TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Décès d'Ousmane Sow, un monument sénégalais de la sculpture qui a fait honneur à l'Afrique




Dakar, Sénégal | AFP | jeudi 01/12/2016 - Le Sénégal a perdu jeudi une de ses plus grandes figures dans le domaine de l'art, le sculpteur Ousmane Sow décédé à l'âge de 81 ans, "un géant" et "un monument" qui a fait honneur à toute l'Afrique.

Connu pour ses sculptures monumentales de guerriers qui ont fait le tour du monde, Sow est né le 10 octobre 1935 à Dakar et n'est devenu artiste qu'à l'âge de 50 ans, après avoir exercé comme kinésithérapeute en banlieue parisienne et au Sénégal. Sa connaissance des muscles et de l'anatomie lui servira pour ses créations.

Selon sa famille, jointe par l'AFP depuis Paris, Ousmane Sow est décédé à l'Hôpital Principal de Dakar, sans autres précisions sur ce dont il souffrait et la durée de son hospitalisation.

Il a "été très bien assisté médicalement", a simplement indiqué la même source, ajoutant: "Il emporte avec lui rêves et projets que son organisme trop fatigué n'a pas voulu suivre".

Jusqu'à jeudi après-midi, aucune précision n'avait pu être obtenue sur la date de ses obsèques. Au Sénégal, il menait une vie très discrète.

L'annonce de son décès a suscité une vague d'hommages, tant dans son pays qu'à l'étranger, particulièrement en France.

"Nous adressons nos condoléances à la famille d'Ousmane Sow, artiste de génie et premier Africain à rejoindre l'Académie française des Beaux-Arts", a écrit la présidence sénégalaise sur son compte Twitter.

Sow a rejoint en 2016 cette prestigieuse institution en tant que membre associé étranger.

Son décès est "une très grosse perte pour la sculpture sénégalaise et africaine", a réagi à l'AFP le ministre sénégalais de la Culture Mbagnick Ndiaye, en mission officielle à Abou Dhabi, le qualifiant de "véritable ambassadeur de la Culture." "Les oeuvres d'art qu'il a exposées à travers le monde montrent qu'il était un géant de la culture", a-t-il ajouté.

Le chef de l'Etat français François Hollande a salué en Ousmane Sow "un immense artiste et un ami de la France", rappelant qu'il "y vécut et travailla à plusieurs périodes de sa vie, notamment entre 1957 et 1961".

Il y "acheva ses études avant de rejoindre le Sénégal qui venait d'accéder à son indépendance", a-t-il précisé. "De la matière qu'Ousmane Sow appliquait sur des armatures de fer et de béton puis de bronze, ont surgi des guerriers venus d'ethnies ancestrales mais, également, le souvenir de grands hommes, tels que Victor Hugo. Ses oeuvres sont le reflet de ses engagements, et ses géants se tenaient toujours debout", a-t-il ajouté.

- Sculpteur incomparable -
Le grand public a découvert Sow en 1999 lors d'une rétrospective sur le Pont des Arts à Paris. Ses guerriers Maasaï du Kenya, lutteurs Nouba du Soudan du Sud, Indiens d'Amérique, colosses figés dans le mouvement, attirent alors plus de trois millions de personnes.

Les hommages ont aussi été exprimés dans le milieu artistique ainsi que dans les médias locaux, le qualifiant entre autres de "monument".

Pour son compatriote plasticien Vieux Diba, professeur à l'Ecole nationale des arts (Ena) et président de la plate-forme des arts visuels, "c'est le leadership du Sénégal (en matière de culture) qui prend un sacré coup. Il y a des gens qui incarnent un pays", et ce fut son cas.

Ousmane Sow a fait montre à travers son oeuvre d'"un humanisme qui met en scène le corps et qui met l'homme au coeur de la problématique sociale. Il a poussé l'originalité jusqu'à créer une matière spéciale faite de résine de paille, une matière nouvelle dont lui seul avait le secret", a rappelé M. Diba.

Cette matière "est un mélange resté secret, qu'il a réussi à stabiliser au fil du temps" et parce qu'elle était "stable, pas poreuse", c'était une manière de "résister au temps", a souligné à l'AFP Massamba Mbaye, critique d'art sénégalais.

Certains disent que, esthétiquement, "il était très proche de Rodin [Auguste Rodin, sculpteur français], mais Ousmane Sow est un artiste qui a produit ses propres bases, on n'a pas besoin de le comparer à quelqu'un", a ajouté M. Mbaye.

Selon lui, il était "un artiste majeur" et était, au Sénégal, "le plus coté, avec la potière Awa Seyni Camara, dans le monde de l'art".

fa-fmi-mw-mrb-cs/jpc

Rédigé par () le Jeudi 1 Décembre 2016 à 06:13 | Lu 126 fois


Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à contact@tahiti-infos.com. D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies