Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Guadeloupe : reprise du travail lundi dans la filière banane



Pointe-à-Pitre, France | AFP | vendredi 30/06/2017 - Les ouvriers d'une vingtaine de plantations de banane en Guadeloupe, en grève depuis le 18 mai, reprendront le travail lundi après la signature d'un protocole d'accord avec les producteurs de la filière, a-t-on appris vendredi de source syndicale et patronale.
Cet accord établit les bases d'une négociation sur leurs conditions de travail et notamment "l'application de la loi de mensualisation", a indiqué à l'AFP Jean-Marie Nomertin, le secrétaire général de la CGT Guadeloupe.
Cette loi en vigueur depuis le 1er janvier 1989 dans l'agriculture, permet aux salariés du secteur de toucher un salaire fixe. Elle est très peu appliquée en Guadeloupe où se pratique le travail journalier et à la tâche.
"D'après nos calculs, sur 5 ans, les sommes dues pour le rattrapage des impayés va de 4.000 euros pour les uns jusqu'à 25.000 pour d'autres", selon M. Nomertin.
La grève, qui avait démarré le 18 mai, a fini par trouver une issue dans les bureaux des services de l'Etat, via une feuille de route donnée par le préfet.
"Nous allons créer une commission paritaire qui se réunira chaque semaine durant quatre mois pour étudier toutes les situations" concernant la mensualisation et "aplanir les irrégularités", a indiqué Me Jérôme Niberon, avocat du groupement des producteurs de bananes.
Les ouvriers demandent effectivement "l'application de toutes les dispositions du jugement du Conseil de prud'hommes" rendu le 31 mars 2017 à propos de la société Bois Debout, condamnée à des amendes sur cette question d'absence de mensualisation, ainsi que pour les mauvaises conditions de travail de ses salariés.
"Le problème de cette dernière revendication, c'est qu'elle demande d'appliquer la décision concernant une entreprise à l'ensemble de la filière", selon Me Niberon selon qui la diversité des situations individuelles dans les plantations, ne permet pas de traiter avec une "décision collective" cette logique de mensualisation.
En octobre, un second volet portant sur les autres revendications sera négocié entre les parties au conflit.
Les ouvriers exigent en effet également "de meilleures conditions d'hygiène de sécurité et de travail", selon un communiqué syndical, notamment "l'attribution de vêtements de travail".

le Dimanche 2 Juillet 2017 à 23:41 | Lu 145 fois





Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance