Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Edouard Fritch réclame "l'égalité réelle" à Paris



Edouard Fritch et la ministre de l'Outre-mer, Ericka Bareigts, jeudi 6 octobre à Paris.
Edouard Fritch et la ministre de l'Outre-mer, Ericka Bareigts, jeudi 6 octobre à Paris.
PARIS, 6 octobre 2016 - Le président du Pays reste jusqu'en fin de semaine à Paris afin, notamment, de négocier des points précis de l'accord de Papeete, qui doit être signé avant la fin de l'année. Il a déjà rencontré la ministre de l'Outre-mer Ericka Bareigts, et lui a fait part des demandes de la Polynésie Française en matière d'"égalité réelle".

Finalement, ils n'auront que très peu parlé du discours prononcé mardi devant la 4e commission de l'Assemblée générale des Nations unies. A la sortie de leur entretien matinal d'une heure, la ministre de l'Outre-mer Ericka Bareigts et Edouard Fritch ont minimisé la prise de parole du président du Pays à New-York. "Je n'ai pas grand-chose à dire sur le sujet si ce n'est que j'ai trouvé qu'il s'agissait d'une très belle intervention, d'un équilibre absolu", a expliqué Ericka Bareigts.

De son côté, tout en insistant avoir parlé à la tribune des Nations unies "sans demander la permission à la France" et "uniquement pour faire entendre la parole des Polynésiens autonomistes", Edouard Fritch a tenu à préciser qu'il n'avait pas demandé formellement la désinscription de la Polynésie de la liste onusienne des territoires non-autonomes à décoloniser. "Il fallait rétablir certaines vérités et je tenais à expliquer à cette institution que nous fonctionnons comme un territoire autonome, avec des compétences larges et le soutien d'un état qui ne se comporte pas de façon coloniale, la France".

Ce sujet évacué, Edouard Fritch a profité d'une conférence de presse organisée au siège parisien de la délégation polynésienne pour donner les raisons de sa venue à Paris.

Dispositif de "continuité intérieure"

La rénovation de la loi statutaire n'est pas le seul sujet de discussion de la délégation polynésienne de passage à Paris dans les assemblées et dans les ministères. Il y a aussi l'accord de Papeete - une promesse du président de la république François Hollande - que le président de Pays souhaite toujours voir signé avant la fin de l'année. Il devrait comporter une plus grande reconnaissance du fait nucléaire par la France. Plusieurs points techniques, notamment autour des critères d’indemnisation des victimes des essais ou encore de réforme du décret de la loi Morin sont encore en négociation. Là encore, tout doit être prêt avant la fin de l'année.

Et en plus de cet accord à venir, il y a "l'égalité réelle". Ce dernier thème est un enjeu important des relations entre la Polynésie et le ministère des Outre-mer en particulier. Alors que l'examen en séance publique à l'Assemblée nationale de la "loi de programmation relative à l'égalité réelle" vient tout juste de se terminer, la députée Maina Sage a défendu des mesures spécifiques aux archipels polynésiens dans l'hémicycle. Présente aux côtés d'Edouard Fritch lors de sa conférence de presse parisienne elle a enfoncé le clou sur les sujets qui lui paraissent cruciaux : "Nous avons droit à des mesures spécifiques - puisque c'est l'objet de l'égalité réelle – en raison de l'immensité de notre territoire. La "continuité intérieure" doit faire l'objet d'un soutien accru de l'Etat", a-t-elle défendu.

Le président du Pays, s'est pour sa part dit tout à fait déterminé à effectuer de nombreuses demandes en ce sens et affirmé ne vouloir transiger "ni sur la Santé, ni sur l'éducation", toujours en relation avec les problèmes que suscitent les distances entre les îles lointaines. Il a programmé de rester à Paris jusqu'au 9 octobre.

La question de la continuité territoriale dans les transports

Dans le cadre de la loi Egalité réelle, Edouard Fritch travaille à obtenir "un maximum de soutien de l'Etat", pour "contribuer aux efforts du pays pour que tous les Polynésiens puissent avoir les mêmes accès aux écoles et à l'hôpital".

"L'Etat ne peut pas ignorer les différents handicaps que subissent les compatriotes ultramarins", a dit le président polynésien lors d'une conférence de presse au siège de la délégation de la Polynésie à Paris, en se félicitant du projet de loi "Egalité réelle outre-mer", actuellement en discussion à l'Assemblée.

"La Polynésie est fortement concernée", a-t-il expliqué, de part son éloignement avec la métropole et l'éparpillement des îles (2.000 km séparent les îles les plus éloignées).

"Nous revendiquons une égalité liée à l'éclatement de notre pays", a dit M. Fritch, évoquant "un problème de continuité du service public" notamment en matière de transport scolaire. Si la Polynésie compte des écoles primaires sur les 70 îles habitées, "ça se complique" au niveau du collège et du lycée, les établissements étant moins nombreux.

"Il faut transporter les élèves pour qu'ils puissent aller à l'école", a-t-il expliqué, citant le cas de lycéens qui font "3 heures et demi d'avion pour rejoindre Papeete".
"C'est le gouvernement qui prend en charge le transport. L'année dernière, ça nous a coûté 11 à 12 millions d'euros (1,4 milliard Fcfp)", a expliqué Edouard Fritch.

De même, avec seulement trois hôpitaux périphériques en plus du centre hospitalier de Taaone, et une difficulté pour trouver des chirurgiens dans ces établissements, la Polynésie française pratique environ 60.000 évacuations sanitaires par avion vers Papeete chaque année. "Le coût des évacuations sanitaires est de plus de 10 millions d'euros (1,2 milliard Fcfp)" par an, sans compter celles vers Paris ou la Nouvelle-Zélande, a souligné M. Fritch.

L'égalité réelle sera abordée dans le cadre des accords de Papeete qui doivent être signés d'ici fin décembre avec l'Etat pour définir les grands principes de la relation entre la collectivité et la métropole.

(Source AFP)

Rédigé par Julien Sartre, à Paris le Jeudi 6 Octobre 2016 à 09:00 | Lu 1588 fois






1.Posté par Le président de "la Polynésie française", des françaises et des français René, Georges, HOFFER le 06/10/2016 09:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'égalité réelle - du "genre" "je suis un président de Péï pareil que François Hollande" -, mais pas égalité réelle pour le DROIT au RSA bien sûr hohohohohohoho Edouard "faire-valoir" Fritch se parisiânise hihihii rollstahiti@gmail.com

2.Posté par paku le 06/10/2016 10:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la preuve que le polynésien et tout l'outremer que l'on est des cytoyens de seconde zone le président con damné se contredit la preuve il a menti a l'onu parole de voleur

3.Posté par ! solidarité ! le 06/10/2016 22:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En réponse à la ministre, et pour compensation, le soldat Fritch s'est dit prêt à accueillir des réfugiés sur le sol polynésien pour montrer la solidarité avec les européens et les réfugiés des grandes catastrophes humanitaires.

Le rebelle Oscar annonce que les réfugiés sont des étrangers et qu'ils doivent vivre dans leur pays : à l'étranger.

4.Posté par tutua le 07/10/2016 08:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il n'y a pas d'égalité réelle, il suffit de se reporter aux différences flagrantes en matière d'éducation et aux chiffres, c'est l'essentiel. Nous sommes à la traîne de la France et ça prendra beaucoup, beaucoup de temps pour y arriver.

5.Posté par Chaval le 07/10/2016 09:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Paku tu es vraiment un pauvre type,tu racontes n'importe quoi, ce que tu entends dire par des "moutons " comme toi idolâtrant leur gourou, alors s'il te plait personne ne gobe tes bêtises, tu es vraiment d'une naÏveté incroyable, s'il te plait tais-toi et réfléchis avant de parler. Au fait on n'entend plus ton copain Tutua.

6.Posté par Farani le 07/10/2016 11:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quand Edouard parle d'égalité, il ne pense qu'à l'égalité politique ( et encore ).
Pour ce qui est de l'égalité économique, on repassera:
EdT: tarifs délirants
Banques: où passe le différentiel des taux de crédits? Ici, on emprunte à 3% alors qu'en France, pour le m^me crédit, on tourne à 1/1,5%. Les banques se gavent sur notre dos.
Internet: qui s'abonnerait à plus de 20000xpf/mois? et sans avoir ni téléphone ni TV.

Tout cela est scandaleux !

7.Posté par Bruno FABRE le 08/10/2016 19:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'égalité réelle voudrait aussi que la jeunesse ait d'autres espoirs que d'intégrer la fonction publique, la Police ou l'Armée. Il faut importer de nouvelles technologies sans vouloir les plumer, de nouvelles machines sans les taxer, et faire baisser les taxes des employeurs et les taux des banques. Le mal être est source de violences, de vols dont l'impact économique est désastreux au niveau de la santé de la sécurité, du tourisme. Il faut savoir lâcher d'un côté pour économiser de l'autre, et vouloir dynamiser l'économie.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance