TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd
Vendredi 29 Août
Mon espace perso

FENUACOMMUNICATION, Rue Charles Viénot BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel: 43 49 49

Gaston Flosse «fonde beaucoup d’espoir dans la coopération» avec la Chine




Xiaolin Li, la présidente de l'APCAE avec Gaston Flosse, le président de la Polynésie française.
Xiaolin Li, la présidente de l'APCAE avec Gaston Flosse, le président de la Polynésie française.
PAPEETE, jeudi 10 octobre 2013. La visite de la délégation chinoise de l’APCAE (association du peuple chinois pour l’amitié avec l’étranger) présente depuis lundi matin en Polynésie française avec des responsables d’une dizaine d’entreprises chinoises, s’est achevée, ce jeudi soir, par la signature de plusieurs protocoles d’accord de coopération. Il ne s’agit que d’accords de principe, une sorte de cadre général avant que d’autres rencontres ou échanges ne ponctuent cette coopération renouvelée avec la Chine. En effet, l’APCAE avait déjà signé des conventions avec la Polynésie française présidée par Gaston Flosse en 2003 qui n’avaient pas été engagées concrètement par les gouvernements suivants. «Nous avons repris ces relations» s’est félicité Gaston Flosse. Xiaolin Li (la présidente de l’APCAE) a invité le gouvernement polynésien à se rendre en Chine prochainement, probablement dans le courant du premier trimestre 2014 pour le suivi de tous ces dossiers. «Il ne faut pas s’attendre à la conclusion d’accords concrets» à la fin de cette visite chinoise très protocolaire a averti le président polynésien, lequel s’enthousiasme cependant en déclarant : «je fonde beaucoup d’espoirs dans cette coopération entre la Chine et la Polynésie française».

Dans le cadre du développement de la Polynésie française et notamment du secteur du tourisme, un protocole d’intention a été signé entre le Président de la Polynésie française et la CCECC (China Civil Engineering Construction Cooperation). Cette société publique chinoise qui emploie 30 000 agents, travaille dans le domaine de la conception et du génie civil et dans le domaine hôtelier. Elle s’intéresse aux grands projets structurants que la Polynésie française entend développer, comme la reconstruction de l’aéroport international de Tahiti Faa’a (qui pour l’heure n’est pas de compétence du Pays mais de l’Etat), le projet hôtelier Tahiti Mahana Beach, le port de Faratea et la voie rapide entre Papeete et Taravao. Dans l’accord signé, «la CCECC consent à assister et à conseiller le gouvernement dans la recherche de financement, et à mobiliser ces financements pour la réalisation de ces projets» précise le communiqué de presse de la Présidence. Face au P-dg de cette grosse entreprise qui a déjà construit 200 aérodromes, Gaston Flosse s’est amusé à déclarer «Il n’a pas dit non pour participer à la reconstruction de Tahiti Faa’a. Cette porte d’entrée des touristes est dans un état misérable. Il faut reconstruire un nouvel aéroport et ça M. Liu est tout à fait capable de le faire ! Si des accords sont signés avec le gouvernement chinois, il nous aidera aussi à trouver des financements pour la construction de l’aéroport. Pareil pour la voie rapide Papeete/Taravao, pour lui, c’est un jeu».

Avec le ministre de l’agriculture, Thomas Moutame, un protocole d’intention établissant un partenariat en vue de l’exportation du noni vers la Chine a été signé avec la société Xisha Noni. Le directeur général de cette société qui produit du jus de noni, Hong Wang, s’est engagé à acheter un minimum de 4 000 tonnes de noni par an, au prix du marché local, à échéance de trois ans. La société Xisha Noni assurera également la mise en place du réseau de transport du noni entre les producteurs et Tahiti et son conditionnement en vue de l’exportation.

Enfin, une convention cadre a été signée entre la Polynésie française et le lycée international de Wenling. Les deux parties s’associent pour mettre en œuvre un projet de formation linguistique destiné aux élèves et aux professeurs de la Polynésie française et du lycée de Wenling : ce lycée octroie ainsi cinq bourses par an, d’une durée d’une année, pour cinq élèves polynésiens et il accueille aussi, pour une durée plus courte d’un mois, 20 élèves polynésiens. Un nombre équivalent d’élèves chinois sera pris en charge dans des établissements scolaires polynésiens. Le lycée Wenling accueillait déjà depuis deux ans des élèves polynésiens grâce à un partenariat établi avec l’association Amitié sino-polynésienne présidée par Hiria Ottino, mais cette fois la convention cadre fixe ce partenariat dans la durée et l’a élargi dans les deux sens.

Du côté de la délégation chinoise, c’est essentiellement Xiaolin Li, la présidente de l’APCAE qui s’est exprimée à l’occasion des signatures des protocoles d’accord. Rappelant que le développement de la Chine et de ses 1,3 milliard d’habitants ne peut se faire qu’en coopération avec d’autres pays, l’association qu’elle préside a pour but de conclure des accords de «coopération bilatérale, gagnant/gagnant». Et de citer l’éventuelle reconstruction de l’aéroport international de Tahiti Faa’a comme «une opportunité pour la compagnie CCEC de travailler avec les Polynésiens» ou encore le rachat de noni de Tahiti où «une usine de transformation pourrait être construite pour faire la transformation ici, avant l’export». Après quatre journées au pas de course sur le terrain, la délégation chinoise quittera Tahiti ce vendredi matin.


Pour lire le communiqué officiel de la Présidence, CLIQUER ICI

Gaston Flosse «fonde beaucoup d’espoir dans la coopération» avec la Chine

Rédigé par Mireille Loubet le Jeudi 10 Octobre 2013 à 21:54 | Lu 1691 fois



Notez


Commentaires
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

16.Posté par emere cunning le 14/10/2013 21:07

Hélas TIHOTI, toujours vivante. Mouais, PSA est si peu demandeuse que l'Etat se sent obligé d'y investir aussi pour ne pas que l'entreprise chinoise (sorry, can't spell its name) devienne majoritaire au Kal de ce vrai bijou de famille ! Si ce n'est pas malheureux ! Tout aussi malheureux toutes ces stés françaises qui vont investir en Chine pour délocaliser leur production soit, en réalité, payer une main d'oeuvre moins cher, échapper aux impôts, et finir par céder leurs brevets pour certaines. Résultat en France, chômage, recettes au plus bas, compétitivité et innovation en panne sèche.
De quoi t'inquiéter pour notre petit bled, very nice of you.

15.Posté par TIHOTI le 13/10/2013 15:47

HA! Emeré est toujours vivante !! si il est vrai que la chine entre dans le capital de Peugeot - 35% donc minoritaire - societé possedant au moins deux usines automobiles en Chine - La différence avec le territoire , c'est qu'elle n'est pas demandeuse comme ici et a au moins la réciprocité dans la négociation : combien de sociétés Francaises ont investi en Chine pour délocaliser la production .....combien de sociétes Chinoises en France???Quand a voir le territoire investir en Chine , là il va falloir être patient Car c'est de l'argent que Flosse recherche et sans une grande contrepartie , ce mettant de fait en position d'obligé et donc de faiblesse et çà , les Chinois , ils adorent !!

14.Posté par emere cunning le 13/10/2013 10:57

@Xénos et Tihoti, pas besoin d'aller jusqu'en Afrique, demandez voir aux français ce qu'il en est de leur bijoux de famille, vendus aux chinois en deux temps trois mouvements. Et c'est pas fini, ils sont en pourparlers d'entrer au capital de PSA... mais oui Tihoti, eiaha 'oe s'inquiète, c'est juste la main, of course. Le bras, c'est pour demain. D'ailleurs exilien m'a l'air pas mal au courant. Il s'inquiète pour nous, le rori, mais il a à coup sûr lu les mêmes articles sur les autres corbeaux blancs et leurs "fromages" perdus, là-bas en France. Il ferait mieux de s'inquiéter pour toutes ces entreprises françaises désormais dirigées par des "cadres et ingénieurs communistes"... pour donner le bon rythme de travail aux français, compétitivité (perdue) oblige. Ché pas qui sont les rori qui se font presser pour l'heure.

13.Posté par exilien le 11/10/2013 15:56

Les Chinois à l'ONU sont derrière Oscar et à Tahiti flatte notre vieux corbeau blanc comme dans la fable , mais le Pays qui ne pourra jamais rembourser les dettes qu'il contractera auprès d'une grande puissance , va offrir au communiste chinois la Polynésie sur un plateau à moins que l'oncle Sam et la vieille Europe ne se réveillent !

Les cadres communistes de l'état chinois , meilleurs que les cadres polynésiens océanisés , pas sûr que ça fasse recette aux élections et plaise à dame Brigitte et aux nombreux fonctionnaires polynésiens diplomés.

Après les docteurs cubains d'OT , les ingénieurs et techniciens chinois pour apprendre à travailler au Français N°2 mondial du BTP .

Arrêter de nous prendre pour des roris,comme en 2003 !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

12.Posté par TIHOTI le 11/10/2013 15:29

souvenez vous de la fable "Perette et le pot au lait " !!! faudrait pas trop compter les oeufs dans le cul de la poule a mon avis ni de faire de chateaux en Espagne , hein?? Quand aux "investisseurs" Chinois , demandez aux Africains ce u'ils en pensent....

1 2 3 4
Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité People | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | PRESIDENTIELLES 2012