paris de l’exposition Tamari’i volontaires



Inauguration à la Délégation de la Polynésie française à Paris de l’exposition Tamari’i volontaires
FRANCE, le 06 JUIN 2014. (COMMUNIQUE) George PAU-LANGEVIN, ministre des Outre-mer, et Béatrice CHANSIN, ministre de la Santé, de la protection sociale généralisée et de la fonction publique au sein du gouvernement du président Gaston FLOSSE, ont inauguré, jeudi, à la Délégation de la Polynésie française à Paris, l’exposition Tamari’i Volontaires, les Tahitiens dans la seconde guerre mondiale, en présence de celui qui l’a imaginée et conçue, Jean-Christophe SHIGETOMI, président de l’association « Les Polynésiens dans la guerre ».

Un remarquable et minutieux travail de mémoire qui a notamment permis de rappeler qu’au moment où sont commémorés les soixante-dix ans du débarquement des Alliés en Normandie, de jeunes et courageux Polynésiens, tous volontaires, avaient eux aussi contribué de manière éclatante et héroïque à la libération de leur nation, la France.

Après avoir rappelé les faits d’armes de ces courageux et si exemplaires jeunes Polynésiens, la ministre Béatrice CHANSIN a dit toute l’émotion que suscite encore, et de manière unanime, soixante-dix ans après, leur sacrifice et le fait qu’ils se soient tous portés volontaires pour défendre la France : « Il y a quelque chose de puissant et d’émouvant dans cette démarche qui aujourd’hui encore interpelle. Comment comprendre que ces jeunes qui vivaient au paradis, car la Polynésie est un paradis, aient eu envie de traverser le monde pour venir se jeter dans l’enfer de la guerre ? Car ils étaient bien volontaires, rien ne les obligeait à s’engager. C’est pourquoi, en Polynésie, on les appelle les « Tamari’i volontaires », les enfants volontaires, avec un sens affectif, patriotique. Le goût du voyage, l’envie d’aventure n’expliquent pas tout. Ils étaient assurément portés par un idéal à leurs yeux bien plus important que leur propre existence. Ils étaient prêts à donner leur vie pour la Mère patrie, si lointaine, parfois si abstraite, et pourtant si chère à leurs yeux ».

« Pas d’avenir sans mémoire »

La ministre a, en outre, souligné : « Il n’y a pas d’avenir sans conscience du passé, il n’y a pas d’avenir sans mémoire. Ne l’oublions pas, la solidarité nationale qui nous lie et nous oblige, donne tout son sens à cette communauté de destin, à ce vouloir vivre ensemble ; elle plonge ses racines dans ce passé et se nourrit de cette mémoire ».

La ministre de la Santé a, de surcroît, souhaité que les jeunes générations puissent s’approprier leur histoire et la connaître : « Cette exposition ‘Tamari’i Volontaires’ que nous inaugurons ensemble, placée sous le haut patronage de la Polynésie française et de son président Gaston FLOSSE, que je représente aujourd’hui, est une modeste mais bien belle contribution à ce devoir de mémoire, à cette réappropriation de notre histoire commune ». Et Béatrice CHANSIN de conclure son discours en félicitant Jean-Christophe SHIGETOMI pour avoir réalisé « cette très belle recherche historique, profondément humaine qui nous rappelle l’engagement et les sacrifices de nos aînées les ‘Tamari’i volontaires’ et que consacre aujourd’hui cette exposition ».

Un peu plus tôt, dans son mot d’accueil, Gérald HUIOUTU, chef du service de la Délégation de la Polynésie française à Paris, avait indiqué que Jean-Christophe SHIGETOMI l’avait sollicité six mois auparavant pour organiser en avant-première cette exposition à la Délégation et qu’il avait accepté d’emblée « parce que je connais le travail remarquable entrepris depuis plusieurs années par Jean-Christophe et son association de mémoire pour que les sacrifices de nos aînés ne soient pas oubliés ». Et surtout parce qu’il lui semblait important de « rappeler aux Français de l’Hexagone l’histoire de ces Polynésiens qui, en 1940 ont quitté leur île lointaine, traversé les océans et les continents, pour poursuivre la lutte aux côtés des Anglais et de la France libre ».

Jean-Christophe SHIGETOMI a rappelé que, par deux fois, les Etablissements français de l’Océanie étaient venus au secours de la France, en 1916 dans les rangs du bataillon mixte de marche du Pacifique et en 1940 avec la France libre : « le travail de mémoire que j’ai entrepris ces dernières années leur est dédié, afin que vivent, je dirais même plus, survivent leur histoire et leur épopée, souvent méconnue de nos contemporains».

Des destins extraordinaires

Son exposition a pu voir le jour grâce aux dons ou prêts de photos inédites issues de fonds familiaux et aux illustrations de Jean-Louis SAQUET, tirées du livre Tamari’i volontaires, les Tahitiens dans la seconde guerre mondiale à paraître. « Ce travail de mémoire a débutéil y a maintenant plusieurs années. C’est une aventure humaine palpitante que de repartir dans son histoire, de retrouver tous ces noms qui nous sont aujourd’hui si familiers mais aussi de découvrir les destins extraordinaires d’hommes qui sont restés anonymes », a-t-il souligné.

Jean-Christophe SHIGETOMI a aussi déclaré que cette première exposition, qui se tient à Paris jusqu’au 26 juin, sera suivie d’une seconde qui ouvrira ses portes en juillet au Musée de Tahiti et des îles. La ministre des Outre-mer va, pour sa part, étudier la possibilité de transférer cette exposition rue Oudinot cet été, à l’occasion de la commémoration du débarquement en Provence le 15 août 1944. Quatre-vingt personnes avaient répondu à l’invitation de Gérald HUIOUTU à se rendre au vernissage de cette exceptionnelle exposition. Parmi elles, Brigitte GIRARDIN, représentant spéciale des autorités de la Polynésie française à Paris, Sophie ELIZEON, Déléguée interministérielle pour l’égalité des chances des Français d’Outre-mer, ainsi que des descendants de certains Tamari’i Volontaires.


Tamarii-Volontaires1
  • Tamarii-Volontaires1
  • Tamarii-Volontaires2
  • Tamarii-Volontaires4
  • Tamarii-Volontaires6

Rédigé par Présidence de la Polynésie Française le Vendredi 6 Juin 2014 à 11:52 | Lu 1429 fois


Notez


Commentaires

1.Posté par Gabs le 06/06/2014 22:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

« Il n’y a pas d’avenir sans conscience du passé, il n’y a pas d’avenir sans mémoire..." EXACT ! ! ! Mais ça ne ramènera pas les milliards détournés au profit de quelques personnes et quelques familles bien placées et qui continuent toujours d'en profiter comme si c'est un dû !!! Et tout cela, sur le dos de la population ! ! !

Pas grave !! Il faut juste se rappeler que untel ou telle famille s'est bien enrichi et puis on change de sujet ! ! !

2.Posté par Kaddour le 08/06/2014 19:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

rappelons quand même qu'aujourd'hui encore , de jeunes tahitiens s'engagent pour aller se battre en Afrique, ou en Afghanistan ou ailleurs de par le monde !!! Sont-ils moins méritants que ces "anciens" que l'on fête aujourd'hui ???
Il est vrai la mémoire confrontée au présent est parfois bien sélective ...

3.Posté par Te Haama öre le 08/06/2014 22:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Encore une raison justifiée d'aller a Paris gratis pour la Béatrice avec quel résultat ? On se demande encore....et les 12 toubibs on l'a dans l'os ou quoi ? Lamentable

4.Posté par Pito le 23/06/2014 10:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis fervant partisant de notre président. Mais quel erreur de casting cette Béatrice qui passe ton temps à Paris pour aller voir gratuit sa fille!! sur notre dos et au nez de tout le monde .
C'est bien beau de poser en photo à 20 000 k quand elle est incapable de régler quoi que ce soit ici, sauf à renvoyer en France des médecins polynésiens qui ne disent pas " oui " à tout ce qu'elle pense. Pour garder des médecins de France qui ont fait allégeance.
LAMENTABLE le casting, Gaston nous avait habitué à mieux.

5.Posté par isabelleA le 23/06/2014 11:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ou comment shigetomi entend se maintenir directeur de l 'aviation tout en étant le plus mauvais de tous

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible".
Merci de nous signaler tout contenu illicites à contact@tahiti-infos.com
D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes moeurs de quelque manière qu'il soit. Elle se reserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter.
Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante.
Merci de votre compréhension.

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité People | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | PRESIDENTIELLES 2012








Depuis 1 mois les articles les plus...