TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd
Lundi 1 Septembre
Mon espace perso

FENUACOMMUNICATION, Rue Charles Viénot BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel: 43 49 49

Conservatoire Artistique de Tipaeru’i : 50 spécialistes mondiaux du ‘ori en séminaire




Conservatoire Artistique de Tipaeru’i : 50 spécialistes mondiaux du ‘ori en séminaire
PAPEETE. 09 avril 2014 - La Fédération des groupes de danses tahitiennes, nouvellement créée, organise depuis le début de semaine un séminaire rassemblant des spécialistes mondiaux. Cela se déroule au Conservatoire Artistique de la Polynésie. L’objectif visé : l’organisation d’un Heiva international en 2015.

Sur la cinquantaine de participants, plus de la moitié vient du Japon, Taiwan, Hawaii, Mexique et des Etats unis. Coordonné par deux maîtres de la danse traditionnelle, Matani Kainuku et Manouche Lehartel, ce séminaire est exclusivement réservé à des érudits du ‘ori Tahiti, des chefs de groupes, des professeurs de danses d’ici et d’ailleurs lesquels enseignent déjà depuis un certain nombre d’années.

L’objectif principal du rassemblement est avant tout de recentrer le ‘ori Tahiti sur ses origines. Cela comprend la danse mais pas seulement. Chaque intervenant se doit de connaître l’île de Tahiti, ses paysages et le style de vie de ses habitants. Pour ce faire, l’une des étapes du séminaire a été d’effectuer le tour de l’île. A chaque arrêt sur les sites les plus importants, les guides touristiques ont plongé les danseurs et danseuses dans l’ancien temps, à l’époque des légendes où guerriers et dieux se côtoyaient pour former les plus belles légendes mā’ohi.

« La Polynésie est la Mecque du ‘ori Tahiti ! »

Conservatoire Artistique de Tipaeru’i : 50 spécialistes mondiaux du ‘ori en séminaire
Ce mercredi, il a été question du reo Tahiti (du ‘ōrero plus précisément), mais aussi de la maîtrise des gestes selon le style de danse exécuté. Matani Kainuku nous en dit plus : « Il est fortement question de leur permettre de s’imprégner de la culture polynésienne. Après tout, la Polynésie est la Mecque du ‘ori Tahiti et que, par conséquent, c’est ici qu’ils devaient se rendre pour apprendre, depuis la racine. Ce n’est certainement pas aux américains ou aux japonais d’apprendre nos danses, mais bien à nous » Celui-ci, qui est également le chef de la grande troupe « Nonahere », connait fort bien les légendes tahitiennes pour avoir mis en scène certaines d’entre elles.

Les danseurs étrangers ont surtout la chance d’être « coachés » par les plus grands de la danse polynésienne, pour ne citer que Makau Foster ou encore Marguerite Lai, des grands noms du ‘ori. En associant ces hauts personnages culturels à ce rassemblement, la présidente de la fédération des groupes de danses tahitiennes, Manouche Lehartel a voulu leur rendre hommage. Et lorsqu’un chef de groupe vient, il (elle) emmène ses musiciens et ses chœurs, et donc les plus belles mélodies spécialement composées pour les spectacles des Heiva passés.

Adoption du « tahitian look »

Lourdes Rodriguez, à gauche, directrice de l'école de danse méxicaine "Ballet polynesio".
Lourdes Rodriguez, à gauche, directrice de l'école de danse méxicaine "Ballet polynesio".
Depuis lundi, le séminaire débute à 8h pour finir à 17h, autant dire un véritable enseignement complet et surtout très précis : « Cette formation est forcément nécessaire lorsqu’on enseigne la danse tahitienne dans nos pays respectifs. (…) Mon école compte 90 élèves dont 12 tāne (hommes) et une vingtaine de musiciens. Nous avons adopté le style polynésien dans toute son attitude. Les filles par exemple laissent pousser leurs belles chevelures pour ressembler de très près aux danseuses d’ici. Le tatouage fait également partie de notre look. » nous a confié Lourdes Rodriguez, chef du « Ballet Polynesio », une école de ‘ori basée au Mexique.

Mais les enseignements dispensés lors du séminaire apportent également aux locaux son lot de bénéfices. Heifara de Moorea y croit fortement : « Cela fait maintenant 15 ans que j’habite l’île sœur et j’ai ouvert mon école de danse. Il est clair que ce genre d’évènement est important pour nous, les polynésiens. Ce n’est pas parce que je suis tahitien que je sais tout, au contraire, j’ai besoin d’apprendre tous les jours. C’est pour cela que je suis ici. »

Comme Lourdes la méxicaine et Heifara, l’ensemble des spécialistes participant à ce séminaire bénéficieront encore de conseils jusqu’à vendredi. Autre temps fort particulièrement très apprécié par tous, la présentation, des premiers travaux de réflexion concernant la classification et la nomenclature des pas de base. Pour ce faire, John Mairai a été sollicité pour ses talents de linguistes reconnus.

En 2015, la fédération des groupes de danses tahitiennes et la majorité d’entre eux prévoient l’organisation d’un Heiva international. L’occasion pour toutes les écoles présentes lors de ce séminaire, de confronter leur pratique et leurs styles.

TP



Conservatoire Artistique de Tipaeru’i : 50 spécialistes mondiaux du ‘ori en séminaire
I te Fare ‘Uparau i Tīpaeru’i a’e ra : e 50 mau ti’a aravihī o tē ruru nei

PAPEETE. Te īva nō ‘ēperera o te matahiti 2014 – Mai i te ‘ōmuara’a o teie hepetoma, ‘ua tītau manihini hia e na ti’a aravihī no te parau o te ‘ori e teie ‘āmuitahira’a ‘āpī o tei ‘auvaha nei i te mau pūpū ‘ori nō te fenua nei. Te i te Fare ‘Upa ra a’ ra nō tīpaeru’i rātou e ta’irūrū nei. Te fā : te fa’aineinera’a i te Heiva rahi o te ‘ori Tahiti, i tārena hia i teie matahiti i muri nei.

I ni’a i na pae ‘ahuru ti’a ‘ori nō te ao nei o tei fa’ahaere hia mai, te rahira’a nō te fenua tāpōnē ānei, Taiwan ānei, Vaihī ānei ‘e Mexique ato’a ‘e tō Maritē. ‘Aita ra teie fa’anahora’a i fa’aineine hia nō te rahira’a, nō te feiā aravihī noa ra, mai te mau ‘orometua e ha’api’i nei i te ‘ori Tahiti, te mau pūpū ra’atira. ‘Ua fēruri hia teie ‘ohipa e Manouche Lehartel rāua Matani Kainuku tāne, e mau ti’a teie e mātau rahi hia nei i tō tātou fenua.

Te fā nui o teie ravera’a, maōti ra ‘ia fa’aho’i hia te parau o te ‘ori Tahiti i ni’a i tō na ti’ara’a hōhonu mau e te faufa’a ato’a, nō hea mai ‘oia. Ta’a ‘ē i te ‘ori, mea tītau hia ‘ia fa’a’ite ato’a i te he’euri o te fenua, pae mou’a ānei, pae tai ānei, te mau anavai ‘e te mau topara’a pape. ‘Āno’i ato’a hia te huru o te mau ta’ata noho tumu, te reo ‘e rau noa atu ā. A piti mahana i teienei, ‘ua ‘āfa’i hia teie mau ti’a i ni’a i te mau vāhi mo’a e vai nei fa’ati iā Tahiti. ‘Ua fa’ati’a hia rātou i te mau tua’ā’ai nō taua mau ape ra. E au ē, ‘ua ho’i fa’ahou te tā’ato’ara’a i te mau tau tahito ra, te tau ‘ihea te titotito noa nei te mau ‘aito ‘e te mau atua.

« Porinetia, te vāhi mo’a o te ‘ori Tahiti ! »

I teie ïa mahana toru, ‘ua fa’ahiti hia te parau o te reo Tahiti (te ‘ōrero ihoa ra), tae noa atu i te vaira’a o te mau ‘āpa e ti’a ‘ia ha’amau maīte hia, ‘ia au i te huru ‘ori e fa’a’ohipa hia nei. Teie te tātara’a i hōro’a hia mai e Matani Kainuku tāne , « O te mea pāpū maita’i, mea au ihoa ‘ia ha’amātau rātou i te hīro’a mā’ohi. No te mea, Porinetia, ‘oia te hiēro mo’a o te ‘ori Tahiti ; ‘inaha teie te fenua tano nō te ha’api’i i tā tātou ‘ori. ‘Eiāha na te mau maritē a ore ra tāpōnē e ha’api’i i tā tātou mau ‘ori, a vaiiho ra te reira nā tātou e rave ! » Mea mātau ihoa teie ra’atira pūpū ‘ori nō « Nonahere » i te mau tua’ā’ai. Vētahi o tā na i fa’ahōho’a ta’ata ora hia i ni’a i te tahua nō To’atā.

Te tahi ato’a vāhi maitata’i, mea fāna’o teie mau ti’a aravihī i te mau ha’api’ira’a a te mau ra’atira’a rahi mai iā Makau Foster ānei tae noa atu iā Marguerite Lai. Ma te fa’a’āmui mai iā rātou nei, ‘ua hīna’aro o Manouche Lehartel, e peretiteni nei i te ‘āmuitahira’a o te mau pūpū ‘ori Tahiti, e fa’ahanahana i te ‘ohipa i rave matahiti hia e rātou. ‘Ia tae ana’e mai ra o rātou, e ‘āpe’e hia ato’a mai e tā rātou mau ha’uti ‘upa’upa ‘e te mau reo hīmene. Te aura’a, o te mau hīmene navenave mau tei fa’aro’o hia i roto i te mau ‘āru’i Heiva tei tupu i teie mau matahiti i ma’iri.

E ‘apo mai i te huru o te ta’ata Tahiti.

Mai i monirē, e ha’amata nei teie ta’irūrūra’a mai i te hora e va’u tae roa atu i te hora pae i ahiahi. ‘E ‘ere roa atu i te mea ha’uti, mea pūai ra : «Mea faufa’a rahi roa teie ha’api’ipi’ira’a i te taime ‘oe e ha’api’i ai i te ‘ori Tahiti, i terā ‘e terā atu fenua ‘e’ē.(…) I tō’u nei fare ha’api’ira’a ‘ori Tahiti, ‘ua tai’o hia e īva ‘ahuru mua piahī ‘ori, i roto i teie nūmera tē vai nei hō’ē pūpū tāne, e ‘ahuru ma piti rātou. Ta’a atu i teriā, tē vai nei piti ‘ahuru feiā ‘upa’upa. ‘Ua ‘apo ato’a mai mātou i te huru i te ta’ata Tahiti ‘ia ‘ori ana’e ‘ō na. E hi’o noa vau i te mau vahine, e vaiiho rātou i tō rātou rouru ‘ia tupu roroa roa atu, mai o tā’u e ‘ite nei i’ō nei. Na reira ato’a nō te tātau, te tā’ato’ara’a o teie mau tāpa’o, te i reira ato’a i tō mātou fērurira’a. » o tā Lourdez Rodriguez e ra’atira nei te pūpu « Ballet Polinesio » i fa’ata’a mai.

Te fāna’o ato’a nei tā tātou mau ti’a ‘ori nō te fenua nei, mai o tā Heifara i parau mai : « Te i Mo’orea vau i te fa’a’eara’a a ‘āhuru ma pae matahiti i teienei. I reira, ‘ua mātara tā’u hō’ē piha ha’api’ira’a ‘ori Tahiti. Parau mau, mea faufa’a ihoa te mau fa’anahora’a mai i teie te huru, nō tātou ihoa ra feiā ta’ata Tahiti. E ‘ere no te mea ‘ua fānau hia vau i’ō nei, te i iā ‘u ra i te mau mea ato’a, ‘e ‘ere roa atu mai i teriā, mea au ‘ia ha’api’i ato’a hia mai tātou. Te tumu ïa vau i tae mai ai. »

Mai iā Lourdes nō te fenua Mexique rāua Heifara, e fāna’o fa’ahou ā teie mau ti’a ori i te mau ha’api’ira’a hau roa atu tae atu i teie mahana pae. Te tahi ato’a ‘ohipa i au rahi hia e na feiā a’e ra, te tu’ura’a hia i mua iā rātou i te ‘ōmuara’a o te mau ‘ohipa heheura’a nō te ha’apāpū te mau huru ‘āpa tumu ato’a o te ori Tahiti.

Te fēruri nei te tā’ato’ara’a i te fa’aineine i te hō’ē Heiva nō te ao nei, i teie matahiti e haere hia atu nei e tātou. E taime nahonaho teie nō te ha’atito i terā ‘e terā atu huru ha’uti’utira’a tino.

TP



Rédigé par TP le Mercredi 9 Avril 2014 à 14:07 | Lu 806 fois


Notez

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité People | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | PRESIDENTIELLES 2012