Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Ce que les Polynésiens attendent du chef de l’Etat



PAPEETE, 15 février 2016 - Dans une semaine jour pour jour, lundi 22 février, le président de la République François Hollande sera le premier chef de l’Etat à venir en Polynésie française depuis Jacques Chirac en août 2003.
Que peut-on attendre d’une telle visite ? Nous allons, au cours de cette semaine, rencontrer les principaux leaders politiques polynésiens, les représentants du patronat, des élus municipaux, pour faire part de leur point de vue et de leurs attentes au sujet de cette visite officielle.
Nous commençons aujourd’hui par un micro-trottoir afin de recueillir, au travers du témoignage d’une dizaine de personnes, les attentes des Polynésiens de souche ou d’adoption quant à la venue du chef de l’Etat.

"Faites quelque chose pour la Polynésie !"

Aujourd’hui retraité et âgé de 70 ans, Etienne est un ancien chauffeur démarcheur pour une entreprise locale du secteur de l’agroalimentaire. Il espère que la visite officielle de François Hollande aura un effet vertueux sur l’économie locale et l’emploi.

Qu’attendez-vous de la visite officielle de François en Polynésie ?

Je ne connais pas la politique, mais on peut espérer une relance économique.

Si vous pouviez le rencontrer personnellement, que lui demanderiez-vous ?

(Rires) Au président ? Eh bien : « Faites quelque chose pour la Polynésie ! » Les gens ont besoin de trouver du travail. Je pense que je lui demanderais quelque chose comme ça. Il y a plein de jeunes sans travail et qui cherchent. Ca ne va pas en ce moment. La Polynésie est en crise depuis de nombreuses années maintenant. Depuis 2004. C’est très difficile.

Roland, 47 ans, employé
Roland, 47 ans, employé
"ça dépendra de ses ambitions"


Quelle est la priorité des Polynésiens selon vous aujourd’hui à quelques jours de la visite du président Hollande ?

Trouver du travail.

Pensez-vous qu’il est en capacité d’aider dans ce domaine ?

Bien sûr qu’il peut faire quelque chose ! Maintenant ça dépendra de ses ambitions. Le veut-il vraiment ? Je n’en sais rien.

Voyez-vous une marque d’honneur, pour la Polynésie, dans cette visite de François Hollande ?

Ah oui ! C’est ça qui manque. Les hommes politiques font toujours des promesses pour être élu. Mais à chaque fois, lorsqu’ils arrivent au pouvoir, on nous oublie. C’est le moment de tenir parole.

Un coup de pouce dans le secteur de l’emploi, c’est essentiel ?

Nous en avons besoin. Surtout vu l’activité actuelle pas très fameuse.

"Un grand changement, ça ferait du bien !"

Heiata, 35 ans, est employée dans un snack de Papeete.

Quel changement attendez-vous de la visite de François Hollande, dans quelques jours ?

Je n’étais même pas au courant de ça. Mais puisqu’il vient j’espère qu’il apportera un grand changement, ça ferait du bien ! Au niveau de la politique et de l’économie.

Imaginons qu’il vous accorde une audience personnelle. Que lui demanderiez-vous ?

Un grand changement. Peut-être mettre des jeunes, à la place des vieux hommes politiques que nous avons. Je ne sais pas. On en a besoin. Les taxes augmentent de plus en plus et on a de plus en plus de mal à s’en sortir. Je n’ai pas grand-chose à dire ; mais je pense que ce serait bien qu’un grand changement se produise. Maintenant, c’est à lui de voir ce que le gouvernement polynésien a fait depuis tout ce temps.

"François Hollande n’est pas un magicien"

Yannick, 44 ans, à la recherche d’un emploi, attend de savoir ce que François Hollande annoncera dans sa déclaration officielle ; mais il ne croit pas au caractère déterminant de cette visite pour la situation économique locale. "La solution elle viendra de nous", estime-t-il tout en espérant que cette visite officielle du chef de l’Etat sera profitable aux anciens travailleurs du nucléaire engagés dans une demande de reconnaissance de leur statut de victime.

Que pensez-vous de la démarche qui conduit le président Hollande à faire une visite officielle en Polynésie française, dans quelques jours ?

C’est vrai que l’on pourrait dire, dans un premier temps, qu’il s’intéresse à nous puisqu’il se déplace. Mais, vue la durée extrêmement courte de ce déplacement, je pense qu’il vient pour la forme ; pour faire une annonce ou deux, pour nous faire plaisir. Et ça s’arrêtera là.

Pensez-vous que ce déplacement est susceptible d’être porteur d’un changement dans la situation polynésienne ?

Ca ne changera rien du tout. J’en suis persuadé. Ce n’est pas parce qu’il vient une journée en Polynésie française que ça changera quoi que ce soit. De toute manière, la solution ne viendra pas de l’extérieur. La solution elle viendra de nous. François Hollande n’est pas un magicien.

Si vous aviez la possibilité de le rencontrer personnellement, que souhaiteriez-vous de lui ?

J’essaierai de me retenir, d’être poli (rires). Oui, ce serait un honneur d’avoir l’audience du chef de l’Etat. Ce que je lui demanderais ? De me donner un travail. Mais malheureusement, beaucoup de gens le lui demandent en métropole et je crois qu’il n’est déjà pas à la hauteur : il y a toujours autant de personnes dans le besoin.

Que lui demanderiez-vous pour la collectivité polynésienne ?

Il me semble qu’il est venu avec quelque chose à annoncer : on ne fait pas une visite officielle sans rien. Peut-être effectivement de faciliter l’indemnisation des gens qui ont souffert et qui souffrent de maladies radio-induites liées aux expérimentations nucléaires. Que leurs demandes d’indemnisations aboutissent. On comprend évidemment bien que l’Etat n’est pas disposé à rembourser : ça fait des années que ça dure sous des prétextes juridiques douteux. On sait très bien que tout cela, c’est pour faire durer le plaisir.

"Il serait bon qu’il fasse avancer notre situation ici"

Torea, 18 ans, étudiant, attend du chef de l’Etat l’annonce d’une plus grande implication financière de la France dans l’économie polynésienne.

Comment percevez-vous la visite de François Hollande ?

La venue d’un président de la République, ce n’est pas anodin : le dernier c’était Jacques Chirac en 2003. C’est un honneur. Mais je suis un peu déçu par le fait que ce ne soit que pour une journée : que peut-il faire en une journée ?

Qu’attendez-vous de cette visite officielle du chef de l’Etat ?

Qu’il fasse avancer les affaires du nucléaire : Qu’il nous explique comment l’Etat compte agir dans l’avenir, par rapport à l’indemnisation des personnes qui se disent touchées. Qu’il aborde la question des versements de l’Etat. Vu qu’ici on est autonome mais qu’apparemment on gère assez mal : ce serait bien qu’il annonce un plan d’aide étatique.
Il termine son mandat en 2017 et il dit ne pas être obsédé par sa candidature, ni par sa réélection. Il serait bon qu’il fasse avancer notre situation ici avant la fin de son mandat. Que cela nous donne de nouvelles perspectives d’avenir.


En imaginant qu’il vous reçoive personnellement, que lui demanderiez-vous ?

Eh bien, ce que je viens de dire : faire en sorte que les choses avancent ici. Notre instabilité politique vient à peine de se calmer avec l’élection d’Edouard Fritch. J’aimerais bien que les dossiers avancent ; que nous réussissions à avoir une meilleure croissance économique ; qu’il y ait plus d’embauche… L’Etat peut apporter son secours dans plusieurs domaines. François Hollande peut faire en sorte que les affaires entre le Pays et l’Etat avancent mieux.

"C’est de la représentation, uniquement"

Frédéric, 40 ans, fonctionnaire expatrié.

Que pensez-vous que la Polynésie peut attendre de cette visite officielle ?

Franchement ? Pas grand-chose ! Je n’ai pas d’avis très marqué là-dessus. Je ne suis pas là depuis très longtemps ; mais je n’ai pas l’impression que les Polynésiens soient vraiment satisfaits de recevoir le président.

Comment qualifieriez-vous cette visite ?

C’est de la représentation, uniquement. Je pense qu’il y a des problèmes très importants à gérer en métropole et qu’ici en matière de sécurité c’est relativement paisible comparé à ce qui se passe en France.

Croyez-vous que cela peut déclencher quelque chose en matière économique ?

Je pense que la Polynésie est autonome depuis quelques temps. Elle arrive relativement bien à se structurer. Franchement, je ne suis pas sûr que ce soit vraiment… Je ne sais pas pourquoi il vient ici.
Il y a certainement des raisons que j’ignore. Mais à l’heure actuelle, je ne vois pas, je ne vois pas du tout.

"En ce moment, c’est vraiment dur"

Elvis, 29 ans, commerçant a été sélectionné pour présenter les produits locaux au président Hollande, lors de sa visite au marché de Papeete, lundi matin 22 février.

Que pensez-vous de la visite officielle du président Hollande en Polynésie française ?

Ca montre que l’on est important à ses yeux et qu’il a peut-être l’intention de s’occuper de notre pays.

Qu’aimeriez-vous qu’il annonce lors de son discours officiel ?

Déjà des annonces pour la jeunesse, pour que tout le monde puisse s’épanouir : nous avons beaucoup de gens qui errent dans la rue, qui ne trouvent pas de travail…

Pensez-vous qu’il peut intervenir favorablement ?

Eh bien oui, puisque c’est lui qui dirige. C’est lui qui donne les ordres.

Lorsque vous le rencontrerez, si l’occasion se présente, que lui direz-vous de personnel ?

Aidez-nous ! Apportez-nous des améliorations pour qu’il y ait plus de travail ici, pour les jeunes ! En ce moment, c’est vraiment dur.
Et puis qu’il trouve un moyen pour que le prix des billets d’avions baisse, pour qu’un plus grand nombre de personnes puisse venir nous rendre visite en Polynésie. Le tourisme est notre activité majeure. Nous sommes tout de même un petit bout de la France. Il faudrait que les billets d’avion et les hôtels soient adaptés à tous les portemonnaies. Il y beaucoup de gens qui aimeraient venir nous visiter, mais c’est trop cher.

"Il ne faut pas qu’il dise que ne nucléaire ce n’est pas nocif"


Aruiti, 46 ans, agriculteur, attend que le chef de l’Etat se prononce clairement sur la question du nucléaire : "Ce serait normal qu’il y ait un petit retour en échange", estime-t-il.


Qu’attendez-vous de la visite de François Hollande ?

Qu’il voit quelle est notre situation ici et quels sont nos avantages et nos problèmes. Mais la visite est tellement courte que je me demande s’il pourra. Que verra-t-il en un jour ?

Qu’espérez-vous des déclarations lors de son allocution officielle, à la mi-journée ?

Qu’il va aider le pays à s’en sortir. Avec tout le chômage que l’on a… Les chantiers n’avancent pas, le secteur primaire est au ralenti. Tout est au ralenti. S’il pouvait nous apporter une solution à ça.
J’espère qu’il apportera aussi des réponses sur la question du nucléaire : où en est-on au niveau du nucléaire ? Il faut qu’il fasse quelque chose pour ça. Il ne faut pas qu’il dise que ne nucléaire ce n’est pas nocif. Il y a des séquelles. Je pense à Hao et aux îles autour ; au nettoyage. Il faut faire quelque chose pour eux. Et puis il faut que le pays soit indemnisé. On a beaucoup fait pour la France. Ce serait bien que ça soit reconnu. C’est tout de même grâce à nous que la France est à son rang mondial, grâce au nucléaire. Ce serait normal qu’il y ait un petit retour en échange.

Bertrand, 45 ans, architecte.
Bertrand, 45 ans, architecte.
"J’aimerais qu’il annonce la mise en chantier de projets structurants"


Que peut apporter la visite officielle de François Hollande à la Polynésie ?

Déjà reconnaître l’attachement de la Polynésie à la France. Je pense que ça fera plaisir à un grand nombre de Polynésiens de voir qu’un chef de l’Etat s’intéresse à eux. Le prédécesseur n’était pas venu ; lui il vient… Ensuite, c’est le chef du gouvernement central : il est en mesure de libérer des blocages économiques et politiques. Il apportera sans doute quelque chose d’utile.

Qu’aimeriez-vous qu’il annonce lors de son allocution officielle ?

J’aimerais qu’il annonce la mise en chantier de projets structurants tels que des écoles, des administrations, des routes… Depuis le Taui, en 2004, il n’y a pas eu de gros projet en dehors de la gare maritime et de la prison de Papeari.
Aujourd’hui, tous les acteurs économiques savent que la nouvelle route pour relier Papeete et Taravao est primordiale pour le développement de la Presqu’île. S’il annonce que cette route se fait ça peut déclencher énormément de nouveaux projets et favoriser la reprise économique.


Et sur la question du nucléaire ?

Là aussi il est attendu, c’est sûr. Mais il a annoncé qu’il allait recevoir les associations. Là aussi ça va faire avancer ce dossier qui est sensible, sans doute.

Si vous deviez le rencontrer personnellement, que lui demanderiez-vous ?

Personnellement ? Par rapport à mon métier, qu’il débloque le projet de l’hôpital psychiatrique Jean Prince actuellement à l’arrêt pour cause de manque de financement.
Ensuite, il me semble que le gros point noir de Tahiti, c’est l’existence de nombreux SDF. Il ne devrait pas y avoir de SDF à Tahiti. Nous sommes un pays assez riche et confortable pour faire face à cette situation. Je trouve que c’est un véritable fléau. Il faut faire des logements pour ces gens-là.

Léon, 76 ans, commerçant.
Léon, 76 ans, commerçant.
"Quand on fait des essais, on prend en charge toutes ses responsabilités"


Qu’attendez-vous de la visite de François Hollande ?

Il y a beaucoup de problèmes à régler entre l’Etat et la Polynésie française, notamment en ce qui concerne les essais atomiques. Quand on fait des essais, on prend en charge toutes ses responsabilités. Aujourd’hui, il y a des malades. Il faut accepter qu’ils sont atteints de maladies radio-induites.

Vous souhaiteriez que François Hollande reconnaisse la responsabilité de l’Etat face aux conséquences des essais nucléaires, lors de son allocution officielle ?

Exactement, c’est très important. La CPS a engagé beaucoup de dépenses pour traiter les anciens travailleurs de Moruroa et Hao atteint de maladies d’origine nucléaire. Pour moi, il faut qu’il annonce que l’Etat reconnait sa responsabilité. C’est essentiel.


Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Lundi 15 Février 2016 à 06:45 | Lu 1980 fois






Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

34.Posté par Bruno FABRE le 26/02/2016 09:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ emere post 28
J’ai été modeste pigiste de 93 à 2000 à Tahaa pour la presse, j’ai encore beaucoup de choses à apprendre, mais la critique hors sujet (apparemment une habitude ) de mon post 22 ne m’y aidera pas car je dis comme toi que l’évolution a un impact négatif sur l’obésité, la violence, et tu viens m’apprendre de façon très condescendante qu’il n’y avait pas d’obésité et de violence avant… Merci de pouvoir : Lire d’abord, relire, réfléchir ensuite, et arrêter de t’écouter parler ainsi de façon aussi méprisante, et méprisable. Ce sera reposant.

33.Posté par Bruno FABRE le 25/02/2016 22:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ emere, post 26
Bien vu la mise à niveau et ses aléas, bien noté que mes enfants ont pu aller dans vos écoles, tu ne manques pas d’humour je vois … J’ai visiblement constaté que tout est fait en dépit du bon sens, par exemple et au hasard : Uturoa a perdu beaucoup de son charme après sa mise à neuf avec son quai de paquebots, c’est ruineux.. Envolé le budget du Jardin botanique de Faaroa, c’est ruineux, flottille de pêche à Tahiti défiscalisée en faillite, c’est ruineux, maison de la mère et de l’enfant à Tonoi près de chez moi 400 m2 ultra neufs envahis par les lianes, éoliennes par terre ailleurs.. Tu appelles ça rattraper un retard toi ? Connais tu quelqu’un qui ferait cela si c’était avec son propre argent ?.

32.Posté par BALSAN le 24/02/2016 17:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Suite... L’essentiel de nos lois et règlements, dans leurs aspects stratégiques, sont des simples transpositions des directives européennes. Le président de la République, nos ministres, députés et sénateurs ne décident presque plus rien de stratégique. La république française n’est plus qu’un fantôme. Notre démocratie n’est plus qu’une apparence.

31.Posté par BALSAN le 24/02/2016 17:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L’Union européenne possède une compétence de coordination, ce qui laisse aux Etats une marge de manœuvre, mais qui donne à l’UE un pouvoir d’appui, de publicité et de coordination, sur :
- la protection et l’amélioration de la santé humaine – l’industrie – la culture – le tourisme – l’éducation – la formation professionnelle – la jeunesse – le sport – la protection civile – la coopération administrative. => Il s’agit de sujets seconds, voire tiers par rapport aux sujets essentiels que sont les affaires économiques, sociales, diplomatiques et militaires.

30.Posté par BALSAN le 24/02/2016 17:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Suite ...L’Union européenne possède une compétence partagée, mais en réalité les États n’ont plus, là aussi, leur mot à dire, sur :
- le marché intérieur – la politique sociale, pour de très nombreux aspects – la cohésion économique, sociale et territoriale – l’agriculture – l’environnement – la protection des consommateurs – les transports – les réseaux transeuropéens – l’énergie – les questions de liberté publique – les questions de sécurité – la justice – l’immigration – les enjeux communs de sécurité en matière de santé publique.
Il s’agit en fait de presque tout : OGM, vaccinations massives, privatisations d’EDF GDF, précarisation de l’emploi, fusions-acquisitions entre entreprises, préservation de l’environnement, mandats d’arrêts internationaux, fonds structurels régionaux, immigration, etc. => Les élus nationaux ont une très faible marge de manœuvre.

29.Posté par BALSAN le 24/02/2016 17:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@beaulieu Dans l’article 3 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE), l’Union dispose d’une compétence exclusive (les États sont obligés d’appliquer les directives européennes. Les députés français ne servent plus qu’à voter la transposition des directives en droit interne. La commission européenne a le monopole des proposition) dans les domaines suivants :
- l’union douanière
- l’établissement des règles de concurrence nécessaire au fonctionnement du marché intérieur
- la politique monétaire pour les États membres dont la monnaie est l’euro
- la conservation des ressources biologiques de la mer dans le cadre de la politique commune de la pêche
- la politique commerciale commune. => Il s’agit d’un vol de pouvoir au détriment des Français, car ils n’ont plus leurs mots à dire. Hollande il ne fait qu'appliquer les directives dans ces domaines, ça limite son pouvoir ! Et ça ne s'arrête pas la ! Non il faut sortir de l'UE.

28.Posté par emere cunning le 23/02/2016 09:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Bruno FABRE,
Quant à la modernité, elle ne nous a pas apporté que de bonnes choses. Et par ex, si toutefois tu as ouvert les yeux, il n’y avait avant ni obésité, ni violence, quoi qu’on dise. Bref ! Y'en aurait à dire, mais je constate que ton opinion est faite, et à un point tel, qu’il me semble inutile de poursuivre, répéter... Et un peu fiu de la mauvaise foi.
@ BALSAN,
J’en sais trop peu pour en parler. Je pense juste que les souverainetés nationales s'étaient mal débrouillées face aux autres puissances telles les USA et celles émergentes (Chine, Inde). Et il serait peut-être temps qu'elles sachent quelle UE elles veulent construire et tentent d’accorder leurs violons plutôt que tirer la couverture à soi. Long way too.

27.Posté par beaulieu le 23/02/2016 09:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Bruno Fabre, je constate que toi aussi tu te mes la tête dans le sable, tu confond vote sanction et adhérence au FN. Quand au problème il existera si justement les Français n'ont pas de sursaut citoyen. LR et PS sont les plaies qui font des Français de futur colonisé de leurs anciennes colonies. Nous voyons chaque jour le bafouement des us et coutumes qui avaient fait de la France un des phares du monde libre.
Mais peut être ne sait tu pas bien lire, ou je crois plutôt que tu ne veux pas savoir ce qui est, en dehors de ton idéologie.

26.Posté par emere cunning le 23/02/2016 09:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Bruno FABRE,
merci pour ton info, mais lis bien. Je disais qu'on ne peut nous comparer à l’Islande qui est à la porte du monde, plus peuplé et évolué tout comme la Norvège et la Suisse en Europe avec 500 millions de consommateurs (ou plus) A PORTEE DE MAIN. J’ai cru comprendre au fil de tes comments que tu vis en Polynésie depuis un temps certain. Cela ne t’a visiblement pas permis de constater que le « système à la papa » a prioritairement consisté en un rattrapage du retard que nous avions, ET à tous les niveaux. Si alors, tes enfants n’ont eu aucun mal à s’inscrire (rien que ça, oui) dans nos établissements scolaires, ce n’est pas le cas des nôtres. Un ex parmi tant d’autres.

25.Posté par Bruno FABRE le 22/02/2016 22:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ne pas confondre 30% de vote sanction au premier tour des régionales avec 30% d'opinions favorables pour le FN.
Qu'il passe ou pas n'est pas un autre problème, c'est LE problème.

24.Posté par beaulieu le 22/02/2016 07:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@BALSAN Viens donc en France dire ça à la population, tu devrais t'informer un peu mieux ou au moins être honnête dans ton discours. Actuellement le FN est le plus grand parti de France avec plus de 30% d'opinions favorables et continue à grimper, tous ceux qui font les forces vives, tous ceux qui réellement travaillent pour de faibles revenus n'en peuvent plus de la politique de Bruxelles, les seuls qui s'en sortent bien dans l'UE, sont les Banques, la Haute finance et tous les parasites de Bruxelles, des exemples c'est quand tu veux.
Que le FN passe ou pas est un autre problème, nous avons bien vu aux régionales, il aura fallu l'alliance de la carpe et du lapin pour leur faire barrage (Gauche, extrême gauche et droite ensemble pour le battre.)

23.Posté par BALSAN le 21/02/2016 22:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@emerecunning le FN n'a aucune chance de passer, le FN assure la victoire de ceux qu’il prétend combattre. L’objectif de l’oligarchie euro-atlantiste est toujours le même depuis 31 ans, lorsqu’elle a décidé d’ultra-médiatiser le FN : elle "média-bolise" le FN pour NEUTRALISER 13 à 15% de l’électorat dans une voie sans issue et pour salir au passage toute idée de souveraineté nationale...ainsi l'UPR, parce qu'il propose de sortir de l'UE, l'euro et l'Otan, se fait passer pour un parti d'extrême droite alors qu'il est classé divers par le ministère de l'intérieur. Vous saisissez l'idée !!! Il faut lire les programmes des uns et des autres, c'est la ou se trouve la vérité !

22.Posté par Bruno FABRE le 21/02/2016 15:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ emere L’Islande est plus proche du Groenland US que de l’Europe pour information. Le seul handicap de la Polynésie est de vivre au-dessus de ses moyens avec l’argent d’autrui qu’elle réclame comme un dû parce qu’elle n’a pas appris à faire autre chose pour accéder à la modernité, et que ce type d'habitude est tenace. La production locale étant de ce fait trop chère ne survit pas et la grande distribution prend le relais, accroissant la perte de lien social, de culture, l’obésité, la frustration et la violence. La Polynésie devrait être au contraire un Pays phare en matière d’environnement et d’énergies vertes. C'est aux étudiants Polynésiens formés à l'étranger ou en France de venir changer ce système à la papa !.

21.Posté par emere cunning le 21/02/2016 12:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ BALSAN,
M Le Pen ne se contredit peut-être pas. Elle semble futée (une impression depuis son passage chez nous) et, après les alternances Droite Gauche qui n'ont rien donné jusqu'à ce jour, elle sait qu’elle a ses chances et semble "louvoyer" pour tenir ses électeurs qui chargent l'Europe de bien des problèmes de la France et, tout à la fois, attirer les autres au désespoir des échecs des présidents successifs (just my opinion).
@ BALSAN, Bruno Fabre,
Je trouve ridicule que vous nous compariez à la Suisse, la Norvège, l'Islande qui sont à la porte de l'Europe et du monde, ont des siècles d'avance en tout sur nos îles et populations... Bref ! La liste de nos handicaps est plus longue que le haricot magique qu'on est pas prêt de s'approprier. Un mal pour un bien ? May be.

20.Posté par Bruno FABRE le 17/02/2016 13:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Karl, Dis moi à ton tour pourquoi l’un des plus beaux pays du monde, grand comme l’Europe, aurait besoin de subventions alors que l’islande, état insulaire composé de terre et de glace, 103 000 km2 avec 320 000 personnes était au premier rang des pays les plus développés au monde de 2007 et 2008 ?. Et pour mieux comprendre, pourquoi au Pays de la pêche, les thoniers achetés à grand renfort de subventions, pour ne pas dire " offerts" sont en faillite ?
Pourquoi la Polynésie est au point mort avec 150M d’€ / an, et pourquoi aussi à l'instar de Nauru elle le serait tout autant avec le double ?.

19.Posté par BALSAN le 17/02/2016 12:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Karl la France n'a pas besoin d'être dans l’Europe pour s'en sortir, prenez exemple sur la Norvège, l'Islande, la Suisse, ils s'en sortent plutôt bien ! Nous ne pourrons jamais concurrencer la Chine ou l'Inde avec 3 milliards de personnes et un salaire 20x inférieur au notre...L'euro nous pénalise, cette monnaie commune est trop forte pour notre économie. Quand le dollar est à 1,30, par exemple, nous sommes 30% plus cher, nous ne pouvons pas dévaluer notre monnaie puisque nous n'en avons plus le contrôle...et bien les consommateurs achètent, à qualité égale, la ou c'est moins cher. L'industrie française a perdu le quart du total des heures travaillées en 12 ans. Actuellement nous perdons 800 à 1000 emplois industriels par jour ouvrable (soit 200 000 à 220 000/an). La perte d’une politique monétaire indépendante a fait perdre à la France la maîtrise d’une politique de taux de change externe compatible avec la compétitivité française – qui N’EST PAS LA MÊME que la compétitivité de l’industrie allemande. Je ne parle même pas de notre agriculture...

18.Posté par BALSAN le 17/02/2016 11:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@emerecunning donc elle se contredit ! Vous l'avez surement écouté mais DANS la réalité, il n'existe nulle part, dans sa profession de foi l'article 50 du TUE, cela confirme ce que je dis, le FN ne propose pas de sortir de l'UE et encore moins de l'euro...car il est impossible de sortir de l'euro sans sortir de l'UE. Leur propagande est basé sur le mensonge. Ils veulent pénaliser les grandes entreprises qui délocalisent, pour sauver nos emplois, l’industrie française, notre savoir-faire industriel... ok mais alors, pour ce faire, il faut que la France- SORTE DE L’EURO pour récupérer la maîtrise de sa politique monétaire – notamment pour le change externe et, - dénonce juridiquement de nombreux articles des traités européens, et notamment les articles 32 et 63 du traité sur le fonctionnement de l’UE (TFUE). C'est bien beau de promettre mais encore faut il le vouloir VRAIMENT ! Le FN est un parti leurre qui sert à maintenir l'alternance gauche droite. Un point c'est tout.

17.Posté par Karl le 17/02/2016 07:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Bruno FABRE, seuls les pays émergents qui sont capables de produire et vendre quelque chose sur le marché mondial s'en sortent. Pas tous et certainement pas les micro-états insulaires de la région. A vous lire on aurait l'impression que notre Fenua serait capable de se passer des subventions. S'il vous plait, partagez avec nous et dites-nous, comment, avec quoi comptez-vous pouvoir faire atteindre l'indépendance économique à notre pays ? Comment et avec quoi comptez-vous pouvoir renverser les poids de notre balance commerciale ? Comment et avec quoi comptez-vous pouvoir garantir au minimum le niveau de vie actuel, de nourrir, soigner, éduquer et faire prospérer notre société polynésienne de 270.000 personnes ?

16.Posté par emere cunning le 16/02/2016 23:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ BALSAN,
Je l'ai régulièrement écoutée et je n'ai pas rêvé, M Le Pen déclarait bel et bien que la France n'avait aucun avenir dans l'UE et qu'elle avait donc tout intérêt à en sortir. Aujourd'hui, à dire vrai, elle ne s'avance plus trop sur ce point ne sachant pas vraiment où cela mènerait le bateau France. (Ou peut-être que, tous comptes faits, elle n'est pas si mal au Parlement Européen où elle m'a l'air de se la couler douce LOL).

15.Posté par emere cunning le 16/02/2016 23:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Bruno FABRE (p 11),
Pour l'heure (préciserait O Temaru), la Polynésie est française et les polynésiens des petits français, ce qui, normalement, implique que........... je vous laisse développer la suite logique et surtout conforme à ces valeurs de liberté, d'égalité et de fraternité (comme rappelé par Balsan) prônées par notre belle mère patrie (dans ses beaux discours).

14.Posté par BALSAN le 16/02/2016 14:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tout d'abord, je tiens à préciser pif paf que je n'ai rien, mais alors rien à voir avec MLP, de près et de loin ! Ça c'est dit. Je terminerais par, la proposition de faire sortir la France de l'UE ne fait pas partie du programme de Mme Le Pen. Elle le dit elle même ! Associer le fait que, faire sortir la France de l'UE, l'euro et l'OTAN serait une idée de l’extrême droite, donc du FN est une contrevérité. Relisez bien les programmes avant de lancer de telles hypothèses !
Bruno FABRE, c'est en redonnant son indépendance à la France, son pouvoir de décider sa propre stratégie monétaire, économique et politique, sa souveraineté nationale, qui permettra de mettre en œuvre de façon efficace un programme de développement économique, culturel et social conforme aux valeurs de liberté, d‘égalité et de fraternité de la République française. C'est en se basant sur ces valeurs que nous arriverons à redéfinir une économie saine dans notre pays du bout du monde !

13.Posté par pif paf le 15/02/2016 23:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@BALSAN : on t'a reconnu MARINE !!

12.Posté par Evajolie le 15/02/2016 19:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Qu'il dégage !!!

11.Posté par Bruno FABRE le 15/02/2016 18:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ 10 : Peut être vrai mais la conception d'un "pays" attaché à des subventions est t'elle normale ? La Polynésie et les Polynésiens seraient donc des entités secondaires, diminués,secourus ( de quoi ), dont le PIB est composé de subventions ? ou bien un territoire stratégique suspendu par la métropole ou l'Europe par un flux financier qui paralyse toute croissance cohérente, du moins comme on peut le constater, avec des clans politiques et une administration bien graissés... ?

10.Posté par BALSAN le 15/02/2016 16:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cette visite éclair ne changera rien ! Purement électoral. Nous ne pouvons rien attendre d'une marionnette. L'Union Européenne est une menace, pour la France et pour la Polynésie. Si nous devions y être intégrée, nos subventions, qui seraient versées directement par l'UE, se verraient alors diminuées de 40%. Actuellement nous percevons en moyenne 170 milliards de XPF de la France...tout comme la France verse 21,9 milliards d'euros à l'UE, qui au passage garde 8,7 milliards pour les frais de fonctionnement et autres..., et restituent, en subventions, seulement 13,2 milliards d'euros...ce qui signifie que la Polynésie subirait le même traitement, SOIT 70 milliards XPF en moins, c'est 13% du PIB. L'UE va supprimer 40% de nos fonctionnaires...Ça mérite réflexion ! Réunion débat ce vendredi à l'IJSPF Pirae à partir de 19H00 dans la salle de l'amphithéâtre avec François Asselineau de l'Union Populaire Républicaine

1 2
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance