Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Collège de Punaauia : l'absentéisme des professeurs inquiète les parents d'élèves



PUNAAUIA, le 30 mai 2017 - Dans cet établissement de la côte ouest, certains parents d'élèves s'inquiètent de voir le nombre de professeurs absents augmenter. Pour la direction de l'enseignement, cette situation est liée à deux événements : les examens et le championnat du monde scolaire de beach volley.

"On ne peut pas demander aux élèves de venir au collège si les professeurs ne le font pas eux-mêmes." Désarroi et colère se mélangent dans la voix d'Élodie, maman d'un collégien de Punaauia. L'établissement est le plus important de l'île de Tahiti. Il accueille plus de 1 000 élèves et compte 75 professeurs dans ses rangs. À l'heure actuelle, 15 d'entre eux sont absents. Une liste qui, selon les parents de collégiens, n'a de cesse de s'allonger depuis plusieurs semaines.

"Depuis la rentrée des vacances d'avril, mon fils n'a plus cours de mathématiques. Au bout de trois semaines, le professeur n'est toujours pas là, et ce sera le cas jusqu'à la fin de l'année…", reprend Élodie.

Les collégiens n'ont que quelques heures de cours par jour, voire par semaine. Les parents ne savent plus comment gérer les emplois du temps. "C'est vraiment compliqué. L'autre jour, mon fils m'a appelé à 9 heures pour me dire que sa journée était finie", ajoute Cécile, dont le fils est en 6e au collège de Punaauia. "Du coup, mon fils a passé quatre heures en salle d'études..." Là aussi, parfois, les choses se compliquent. Compte tenu du nombre de collégiens, l'étude se remplit vite. Les élèves doivent patienter dans la cour. "Même pour les taties c'est ingérable ! Elles ne savent plus quoi faire ! Elles s'arrachent les cheveux !", s'indigne Cécile.

Plusieurs parents d'élèves sont montés au créneau et ont écrit une lettre à la direction générale de l'Éducation et des Enseignements (DGEE) et au vice-rectorat. L’Association des parents d'élèves (lire ci-dessous) a fait de même. Au moment où nous mettions sous presse, ils attendaient toujours la réponse.

PÉRIODE D'EXAMENS ET CHAMPIONNAT DE BEACH VOLLEY

(Photo d'illustration)
(Photo d'illustration)
Du côté de la DGEE, la situation est connue. Chaque année, le problème revient. "Nous allons entrer dans une période d'examens, les professeurs sont donc réquisitionnés jusqu'à la fin de l'année. Cela entraîne pas mal d'absences. C'est comme cela tous les ans. Mais il est vrai qu'une autre problématique s'ajoute cette année aussi. Certains enseignants ont été appelés pour organiser et encadrer le championnat du monde scolaire de beach volley ", indique la DGEE.

Cette explication n'est pas toujours comprise du côté des parents. Ces derniers estiment que des dispositions auraient dû être prises en amont pour éviter ce fort taux d'absentéisme. "Je ne comprends pas pourquoi, par exemple, ils mettent des formations pour les professeurs en plein pendant les cours alors qu'ils sortent de deux semaines de vacances ! Ou encore, là, en ce moment, il y a beaucoup de professeurs qui sont en arrêt maladie… Je n'ai jamais vu autant d'arrêts maladie", tempête un autre parent.

Selon les parents d'élèves, les réponses données par la DGEE cachent une autre réalité. Pour eux, le problème est budgétaire. Les professeurs contractuels ne sont pas embauchés pour faire les remplacements. Le ministère de l'Éducation n'aurait pas de budget suffisant.

Une explication contrecarrée par la DGEE. "Ce n'est pas un problème de budget. Nous sommes toujours confrontés à cette réalité. Il faudrait avoir un vivier d'enseignants mais ce n'est pas possible. Malheureusement, ces absences demandent en effet une réorganisation de l'emploi du temps", explique-t-on dans les bureaux.

Cette réorganisation passe mal auprès des parents. Beaucoup avaient placé leurs enfants dans un collège public par conviction. Mais face à ce taux d'absentéisme, ils s'interrogent. Élodie l'affirme : "Je réfléchis sérieusement à envoyer mon fils dans un établissement privé. Je pense qu'il y a un vrai souci dans les établissements publics. Là, on vous pousse à aller vers le système privé…"

L'Association des parents d'élèves reste patiente

Contacté, le président de l'Association des parents d'élèves du collège de Punaauia n'a pas souhaité s'étendre sur la question. Au fait du problème, il a envoyé un courrier à la DGEE, à la ministre de l'Éducation, Nicole Sanquer, et au vice-rectorat. Dans l'attente d'une réponse, l'APE préfère ne pas s'exprimer dans la presse.

"Une situation exceptionnelle"

Pour la direction générale de l'Éducation et des Enseignements (DGEE), le collège de Punaauia est le plus touché par le nombre de professeurs absents. "Dans les autres établissements, il n'y a rien de particulier", a expliqué la DGEE. "Le collège de Punaauia subit un taux d'absentéisme plus fort que d'habitude. Cela reste une situation exceptionnelle."

Rédigé par Amelie David le Mardi 30 Mai 2017 à 14:59 | Lu 13589 fois






Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

28.Posté par Parent en colère le 02/06/2017 11:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Une belle bande de planqués! Et Madame la ministre...bien sûr qu'elle n'est pas joignable car bien trop occupée aux Législatives...Madame pensez vous que vous vous présentez à ces élections pour servir réellement l'intérêt des Polynésiens? Parmi ces Polynésiens, il y a bien sûr la relève, nos enfants, pour lesquels nous parents, nous nous battons et continuerons à nous battre. Alors allez vous les défendre eux aussi sur les bancs de l'Assemblée Nationale? Allez vous porter la voix des parents mécontents de ce système laxiste, nous entendez vous seulement? Posez vous les bonnes questions quant à votre candidature, battez vous pour les bonnes causes et arrêtons le massacre! Je suis indignée et je refuse que mon enfant soit un mouton d'une société endormie et conformiste qu'on veut si facilement nous vendre.

27.Posté par soutenons l''''école publique le 01/06/2017 14:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il y a quand même une sacrée incohérence (à creuser par les journalistes d'investigation) dans ce que nous dit la DGEE.
D'un côté, tous les profs remplaçants ont reçu il y a plus d'un mois un courrier de la DGEE leur demandant de rentrer chez eux car le budget annuel était intégralement dépensé, et d'un autre côté la DGEE dit que le problème n'est pas le budget mais le nombre de profs disponibles. Quelle version faut-il croire? Dans tous les cas le résultat est déroutant... Des profs attendent la réponse de la DGEE pour pouvoir travailler pendant que des élèves ratent des centaines d'heures de cours primordiales pour leur avenir.
Il serait peut être bon que des allers-retours efficaces soient réalisés entre la DGEE , le ministère et les établissements afin de mettre en relation les besoins et les moyens...
Problème de compétence?
à quand une enquête approfondie?

26.Posté par bimbo le 01/06/2017 13:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Autre exemple desespérant : au collège Tipaerui, une certaine "proff" (?) de francais recidiviste qui a réussi à enchainer pas moins de 5 arrêts maladie de 3 semaines chacun...merci pour les élèves...zéro conscience professionnelle, complicité coupable du/ des taote...et pour couronner le tout , réponse de la DGEE : "à moins de 3 semaines d'AM, pas de remplacement possible", SUPER ....et l'on s'étonne du niveau moyen déplorable de nos enfants (voir les bilans des évaluations nationales, le fenua reste scotché au fond du fond). Avec un systeme educatif aussi défaillant l'avenir de la polynésie est bien sombre , mais là encore nos "politiques" n'en parlent pas, leur solution : bitumer des routes et bétonner nos vallées ??!!!

25.Posté par zen le toto le 01/06/2017 12:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

public vs privé c'est un faux débat, c'est pareil partout mais le privé va sauter sur l'occasion pour forcer la main du nouveau ministre pro-privé

sanctionner alala et allez en prison, toujours aussi incroyable la méchanceté des gens, que de jalousie ou un balais coincé dans le derrière peut-être

donnez le RSA, on va aller pêcher et surfer et on sera heureu

24.Posté par Ha'a titi'aifaro le 01/06/2017 10:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pourquoi n'y aurait-il pas de sanctions diciplinaires comme les avertissements, les blâmes et la porte pour ces profs, toujours les mêmes, absents ? Eh ben c'est le SYSTEME qui veut çà. SUPER !!! Y en a qui peuvent se permettre du privé, c'est bien, et les autres qui n'ont pas les mêmes moyens? Eh ben, tant pis pour eux, et après y en a qui se plaignent de la déchéance comportementale de ces pauvres enfants qui deviennent des rebus de la société polynésienne. À bas les adultes irresponsables et nombrilistes et merci à ceux qui se battent.

23.Posté par totor24 le 01/06/2017 07:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

chuttt !!!!! pas touche au CPE qui surf en AM - c'est le cousin de la ministre ...

22.Posté par Torea le 31/05/2017 14:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Petit exemple de l'inadmissible! Je suis cadre d'entreprise. IL y a quelques années de cela, je surprends une de nos salariées secrétaire en train de trottiner au stade Tipaerui alors qu'elle est en arrêt pour accident de travail depuis plus d'un mois avec plusieurs prolongations pour une entorse à la cheville, suite soit disant à une chute dans les locaux de la société, sans témoin bien sur. Je demande à nos RH d'en informer le contrôle de la CPS ce qui est fait immédiatement. Réponse du médecin conseil par courrier, pour faire court, "Circulez il n'y a rien à voir"!
Continuez à creuser le trou, vous finirez bien par trouver le fond....

21.Posté par Lebo RORO le 31/05/2017 12:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le bon vieux temps était plus respectable sur le "travail"...

20.Posté par Cécile le 31/05/2017 10:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je trouve que la réponse de la DGEE est gonflée : au collège de Punaauia, l'absentéisme aigu n'est pas récent et n'est pas lié au Beach Volley ou aux examens !!! Cela fait des semaines que des profs sont absents ! 18 un mercredi matin !!! Que répondent-ils au fait qu'un professeur de mathématiques ne soit toujours pas remplacé depuis la mi avril ?? Cela ne date pas d'aujourd'hui. Cela fait plus de 6 semaines qu'on attend un remplaçant de mathématiques ! Deux phénomènes se conjuguent : les professeurs trop absents sans aucun contrôle CPS et sans l'injonction de rattraper les cours non donnés durant les heures d'études des enfants, les contractuels non remplacés et les budgets non votés. Le professeur Principal a bien dit : il n'y a pas de budget pour remplacer tous ces profs absents ! C'est la réponse que l'on m'a donnée fin avril. Donc Mrs et Me de la DGEE : cela n'est pas récent ! Cela fait des semaines qu'on vous demande de trouver une solution !!!!

19.Posté par TOM le 31/05/2017 10:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tant qu'il n'y aura pas de contrôle de la CPS, ça ne changera jamais. Quel monde de débiles, on paye des cotisations pour que des feignasses en profite.

18.Posté par Hiro a Taaroa le 31/05/2017 10:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

SANCTION faire appliquer le délai de carence. Obliger les Chefs d'Établissement a demander des visites à domicile par la CPS

17.Posté par Droulet le 31/05/2017 10:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour faire bref, dans les absents il y a les "vrais malades", les "touristes" et ceux qui sont concernés par les examens...40 ans dans la maison "ÉDUCATION NATIONALE" en métropole et en Polynésie, m'ont appris que TOUS les établissements publics ou privés sont confrontés à ce phénomène.
Dans le doute les Chef d'établissement peuvent TOUJOURS demander un contrôle, mais combien d'entre eux le font ? De plus ils peuvent par la notation administrative, sanctionner ceux qui se permettent de prendre le travail à la légère.
Le pire je l'ai rencontré dans un cas ahurissant, un collègue était en arrêt maladie, mais pourtant il a gagné dans un rallye automobile et sa photo est paru dans le journal....le proviseur a porté plainte mais LE JUGE lui a donné TORT car le prof était couvert par un arrêt médical, signé par le taote..

16.Posté par Prof, copain du CPE de Punaauia le 31/05/2017 10:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'ai surfé avec un CPE, un certain M. T., alors qu'il était en AM. Véridique !
Alors si l'administration peut se le permettre, pourquoi pas les profs ?

15.Posté par liberté2 le 31/05/2017 08:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et faire une enquête sur ces médecins véreux . quoique le nom de médecin pour ces gens là n'est pas approprié ,et cela fait des années que ce système existe. Et c'est partout pareil les profs sont des feignants trop payé et qui au fond n'enseignent pas grand chose du fait de leurs brillantes absences . Au fait ce sont des locaux ou des métros ces ( profs )

14.Posté par Torea le 31/05/2017 07:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'absentéisme des professeurs du public a toujours été un problème, un problème d'abus! Mon fils était au collège de Tipaerui il y a plus de 12 ans et déjà à cette époque l'absentéisme des professeurs choqué bon nombre de parents. Cela n'a pas changé à ce que je vois.
Les médecins donnant des arrêts de complaisance sont connus. Ce problème ne touche pas que l'éducation. Il touche la Polynésie aussi bien dans le secteur public que dans le secteur privé. Les administrations, les entreprises, la CPS sont impactées! Quand va-t-on vraiment s'attaquer à ce problème qui gangrène la société polynésienne et plus généralement le société française...



Il y a des professeurs dévoués à la tâche, courageux, mais ceux là malheureusement sont de plus en plus rares.

13.Posté par Beauté le 31/05/2017 06:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il semblerait que pas moins de 300 arrêts pour maladie sont déposés chaque lundi à la DGEE depuis de nombreuses années. Une vraie galère.

12.Posté par Fetia le 31/05/2017 05:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quand on sait que certains profs qui enseignent là bas scolarisent leurs enfants ailleurs on comprend mieux pourquoi.......

11.Posté par Tipanier le 30/05/2017 22:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Malheureusement, les élèves de certains collèges privés subissent également l'absentéisme récurrent de professeurs. Ce n'est assurément pas un exemple, même pour les élèves les plus motivés qui s'ennuient fermement en permanence lorsqu'ils n'ont pas accès à la BCD pour occuper ces temps morts imprévus.

Je suis moi-même enseignante dans le public et j'ai assuré les cours (comme j'ai pu) malgré une extinction de voix ou une pubalgie. J'ai vraiment du mal à comprendre les collègues qui se font porter pâles au moindre "bobo", il est clair que cela nuit à l'image de la profession même si cela ne concerne qu'une minorité d'entre nous. La gestion des effectifs d'enseignants "en flux tendu" par la DGEE ne permet évidemment pas de pallier toutes les absences, justifiées ou non.

10.Posté par Parent en colère le 30/05/2017 22:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci pour cet article, on se sent du coup moins seul. Je confirme au Taaone, même tarif, les profs absents, malades ou en épreuve, sont en nombre. C'est purement inacceptable. De plus, il y a un profond manque de respect envers les autres profs consciencieux qui s'appliquent à venir assidûment assumer leur fonction et exercer pleinement leur métier. DGEE, si chaque année c'est la même chose et si vous connaissez le calendrier des formations et autres convocations pour surveillance aux épreuves, prenez peut être les devants plus tôt. Nous passons pour des parents bourreaux qui se battent pour inculquer des valeurs et une rigueur à nos enfants et tenter de les armer au mieux pour demain. Non, madame la ministre, tous les parents n'ont pas démissionné et tous les enfants ne sont pas en décrochage scolaire. En revanche, surveillez d'un peu plus près ce qui se passe dans vos rangs! Dans tous les secteurs d'activité il y a des avantages et ses inconvénients et pour rappel, le métier de professeurs ne se résume pas qu'au bénéfice des nombreuses vacances scolaires et à la paie.

9.Posté par Newlife le 30/05/2017 22:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oui mais il est vrai que les profs de sport sont occupés avec le Beach volley. Pour le reste on est a tahiti. Il y a bien des pompiers privés qui veulent le status et les avantages du public sans les concours. D'autres blaireaux sans diplome agents communaux classe C et D qui veulent les memes status que les agents d'Etats. Sinon ils font grève
Alors la conscience professionnelle a Tahiti c'est un enorme LOL

8.Posté par Pito le 30/05/2017 21:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est comme dans toutes les administrations si les contrôles étaient fait sérieusement on se rendrait compte que certains professeurs ne sont absolument pas malade et profite des avantages de notre fenua pour aller à la p,âge et surfer avec un arrêt maladie !!!! On nous prend vraiment pour des imbéciles.

7.Posté par Fetia le 30/05/2017 21:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est une situation qui dure depuis des années ...les profs consciencieux sont trop nombreux....Vaut mieux opter pour le privé au moins le problème est réglé et les profs sont bien plus impliqués dans leur travail avec les enfants. C'est vraiment appréciable ya pas photo....Collège de Punaauia je n' y mettrais pas mes enfants.

6.Posté par tortue verte le 30/05/2017 19:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le problème de l'absentéisme des profs en Polynésie pour des arrêts maladies massifs et réguliers existe bel et bien. Pour les profs mis à disposition, il faut gérer le problème : on est censé venir avec certificat médical d'aptitude à enseigner outre-mer. Si dans les 2 premières années il y a trop d'arrêts maladies, c'est que le collègue est inapte. Pas de renouvellement. Idem pour ceux qui redemandent une MAD : si lors de leur premier séjour il y a eu trop d'AM, pas la peine de les faire venir. Faire venir des gens en les surpayant pour un travail à moitié effectué, c'est inacceptable. Perso, en 4 ans, j'ai été arrêtée une fois 2 jours. Des abus d'arrêts maladies avec la complaisance des médecins, j'en ai vu plein.

5.Posté par Fiu le 30/05/2017 18:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La DGEE ment aux parents et au grand public. Mon fils était scolarisé l'année dernière en 6 eme au collège de Punaauia.
En un an il a perdu 127 heures de cours car les profs ne venaient pas travailler. J'ai alerté la proviseur et la ministre de l'éducation à plusieurs reprises.
La réponse que j'ai eu... "On ne pourra rien faire tant que des médecins donneront des arrêts de travail de complaisance contre 3600 cfp". Voilà la réalité. La situation d'aujourd'hui n'a rien d'exceptionnel, contrairement aux déclarations de la DGEE, et la complicité de l'APE est pitoyable. Quant à la décision de ne pas s'exprimer dans la presse de là ministre de l'éducation, cela n'a rien de surprenant de la part d'une candidate aux prochaines législatives...
Au final les élèves qui ont la chance d'avoir des parents investis dans leur avenir, quittent cette "garderie pour ados" et poursuivent dans le privé. Pour les autres, il reste un environnement socio-éducatif en dégradation, futur vivier d'élèves en échec scolaire....

4.Posté par Arsenik le 30/05/2017 17:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le public a toujours été un repère de fainéants et syndicalistes...hahaha. Désolé il n'y a que la vérité qui blesse.
Pour un véritable accompagnement educatif et des résultats = le privé.

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à contact@tahiti-infos.com. D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 16 Août 2017 - 17:24 427 plants de pakalolo détruits à Huahine

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance