TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Hollande au Vietnam pour une visite à haute teneur économique




Hollande au Vietnam pour une visite à haute teneur économique
Hanoï, Vietnam | AFP | mardi 05/09/2016 - Le G20 de Hangzhou à peine refermé, François Hollande est arrivé lundi soir au Vietnam pour une visite de 48 heures dont l'enjeu principal est de rééquilibrer les échanges commerciaux entre les deux pays, fortement déficitaires au détriment de la France.

"L'objectif (de cette visite) est la coopération économique avec l'Asie du Sud-Est dont la croissance est exceptionnelle, mais aussi la culture et la francophonie", avait expliqué fin août le chef de l'Etat français.

En dépit d'une "histoire tumultueuse", selon sa propre expression, les relations économiques, culturelles ou universitaires sont étroites.

Mais elles restent marquées par un déficit commercial qui s'est encore creusé l'an dernier, à 2,6 milliards d'euros contre 2,4 milliards en 2014 alors que, dans le même temps, les exportations françaises ont quasiment doublé (+85%).

"L'idée est d'essayer de corriger ce déséquilibre extrêmement important", expliquait-on à Paris à la veille de cette visite.

Pour ce faire, François Hollande sera accompagné à Hanoï et Ho-Chi-Minh-Ville d'une bonne quarantaine de dirigeants d'entreprises parmi lesquels Fabrice Brégier (Airbus) ou Henri Poupart-Lafarge (Alstom).

Un certain nombre de conventions et de contrats pourraient ainsi être conclus en matière aéronautique, d'infrastructures, d'énergies renouvelables ou de santé.

La dernière visite en date d'un chef de l'Etat français au Vietnam remontait à celle de Jacques Chirac en 2004, cinquante ans après les accords de Genève qui avaient mis fin à la guerre d'Indochine, et la toute première en 1993. François Mitterrand avait alors scellé la réconciliation entre la France et son ancienne colonie.

Comme ses prédécesseurs, François Hollande se pliera au protocole officiel vietnamien, enchaînant toute une série d'"entretiens de courtoisie" avec le puissant numéro 1 du Parti communiste, Nguyen Phu Trong, ou la présidente de l'Assemblée nationale, Nguyen Thi Kim Ngan.

- Quartier des 36 rues -

Mais les temps forts publics de sa visite devraient être mardi son intervention devant l'Université nationale du Vietnam ainsi qu'une rencontre avec de jeunes entrepreneurs dans un café du centre historique de Hanoï, le quartier des 36 rues, où il se promènera brièvement.

A Ho-Chi-Minh-Ville, mercredi François Hollande visitera un symbole de la relation franco-vietnamienne, l'Institut du coeur qui fut à sa création en 1992 par le professeur français Alain Carpentier, la première structure de chirurgie cardiaque du pays.

Fin août, le président vietnamien Tran Dai Quang avait appelé pour sa part à une coopération internationale, avec la France notamment, pour le maintien de la paix en mer de Chine méridionale afin de contenir les appétits territoriaux de Pékin dans cette zone.

Mais Paris a réagi très prudemment, notant que l'Union européenne, acteur possible de cette coopération internationale, était "plutôt préoccupée en ce moment par d'autres régions" du monde.

A la veille de la visite de François Hollande, trois ONG ont par ailleurs adressé une lettre ouverte au président français pour "faire part de leur plus grande préoccupation concernant les graves violations des droits de l'Homme" au Vietnam et l'appeler à "soulever la question" lors de sa visite.

Le gouvernement vietnamien a "intensifié les actes de répression (...) contre les militants et les défenseurs des droits de l'Homme", ont dénoncé ces organisations, parmi lesquelles figure la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH).

Lors d'une visite au Vietnam en mai, le président américain Barack Obama avait appelé les autorités vietnamiennes, un régime communiste à parti unique, au respect des libertés individuelles.

"Garantir les droits n'est pas une menace pour la stabilité" d'un pays, avait-il lancé devant plus de 2.000 personnes réunies à Hanoï, lors d'un discours retransmis en direct à la télévision nationale.

Rédigé par Hervé ASQUIN le Lundi 5 Septembre 2016 à 16:04 | Lu 227 fois


Notez


Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance