TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Candidat à la Présidentielle: à droite comme à gauche, Macron bouscule la donne




Bobigny, France | AFP | mercredi 16/11/2016 - La candidature d'Emmanuel Macron à la présidentielle morcelle un peu plus encore la gauche, toujours dans l’attente de savoir ce que va faire François Hollande, et trouble le jeu à droite à quatre jours du premier tour de la primaire.

- À gauche, Hollande et Valls pris de cours -


La gauche semble plus éparpillée que jamais, entre les postulants à la primaire organisée par le PS (Arnaud Montebourg, Benoît Hamon...), les ambitions de Jean-Luc Mélenchon (PG) ou de Yannick Jadot (EELV), et le positionnement encore incertain du Parti communiste.

La candidature de M. Macron s'ajoute à cette myriade, et surtout, elle coupe l'herbe sous le pied de l'exécutif puisque les intentions finales de M. Hollande ou de Manuel Valls ne devraient pas être connues avant deux semaines, au mieux. Le chef de l’État a mis en garde dès mardi contre le risque d'une élimination de la gauche à la présidentielle. "L'enjeu, c'est le rassemblement, c'est la cohésion", la gauche ne pouvant pas être au "rendez-vous" de 2017 "si elle n'est pas rassemblée", a-t-il affirmé.

Mais M. Macron semble déterminé à ne se rallier à personne, tout en préemptant une partie de l'électorat de centre-gauche, cible naturelle de MM. Hollande ou Valls. De quoi faire de l'ancien banquier d'affaires une menace quasiment mortelle pour les ambitions de l'exécutif.

Cela s'est traduit par un tir de barrage dans les heures qui ont entouré l'annonce mercredi, des entourages et des intéressés.

Il faut "une expérience qui a été éprouvée par le temps" pour gouverner et "refuser les aventures individuelles", a immédiatement déclaré le Premier ministre, sans jamais nommer M. Macron.

- À droite, Juppé premier visé -
Vue de droite, l'opération Macron est perçue comme un parasitage de la primaire avant le premier tour dimanche. Premier visé: Alain Juppé et sa campagne tournée vers l'électorat centriste. "Il y a des gens qui sont tentés d'aller voter Juppé, il faut leur offrir une alternative", expliquait mardi un des soutiens parlementaires de M. Macron.

Depuis plusieurs semaines déjà, le maire de Bordeaux, comme son allié centriste François Bayrou, ne retiennent plus leurs flèches contre M. Macron, jugé "ni compétent, ni loyal". En avril pourtant, Jean-Pierre Raffarin l'avait cité comme possible Premier ministre.

Mercredi, M. Juppé a tenté de minimiser la menace. "C'est d'abord un problème pour la gauche", a-t-il dit. M. Macron "peut mordre à la marge sur le centre", mais "ça n'aura pas de conséquences sur la primaire", a estimé pour sa part François Fillon, qui, en hausse dans les sondages, a en outre la "conviction" que "les Français ne confieront pas leur destin à quelqu'un qui n'a aucune expérience et surtout qui n'a rien démontré". Patron par intérim des Républicains et soutien de Nicolas Sarkozy, Laurent Wauquiez a cogné très fort mercredi, dépeignant M. Macron en "symbole des élites mondialisées".

- Une véritable menace? -

Même s'il se veut en dehors des "jeux d'appareils", M. Macron devra s'appuyer sur une structure performante pour mener à bon port sa candidature. Mercredi, En Marche! frôlait la barre des 100.000 adhérents, mais ils ne sont pas tenus de verser une cotisation. Le candidat, qui ambitionne de récolter 9 millions d'euros selon son directeur de la communication Sylvain Fort, n'a pour l'instant engrangé que 2,8 millions d'euros et devra se démultiplier sur ce terrain, comme sur la chasse aux 500 parrainages requis.

"Il n'y a pas d'inquiétudes majeures sur les parrainages", a assuré M. Fort, évoquant le soutien de "40-50 parlementaires" et de "plus de 200 élus locaux". Cependant, en dépit de quelques ralliements (Gérard Collomb, François Patriat...), En Marche! peine à attirer des figures politiques de poids. Le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a réitéré mardi sa menace d'exclure ceux qui choisiront de soutenir M. Macron quand le candidat du PS sera désigné.

Plus généralement, c'est aussi sur l'efficacité du créneau occupé par M. Macron que plane un doute. "Il a tort sur son positionnement ni gauche ni droite", a estimé Thierry Mandon, secrétaire d’État chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. "C'est l’inverse qui se passe aujourd’hui dans le monde. Il y a une radicalisation à droite et à gauche, et entre les deux, il n’y a pas de salut."

Les principales déclarations d'Emmanuel Macron dans son discours de candidature

Voici les principales déclarations d'Emmanuel Macron extraites du discours dans lequel il a annoncé sa candidature pour la présidentielle de 2017 mercredi à Bobigny.

CANDIDATURE

"Dans quelques mois, à l'occasion de l'élection présidentielle, une opportunité nous est offerte, celle de refuser enfin le statu quo pour choisir d'avancer, parce que ce combat que nous devons livrer, pour faire réussir notre pays, il commencera en mai 2017. Pour le mener, la responsabilité du président de la République est immense et j'en suis pleinement conscient (...) C'est pourquoi je suis candidat à la présidence de la République"

"RÉVOLUTION DÉMOCRATIQUE"

"La solution, elle est en nous (...) Elle se fera grâce (...) à une révolution démocratique profonde, elle prendra du temps mais elle ne dépend que de notre unité, de notre courage, de notre volonté commune. C'est cette révolution démocratique à laquelle je crois, celle par laquelle en France et en Europe, nous conduirons ensemble notre propre révolution plutôt que de la subir"

DIAGNOSTIC


"La France aujourd'hui est sortie du chemin du progrès. (...) Nous n'avons pas réussi à régler le problème du chômage de masse, la déprise des territoires, la langueur de l'Europe, les divisions internes. La France est bloquée par les corporatismes. (...) En même temps, nous sommes entrés dans une ère nouvelle: la mondialisation, le numérique, le changement climatique, les inégalités croissantes de notre mondialisation, les conflits géopolitiques, le terrorisme, la crise démocratique des sociétés occidentales, le doute qui s'installe au cœur de nos sociétés. Ce sont les symptômes d'un monde en plein bouleversement. Cette grande transformation (...), nous ne pouvons y répondre avec les mêmes hommes et les mêmes idées (...)".

CANDIDAT ANTI-SYSTEME

"Face à ces défis, notre système politique est bloqué. (...) Je ne parle pas des élus (...) mais les appareils politiques, les logiques politiciennes, paralysent aujourd'hui notre capacité de l'avant. J'ai vu de l'intérieur la vacuité de notre système politique qui empêche les majorités d'idées au motif qu'elles fragilisent les appareils (...), qui ne poursuit plus l'intérêt général mais son propre intérêt".

"J'ai pu mesurer ces derniers mois ce qu'il en coûte de refuser les règles obsolètes et claniques d'un système politique qui est devenu le principal obstacle à la transformation de notre pays. Je sais ce que c'est, je sais aussi que je continuerai à l'éprouver. Cela ne fait que renforcer ma détermination, parce que ce système, je le refuse".

NI GAUCHE NI DROITE

"J'entends certains qui pensent que notre pays est en déclin, que le pire est à venir, que, au fond, notre civilisation s'efface, et ils proposent le repli, la guerre civile, ou les recettes du siècle dernier. J'en entends d'autres qui imaginent que la France peut continuer à descendre en pente douce, qu'au fond le jeu de l'alternance suffira à nous faire respirer".

"L'enjeu n'est pas pour moi de rassembler la gauche, il n'est pas de rassembler la droite, l’enjeu il est de rassembler les Français"

PRIORITÉS

"Je place ma candidature sous le signe de l'espérance. La France peut réussir. Elle doit d'abord pour cela relancer l'Europe (...). L'Europe est notre chance dans la mondialisation et notre responsabilité est ici immense"

"La France doit retrouver confiance en elle et bâtir son projet par le travail d'abord (...)"

"Par l'investissement ensuite. L'investissement dans notre avenir pour réussir cette révolution numérique, pour réussir le passage vers une autre économie, vers une autre société. Pour former, pour aussi accompagner cette transformation climatique et énergétique".

"Notre pays se redressera par sa jeunesse (...) Il ne s'agit pas de lui faire des promesses, on lui en a trop fait".

"Bâtir notre projet par des nouvelles protections aussi. (...) Parce qu'on ne construit rien de solide en laissant des millions de Français au bord du chemin. C'est cela la vraie autorité, c'est cela la crédibilité de l’État".


Rédigé par () le Mercredi 16 Novembre 2016 à 05:41 | Lu 268 fois


Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à contact@tahiti-infos.com. D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance