Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Dispense de peine pour un passionné qui détenait une centaine de pythons



Dispense de peine pour un passionné qui détenait une centaine de pythons
MEAUX (Seine-et-Marne), 13 juil 2012 (AFP) - Il détenait illégalement une centaine de pythons dans le sous-sol de son pavillon: après régularisation de sa situation administrative, la justice a décidé vendredi de dispenser de peine un homme de 28 ans, autorisé à conserver ses "bêtes" à son domicile.

Sylvain Fauchoix, conducteur de trains à la SNCF, avait été placé en garde à vue par les gendarmes en décembre 2011, après la découverte de quelque 123 pythons régius détenus depuis plusieurs mois dans la cave de sa maison de Chelles, en Seine-et-Marne.

A l'origine de cette interpellation, vécue comme un "cauchemar" par ce passionné de génétique, qui avait créé un site internet pour revendre ses reptiles: l'absence d'autorisation préfectorale et de certificat de capacité pour la détention des pythons.

Convoqué vendredi devant le tribunal correctionnel de Meaux (Seine-et-Marne), Sylvain Fauchoix, barbichette et cheveux longs attachés, a expliqué, documents à l'appui, s'être mis en règle auprès de l'administration après cette "expérience fâcheuse".

"Tout a été régularisé. Mon client a reçu l'autorisation de la préfecture, il a créé une société. Il s'est par ailleurs acquitté de ses cotisations auprès de la Mutualité sociale agricole (MSA)", a souligné son avocate, Me Brigitte Venade.

"M. Fauchoix est une personne sérieuse. Les conditions dans lesquelles il garde ses serpents sont exemplaires", a-t-elle ajouté, assurant que "les règles de sécurité" avaient été "toujours respectées".

Ce message a été entendu par le tribunal, qui a décidé, à l'issue d'un court délibéré, de dispenser de peine le prévenu, conformément aux réquisitions de la procureure.

"Je ne voulais pas qu'on me retire mes bêtes"

"C'est un soulagement", a confié à l'issue de l'audience Sylvain Fauchoix, qui, en raison de la régularisation de sa situation, peut conserver ses pythons à son domicile. "C'était le principal. Je ne voulais pas qu'on me retire mes bêtes", a assuré ce père d'un garçon de cinq ans.

Pythons royaux, snow, piebald... Les reptiles, conservés dans des casiers individuels, dans une pièce humide à 27 degrés, au plus près de leurs conditions en milieu naturel, ne sont pas venimeux. Et s'accouplent facilement. Ce qui permet la naissance régulière de nouveaux venus.

"Désormais, j'ai plein de projets", a raconté Sylvain Fauchoix, "tombé amoureux" des serpents à l'âge de douze ans, qui espère, grâce à sa nouvelle société, pouvoir "vivre de sa passion". "La demande est très forte à l'étranger. J'ai même des contacts pour vendre des bêtes aux Etats-Unis", a-t-il assuré.

Quant aux déboires vécus ces derniers mois? "Cela m'a permis de grandir", positive le jeune homme, évoquant une "mue" semblable à celles des pythons. "Jusque-là, j'étais un passionné extrême. A présent, je suis passé au statut de professionnel".

Rédigé par AFP le Vendredi 13 Juillet 2012 à 05:50 | Lu 780 fois






Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance