Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Il caillasse la gendarmerie pour retourner en prison



Ruben Mai a refusé que son avocate, Me Roy, prenne sa défense. Sans doute pour mettre toutes les chances de son côté. Il avait déjà dégradé une gendarmerie en février à Tiarei pour les mêmes raisons. (Archives)
Ruben Mai a refusé que son avocate, Me Roy, prenne sa défense. Sans doute pour mettre toutes les chances de son côté. Il avait déjà dégradé une gendarmerie en février à Tiarei pour les mêmes raisons. (Archives)
PAPEETE, le 19 septembre 2016 - Et il obtient gain de cause. Le tribunal correctionnel a condamné à 9 mois de prison ferme, ce lundi, un SDF qui a démoli vendredi dernier la porte d'entrée de la brigade territoriale des Tuamotu-Centre, à Papeete. Ruben Mai, 39 ans, en rupture totale avec la société, était sorti de Nuutania le matin même. Il a déclaré avoir agi de la sorte pour retrouver sa cellule.


Un sans domicile fixe –quand il n'est pas à Nuutania où il a déjà passé la moitié de son existence- a écopé ce lundi de 9 mois de prison ferme avec maintien en détention pour "dégradation volontaire d'un bien destiné à l'utilité publique". En l'occurrence : la porte d'entrée vitrée de la brigade territoriale des Tumaotu-Centre, située dans le quartier Sainte-Amélie à Papeete.

Vendredi dernier, alors qu'il venait à peine de sortir de prison, cet homme de 39 ans en rupture totale avec la société s'est emparé d'une pierre d'un kilo qu'il a purement et simplement balancée sur son objectif : la gendarmerie. Interpellé dans la foulée, il n'a opposé aucune résistance. Et pour cause. Aux militaires qui lui ont demandé les raisons de son geste, Ruben Mai a expliqué qu'il voulait tout simplement retourner en prison. Il avait été libéré le matin même et ne savait pas où aller.

En dépit d'une dangerosité avérée, aucune pathologie médicale n'a été décelée chez cet homme qui alterne les séjours en prison et dans des unités psychiatriques qui ne veulent plus le prendre en charge quand il est libre, pour des raisons de sécurité. L'homme, aux traits psychopathiques, a en effet été classé dans la catégorie des détenus dangereux par l'administration pénitentiaire.

Bien connu de la justice, "Il affectionne l'accueil à Nuutania"

L'énergumène n'en est pas à son coup d'essai. Il était même en état de récidive légale pour s'en être déjà pris à une gendarmerie en février dernier. C'était à Tiarei. Après s'être introduit sur le terrain militaire en découpant le grillage, l'homme avait dégradé un véhicule à coups de pierre. A presque 40 ans, notre SDF, connu de la justice comme le loup blanc, a déjà passé près de vingt ans derrière les barreaux. Condamné en 1998 à 18 ans de réclusion criminelle pour l'assassinat de son frère et vol, libéré en 2010, il enchaîne, depuis, les condamnations.

Après plusieurs séjours infructueux en psychiatrie, des hébergements dans la famille qui tournent court en raison de ses sautes d'humeur, Ruben Mai refuse toute forme d'aide. Et même celle de son avocat commis d'office à qui il a quasiment interdit de le défendre hier à l'audience. "Il refuse tous les traitements, il est imperméable à la sanction pénale, mutique, asocial et dangereux pour les autres", relève l'une des dernières expertises psychiatriques à laquelle le prévenu à accepter de se plier avant de les refuser. "C'est un cas particulier, qui affectionne particulièrement l'accueil que lui réserve Nuutania, le gite et le couvert…", a souligné le procureur de la République avant de requérir 6 mois de prison ferme. Le tribunal a eu la main un peu plus lourde, ce qui pour une fois n'a pas forcément du déplaire à ce prévenu pas si atypique que cela. De nombreux observateurs du monde judiciaire local s'inquiètent en effet de la propension qu'ont certains anciens détenus, à la rue, à récidiver pour retrouver le confort, même spartiate, de la prison de Faa'a.

Rédigé par Raphaël Pierre le Lundi 19 Septembre 2016 à 17:01 | Lu 6567 fois







1.Posté par toriki le 20/09/2016 07:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un jour, il faudra quand même se poser sérieusement la question de réintroduire les peines de travaux forcés. La prison ne sert à rien, elle n'éduque personne, au contraire elle aggrave les cas sociaux. Le système des TIG est complètement inopérant. Travailler pour payer sa dette envers la société, voilà qui serait utile.

2.Posté par Tiama au le 20/09/2016 08:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La réponse de l’État face a se constat d’échec.
Rien on continue comme avant.

3.Posté par remi le 20/09/2016 08:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est pas en le ramenant en prison que vous allez l'aider, au contraire il faut l'aider encore et encore mm si il ne veut pas.

La prochaine fois, que vas t'il faire ? Tuer QQ ????? Juste pour retourner en prison


VOILA LE SYSTEME, QUAND ON PEUT RIEN FAIRE ET QUE TU ES DECHET DE LA SOCIETE ET QUE L'ON NE SAIT PAS QUOI FAIRE DE TOI, ALLEZ EN PRISON PARCE QUE TU FAIS CHIER

4.Posté par simone grand le 20/09/2016 11:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mais non mais non, la liberté est parfois plus effrayante que la prison où on est pris en charge du matin au soir et du soir au matin.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance