Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Conférence : la place des langues polynésiennes dans la République



Conférence : la place des langues polynésiennes dans la République
PAPEETE, le 18 avril 2016 - Une conférence "Savoir pour tous" est organisée jeudi à l'Université sur le thème : "L'apport des langues d'outre-mer à la problématique française et européenne des langues dites régionales". Le professeur de linguistique Michel Launey y présentera la situation des langues d'Outre-mer et les nouvelles problématiques auxquelles elles font face.

Les langues régionales, dont nos langues polynésiennes, ont toujours eu une place difficile dans la République française. Toutes ont souffert de la généralisation du français à l'école et ont frôlé la disparition. Une petite ouverture dès 1951 a permis d'alléger progressivement la pression. Mais les problématiques restent nombreuses.

Ce jeudi 21 avril dès 18h15 dans l'amphi A3 du campus d'Outumaoro, le professeur de linguistique à l’Université Paris VII et directeur de recherches honoraire à l’Institut de Recherches pour le Développement, Michel Launey, explorera ces questions lors d'une conférence publique. Cet expert a longuement étudié le nahuatl au Mexique et la langue palikur en Guyane, et connait les problématiques liées à la scolarisation des enfants dont c'est la langue natale et les adaptations nécessaires du système scolaire.

Il exposera du coup "l'intérêt majeur [dans les langues d'Outre-mer] de certains phénomènes grammaticaux absents des langues européennes ; le statut de langue maternelle pour de nombreux locuteurs, et parfois de seule langue avant la scolarisation ; la nécessité de mieux décliner la présence scolaire selon les langues, les lieux et les classes d’âge (activités en langue maternelle dans les petites classes, observation réfléchie conjointe avec celle du français dans les plus grandes classes, approche dite d’éveil aux langues pour les contextes plurilingues etc.). On mettra la situation polynésienne en perspective avec celles de la Nouvelle-Calédonie, de la Guyane, de Mayotte et des îles créolophones" explique la présentation de la conférence.

DEUX AUTRES CONFÉRENCES POUR LES JURISTES

Deux autres conférences, beaucoup moins grand public, seront organisées les 22 et 26 avril à l'UPF. Elles sont principalement destinées aux étudiants en préparation à l'examen d'entrée à l'École de formation du Barreau, donc qui veulent devenir avocats. Mais elles restent ouvertes à tous et intéresseront les juristes et chefs d'entreprise.

La première, vendredi 22 avril dès 14h en amphi A2, portera sur "L'actualité du contentieux du droit des sociétés" par le professeur François-Xavier Lucas, professeur de droit privé à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de l’Institut d’études judiciaires Jean Domat. Elle s'attardera par exemple sur les contentieux entre associés d'une société…

La seconde, mardi 26 avril dès 14h amphi A2, aura pour thème "Droit des marchés publics et droit de la concurrence" par le professeur David Soldini, maître de conférences en droit public à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur des études de l’Institut d’études judiciaires Jean Domat. Elle permettra en particulier de voir les différences entre le droit de la Concurrence en métropole et en Polynésie française.

Rédigé par Jacques Franc de Ferrière le Lundi 18 Avril 2016 à 16:51 | Lu 810 fois







1.Posté par Heimatrechtler le 26/04/2016 06:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La France mène un double-langage concernant les langues régionales :
Un message émancipateur et favorable au bilinguisme et à la co-officialité des langues régionales lorsqu'il s'agit de défendre les droits linguistiques, culturels et politiques spécifiques des minorités régionales francophones à l'étranger (dialectophones Québécois, patoisants Acadiens, Wallons, Romands, Valdotains etc), lorsque la France n'y promeut pas carrément le séparatisme ethno-linguistique ("vive le Québec libre !" ; "la Wallonie manque à la France !") qu'elle condamne avec virulence en Corse, en Bretagne ou au Pays Basque.
Un message hostile au bilinguisme et à la co-officialité des langues régionales chez elle, au nom de dogmes totalitaires et antidémocratiques tels que : "la République est une et indivisible" (sinon quoi, la guillotine pour les fédéralistes ?) ou "seul le français est la langue de la République" et tant pis pour les non-francophones dont les droits linguistiques les plus primordiaux sont allègrement piétinés et bafoués...

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 20 Octobre 2017 - 16:21 Coup de jeune au Pôle Entreprises de la CCISM

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance