Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Deux projets de loi sur les avantages en nature bloqués par une alliance UPLD/Tahoera'a



PAPEETE, 2 octobre 2015 - Le gouvernement Fritch dénonce une manœuvre politique du Tahoera’a, jeudi à Tarahoi lors du renvoi en commission de deux projets de loi du Pays relatives aux contributions patronales sur les complémentaires retraite et santé.

Ces deux projets de loi avaient reçu en commission législative, un avis favorable des représentants du Tahoera'a. Pourtant, jeudi lors de leur examen en séance plénière, ils ont été retirés de l’ordre du jour et renvoyés pour un nouvel examen en commission, par un vote conjoint des élus de l’UPLD et du groupe Tahoera’a. La présidence a dénoncé vendredi "un Front uni Tahoeraa/UPLD contre les retraites complémentaires".

Le projet de loi du Pays "portant institution d’un régime d’exonération de cotisations sociales des contributions patronales au financement des régimes de retraite et de prévoyance complémentaires des travailleurs salariés" entend fixer l’assiette des cotisations sociales. Ce texte prévoit notamment de ne pas y inclure les dépenses faites par les employeurs au titre des régimes complémentaires, comme c’est le cas aujourd’hui en vertu d’une ancienne réglementation remontant à 1956.

La seconde loi du Pays a été taillée sur mesure pour permettre l’apurement de près de 1,6 milliard Fcfp d’impayés de cotisations et de majorations constatées par la Caisse de prévoyance sociale depuis 2009, après la mise en place de procédures de contrôle et de redressement systématiques. Tous les établissements scolaires de l'enseignement privé visés par un redressement ont saisi le tribunal administratif. La procédure est suspensive.

Cette loi du Pays dite "instituant le principe de l’apurement des impayés de cotisations sociales dues au titre de la contribution des employeurs au financement des régimes de retraite ou de prévoyance complémentaires obligatoires", prévoit le classement des impayés en deux types : ceux d’entreprises du privé ; et ceux impliquant des établissements scolaires de l’enseignement privé. Pour les unes, il stipule la possibilité d’un étalement de la dette sur dix ans et l’exonération des pénalités de majoration ; pour les autres, il prévoit une annulation de la dette, sur demande.
Soumis à l’avis du CESC, ce deuxième texte avait reçu un avis défavorable, mi septembre. Les conseillers de la quatrième institution du Pays estiment que la distinction n'est pas fondée. Ils ont préconisé un effacement de l’ardoise pour tous.

"Front uni Tahoeraa/UPLD"

Jeudi en séance plénière le président du groupe UPLD, Antony Géros, a soutenu une modification des deux textes afin de circonscrire l’exonération à venir et l’apurement des impayés constatés par la CPS à toutes les entreprises publiques ou privées non impactées par la fiscalité locale. C'est à dire tous les établissements ou collectivités territoriales, organismes privés à but non lucratif et poursuivant une mission de service public ou d’intérêt général. En revanche, les élus souverainistes souhaiteraient que les sociétés commerciales ne soient pas concernées par la loi du Pays sur le régime d’exonération de cotisations sociales pour les complémentaire retraite et santé.

Avec le soutien du groupe Tahoera’a, l’UPLD a obtenu jeudi le retrait ces deux projets de loi de l’ordre du jour de l'assemblée et leur renvoi à une commission de la Santé qui doit normalement avoir lieu mardi 6 octobre.

Dans un communiqué adressé vendredi, la Présidence dénonce un Front uni Tahoeraa/UPLD contre les retraites complémentaires, une nouvelle manœuvre politique dilatoire et risquée à mettre au crédit de l’opposition. Ce communiqué rappelle que "les redressements sont opérés auprès d’une soixantaine d’entreprises socialement en avance. Ils concernent aussi bien des entreprises du secteur privé que les établissements d’enseignement privés, des communes ou encore les services publics et parapublics.
Si la CPS devait, à défaut de texte réglant cette situation, étendre ses contrôles, comme le prescrivent les textes actuellement en vigueur, qu’elle est tenue d’appliquer, et ce sur 15 années en accord avec le délai de prescription, le pays serait confronté à une crise économique et sociale majeure car nombreux sont ceux qui, à l'évidence, seraient dans l’incapacité d’honorer cette créance. D’autres pourraient dénoncer cette couverture sociale complémentaire ce qui, pour les retraites par répartition, entraînera la perte des droits des retraités et des futurs retraités.
En d’autres termes, si les élus du Tahoeraa Huiraatira et de l’UPLD devaient camper sur leur position, ils fragiliseraient encore davantage le tissu économique, dans une conjoncture que nous savons déjà difficile.
Aussi, le gouvernement lance-t-il un appel à la raison à l’adresse des élus Tahoeraa Huiraatira et de l’UPLD, en les exhortant, dans l’intérêt des entreprises mais également des établissements d’enseignement privés, des communes ou encore des services publics et parapublics et des nombreux salariés et retraités concernés, à adopter rapidement ces deux textes
".

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Vendredi 2 Octobre 2015 à 14:33 | Lu 1670 fois






1.Posté par zozo le 02/10/2015 18:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

DISSOLUTION !!!!!!!

2.Posté par Mareva le 02/10/2015 23:35 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je ne comprends pas l''attitude de ses élus qui se permettent de faire la pluie et le beau temps au sein de l''apf, alors que dehors notre population est en attente de résultats concrets.
C''est désolant de voir que ls quête du pouvoir est plus forte

3.Posté par Mareva le 02/10/2015 23:35 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je ne comprends pas l''attitude de ses élus qui se permettent de faire la pluie et le beau temps au sein de l''apf, alors que dehors notre population est en attente de résultats concrets.
C''est désolant de voir que ls quête du pouvoir est plus forte

4.Posté par TAAHOA le 03/10/2015 11:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Motion de défiance en vue.
Président du Pays : Marcel TUIHANI
Président assemblée : Tony GEROS

YOUPIIIII

5.Posté par vanille le 03/10/2015 17:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les patrons ont en marre de toujours payer, cps, taxes, impôts, faites payer tous les politiciens, les entreprises n'embauchent plus, trop de charges, il faut que le président du pays ose faire payer les politiciens, mais il ne le fera jamais, de peur de perdre encore quelques brebis.

6.Posté par Hirinake le 04/10/2015 10:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Post 4 TAAHOA: je suppose que tu es en train de plaisanter car ce serait le pire scenario catastrophe pour le Fenua.
Enfin bref, tout est possible au point ou on en est politiquement !

7.Posté par Patron le 05/10/2015 16:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ben je vais me la jouer cool. J'ai annoncé à mes salariés que je dénonçait les accords de prévoyance santé et retraite que nous avions souscrit auprès d'un groupe d'assurance vie et qu'ils pouvaient toujours aller manifester devant l'assemblée si ils trouvaient çà injuste.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance