Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Il accuse sa collègue de sorcellerie



Un veilleur de nuit superstitieux a accusé une collègue de l'avoir envouté avec une poupée vaudou comme celles-ci (crédit : photo libre de droit de Claudia Brooke, les poupées appartiennent au Historic Voodoo Museum de la Nouvelle-Orléans)
Un veilleur de nuit superstitieux a accusé une collègue de l'avoir envouté avec une poupée vaudou comme celles-ci (crédit : photo libre de droit de Claudia Brooke, les poupées appartiennent au Historic Voodoo Museum de la Nouvelle-Orléans)
PAPEETE, le 26 mai 2017 - Le veilleur de nuit d'un foyer éducatif a accusé une de ses collègues de sorcellerie. Une accusation prise suffisamment au sérieux pour enclencher une enquête interne… qui a révélé qu'il s'agissait d'une histoire inventée. La salariée accusée, d'origine antillaise, dénonce des discriminations insupportables au travail.

Voilà une affaire pour le moins inhabituelle. Elle tient de l'anecdote, donc nous ne citerons aucun nom, mais elle a le mérite d'éclairer certains aspects de la société polynésienne et de notre vie commune, en particulier dans le milieu professionnel. Ainsi la rédaction de Tahiti Infos a été informée par des sources syndicales qu'une éducatrice salariée d'un foyer d’action éducative de Punaauia avait été l'objet d'une enquête interne pour… Sorcellerie. Une accusation liée de près à ses origines antillaises.

Mme M., que nous avons contactée par téléphone, nous raconte son expérience : "J'ai été convoquée par ma directrice et ma supérieure directe, qui m'ont fait part du fait que Mme B., directrice adjointe de l'association pour laquelle je travaille, les avaient informées que son beau-fils, veilleur de nuit pour le foyer, lui avait fait des révélations. Il dit que je l'aurais envouté parce que je suis amoureuse de lui, que je l'aurais ensorcelé avec une poupée et un rituel vaudou. J'aurais récupéré ses cheveux et des vêtements à lui pour confectionner cette fameuse poupée. À ce moment je me suis dit que c'est çà cause de mes origines, parce que je suis antillaise, donc j'ai pris ça pour de la discrimination."

L'enquête la disculpera rapidement : "Au cours des auditions, mon collègue qui était censé être avec le veilleur de nuit au moment je l'ai envouté, a expliqué que bien sûr tout était faux. Ensuite on me dit qu'un autre de mes collègues auquel il se serait confié doit être auditionné. Et lui non plus n'est pas au courant. Mais Mme B. voulait que la procédure continue et voulait une confrontation entre moi, le veilleur de nuit et les deux 'témoins'. Lors de la confrontation, il a admis qu'il avait menti à sa belle-mère, et comme elle y avait cru il n'avait pas démenti. Il a dit qu'il avait des problèmes avec sa concubine, c'est pour ça qu'il a inventé cette histoire. Lui, c'est un veilleur de nuit que je vois très rarement."

"NOUS AVONS L'HABITUDE DES CAS DIFFICILES, IL FAUT SURTOUT ÊTRE À L'ÉCOUTE"

Au terme de cette procédure, très mal vécue par l'accusée, la directrice du foyer Mme Q. conclut que l'éducatrice est – évidemment – innocente des accusations d’envoûtement. "Ces choses-là ne se sont pas passée du tout, il n'y a pas eu de sorcellerie. La personne qui a fait ces accusations les a inventées, il ne se sentait pas bien. La question est réglée" assure la directrice, contactée par téléphone. "On n'a pas pris ces accusations au sérieux, ça nous a paru un peu bizarre. Mais quand on nous signale des choses, il faut bien vérifier l'info, et il s'est avéré que tout était faux. Je peux comprendre que la salariée soit blessée, mais quelqu'un peut raconter des bêtises. À aucun moment on a pris parti pour l'un ou l'autre."

La responsable devient un peu gênée quand on lui demande si le salarié qui a porté les fausses accusations risque une sanction : "on gère ça en interne. Ça arrive à des personnes qui ne sont pas dans leur état normal de dire des choses. Elle était innocente, mais lui aussi est innocent à sa façon. Pour moi c'est un malentendu qui prend de l'ampleur. Nous avons l'habitude des cas difficiles, il faut surtout être à l'écoute de chacun et tout vérifier. On prend les deux en charge, à notre manière. Ils ont un espace d'écoute, on les accompagne. Mais il y aura une suite."

De son côté Mme B., la vice-présidente de l'association, également à un poste important dans l'un des plus gros ministères du Pays, minimise l'affaire : "Ce sont des histoires internes, on en a régulièrement. Là c'est un salarié qui dit avoir vu un Tahu'a (NDLR : guérisseur traditionnel polynésien). Ce n'est pas une histoire de vaudou. La directrice a fait une enquête en interne, ils ont entendu les salariés en question, et c'est finalement une affaire de superstition, et c'est tout. Il n'y a rien qui mérite qu'on s'y arrête. Si une affaire impliquait un jeune ça aurait été plus grave, mais là il s'agit juste d'une affaire qui implique un salarié. Je comprends bien que Mme M. soit perturbée par ce qu'il s'est passé, nous aussi avons été choquées. Mais on va faire les choses au fur et à mesure "

"C'EST VRAI QU'ICI LES GENS ONT UNE CERTAINE PEUR DES SIKI"

Mme M., qui n'est donc pas une sorcière, reste sous le choc : "Si je suis allée voir les syndicats, c'est par rapport à la forme. Je suis éducatrice, je travaille avec des mineurs délinquants, si Mme B. pense que je peux envoûter des adultes, ça pose des questions par rapport à ma fonction. Est-ce que c'est mon travail qui les fait aller mieux, ou est-ce que je les envoûte ?"

Mme M. est une Antillaise vivant à Tahiti depuis 16 ans. Elle est malheureusement habituée aux préjugés : "Je suis Guadeloupéenne, et c'est vrai qu'ici les gens ont une certaine peur des siki (NDLR : personnes noires de peau). Il y a des amalgames entre l'Afrique et les Antilles… Mais c'est la première fois qu'on m'accuse d'ensorcellement. Ça m'a fait un choc, surtout que, hasard du calendrier, c'était le jour de la célébration de l'abolition de l'esclavage ! Ça a mis en doute ma fonction, ça m'a questionné sur mes origines, plein de choses. Je regrette surtout qu'on considère sérieusement des propos aussi exubérants, ce n'est quand même pas rien d'inventer une histoire comme ça. Quand ça arrive dans la vie publique, on se dit que certaines personnes ne sont pas capables de faire la part des choses. Mais en milieu professionnel, les origines ne devraient pas compter, seule la performance devrait être importante."

Malgré tout elle adore son travail : "Les jeunes qui arrivent au foyer sont tous mineurs. Mon travail est de les aider à se reconstruire, à se réinsérer dans la société. J'aime ce travail parce que j'œuvre pour la jeunesse polynésienne. J'ai l'impression que malgré les gros problèmes sociaux qui touchent le pays, il ne leur manque pas grand-chose, il faut juste leur redonner confiance en eux et en l'adulte, mais ces jeunes ont vraiment de grandes capacités."


Rédigé par Jacques Franc de Ferrière le Vendredi 26 Mai 2017 à 15:49 | Lu 9800 fois

Tags : MAGIE, TRAVAIL






1.Posté par Arsenik le 26/05/2017 16:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Mais en milieu professionnel, les origines ne devraient pas compter, seule la performance devrait être importante."
Gros LOL, la performance en Polynésie c'est ce qui compte le moins....
Le plus important pour faire carrière être "d'ici" et la famille.

2.Posté par TAATA POOR le 26/05/2017 17:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il y a, quand même, une certaine volonté de nuire..donc c'est de la diffamation pure...et propos infamants il devrait y avoir une suite judiciaire...car cela avait pour but de causer un préjudice à la personne citée

3.Posté par tortue verte le 26/05/2017 21:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je ne comprends pas la directrice qui veut étouffer l'affaire et qui dit qu'elle ne prend parti ni pour la victime, ni pour le responsable : il y a une personne qui n'a rien demandé et qui se retrouve remise en cause pour des choses totalement farfelues mais qui néanmoins la touchent parce que c'est une forme de racisme, et de l'autre côte il y a visiblement un benêt fini mais qui, en se rendant pas compte de la portée de ses paroles, provoque le mal être de quelqu'un. Oui il faut prendre partie, et oui il faut sanctionner.

4.Posté par Kriss le 26/05/2017 21:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oh put..n ! Là on touche le fond !!!

5.Posté par pat le 27/05/2017 08:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

N'oubliez pas Faite; Il y a vingt ans sur cet atoll, des personnes ont été brûlées vives car accusées de sorcellerie!!

6.Posté par Zikouille le 27/05/2017 09:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'avais lu récemment que la polynésie était entrée dans le 21ème siecle...ben la c'est pas gagné ! !

7.Posté par Koolootamam FIUROA le 27/05/2017 11:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La dame accusee d'avoir pifau le veilleur de nuit doit sortir des barrieres internes de l'association et porter plainte pour diffamation avec intention de nuire meme si la direction ne le souhaite pas. L'evenement est venu sur la place publique et bien qu'aucun nom ne soit cite, combien il y a-t-il d'educatrice siki sur le territoire?

8.Posté par simone grand le 29/05/2017 00:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

De toute évidence il y a risque de dérapage quand ces soupçons sont avancés et qu'il y a des oreilles attentives ou indifférentes.
Si le gars raconte ça, c'est qu'il a un pb qu'il qu'il n'ose pas affronter et projette sur quelqu'un d'autre afin de dévier l'attention de sa personne. L'accusateur doit être interrogé et recevoir un avertissement car il porte préjudice à autrui.
Une fois cela fait, il est possible de faire un atelier sur les sorts malédictions et autres pifao et utu'a pour les décoder de manière sereine comme étant des productions de son esprit anxieux à traiter.

9.Posté par Cool Ruler le 29/05/2017 08:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'aime bien le passage "on a vérifié l'info" ... je suis très curieux de savoir comment on vérifie qu'une personne est une sorcière ...
On savait que certains responsables étaient d'incompétents notoires, mais si en plus s'ajoute le mysticisme, c'est mal barré ...

10.Posté par Maryse ANFRIE le 29/05/2017 14:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour Madame Simone Grand,
"Si le gars raconte ça, c'est qu'il a un pb qu'il qu'il n'ose pas affronter et projette sur quelqu'un d'autre afin de dévier l'attention de sa personne." Je suis d'accord avec vous.
L'accusateur doit être interrogé et recevoir un avertissement car il porte préjudice à autrui : là je ne suis pas d'accord car s'il s'est confié à sa Belle-Mère en Privé, c'est bien la Belle-Mère qui forte de sa position sociale a activé son réseau, prenant en otage la Directrice de l'établissement pour diligenter une enquête sur un problème qui n'a rien a voir avec le travail. Si il faut donner des avertissements, ce serait plutôt à la Directrice de l'établissement pour son abus de position, pour avoir humilié inutilement une personne et lui causer un préjudice. C'est bien elle qui a organisé la chasse aux sorcières. Le veilleur de nuit est un menteur, c'est sûr, mais je ne vois pas comment on pourrait lui infliger une punition pour des confidences faites à sa Belle-Mère et qui n'ont rien à voir avec son travail. Cela équivaudrait à la menacer de licenciement s'il quitte sa femme.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à contact@tahiti-infos.com. D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance