Tahiti Infos
Tahiti Infos

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Challenger #6 : Hinatea Bernardino


Hinatea Bernardino est actuellement sans conteste la n°1 du va’a féminin en Polynésie. On peut dire qu’elle est tombée dans « la marmite du va’a » dès le plus jeune âge, ses deux parents sont issus de familles de champions de va’a.



Son grand-père et son frère ont créé l’illustre club de Teva, du côté de sa mère, son oncle Lewis Laughlin est une légende vivante du va’a et du kayak. Le va’a coule donc dans ses veines.
 
Ce qui caractérise Hinatea est sans doute un comportement atypique. Comme elle le fait noter elle-même, elle ne participe pas à toutes les courses du calendrier fédéral. Elle aime se diversifier et elle aime faire de longues pauses avant de reprendre le chemin de la compétition. Elle sait se préparer pour les échéances importantes et détient à ce jour un palmarès impressionnant.
 
Hinatea n’a pas sa langue dans sa poche et se fait même revendicative lorsqu’il s’agit de la place des femmes dans le va’a. Selon elle, c’est compliqué pour une femme de faire du va’a et il y a encore du chemin à parcourir pour faire évoluer les choses. Elle déplore le manque de budget face à la concurrence néozélandaise qui se fait pressante au niveau international.
 
Hinatea est avant tout une grande championne. Elle se donne humblement des airs de dilettante mais ne vous y fiez pas, elle a remporté sept fois le Te Aito, elle est cinq fois médaillée d’or aux championnats du monde de vitesse, 10 fois gagnante de la course du Heiva en individuel…Elle aime son sport et cela se voit. Les championnats du monde de va’a sont prévus en 2017 et 2018, la Polynésie comptera sur elle.

En bref

Née le :
24 février 88 à Papeete
 
Origines

Père tahitien et mère demi française/tahitienne. 
 
Situation familiale

En concubinage sans enfants
 
Un héros de ton enfance ?

Mon père, mes oncles et tantes
 
Si tu étais un animal ?

Une tortue
 
Une valeur morale ?

Suis ton propre chemin et n'aie pas peur de tes décisions. 

Ton activité professionnelle ?
Je suis médiatrice de ville à la commune de Taiarapu-Est depuis 3 ans
 
Tes sponsors ?

Nesian, SPY, Palafamala Hawaii, 2XU, STC Nutrition

3 meilleurs résultats de ton palmarès ?
En mai, en Australie j'ai été sacrée championne du monde en V1 pour la 5e fois.
En août, j’ai eu la chance d'égaliser le record de Nicole Clark avec mon 8e titre au AITO.
En novembre, 3e victoire au Hawaiki Nui Va’a avec mon équipe TEVA.

Tes débuts ?

« On a toujours vécu à la presqu'île. J'ai commencé la rame à l'âge de 14 ans et tout s'est enchaîné rapidement. Mon père a toujours été là pour me motiver. Quand tu commences la rame, c’est vraiment dur, il faut s’accrocher avant de pouvoir sentir que tu progresses. Mes idoles sont mes tontons et mes taties - côté Bernadino - qui ont gagné plusieurs compétitions de va’a mais surtout mon papa, même à 60 ans il me surprend toujours. »

Ton entrainement ?

« Je n’ai pas tout le temps été assidue aux entraînements à mes débuts. Et plus je me suis rapprochée de la catégorie senior, plus je faisais des breaks de six mois à un an avant de reprendre la compétition. Cela devient de plus en plus difficile, certaines ne lâchent pas toute l'année et pour venir à leur niveau, il faut être très motivée. »

Tes plus beaux succès en compétition ? Une anecdote ?

« Cette année, aux championnats du monde en Australie, la finale a été une course très attendue, le niveau était élevé et je n’étais sûre de rien jusqu’à la ligne d’arrivée. J’étais vraiment heureuse et soulagée d’avoir eu ce titre. Je n’avais jamais vu mon père aussi stressé. »

Tes motivations ?

« Faire du sport, c’est quelque part vouloir se dépasser. Je me trouve assez lente sur terre mais je peux être super rapide sur l’eau, comme la tortue. Donc c’est motivant de vouloir se dépasser. Et puis au niveau motivation, il y a les voyages et le fait de pouvoir connaître des personnes qui partagent la même passion pour le va’a. Et pour finir, ce qui me motive, c’est bien évidemment l’envie de gagner des courses. »

Tes objectifs ? Remerciement ou message ?

« Je pense reprendre le stand-up que j'ai laissé de côté et je compte aussi participer aux championnats du monde de longue distance en 2017. J’aimerais remercier ma famille, ma petite maman qui est dans l’ombre mais qui m'apporte autant de motivation que mon père. Merci à mon tavana. Merci à mes grands-parents, à mes sponsors, aux personnes qui croient en moi et à la vie, pour me donner autant de plaisir et de bons moments. »





Les Trophées du Sport