Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Bruno Marty est sorti de garde à vue (Màj)



PAPEETE, le 22 juin 2017 - La garde à vue de Bruno Marty a été levée ce jeudi en début d'après-midi sans que son client soit inquiété, a indiqué son avocat Me Mourad Mikou. Il a quitté l'hôtel de police.


Les policiers de la brigade financière de la DSP interrogeaient le directeur du Laboratoire des travaux publics depuis mercredi dans le cadre des enquêtes préliminaires déjà ouvertes contre lui par le parquet, et portant sur des soupçons de conflit d'intérêt à la TEP et d'abus de biens sociaux à la Spres. Selon son avocat, Me Mourad Mikou, la garde à vue de Bruno Marty a été levée ce jeudi en début d'après-midi sans que son client soit inquiété.

La première affaire concerne un contentieux entre la TEP et la Spres. Cette ancienne société de Bruno Marty avait remporté en 2013 le marché de l'enfouissement d'un câble haute tension à Arue, des travaux évalués à 170 millions de francs. Mais le câble s'était déterré par endroits quelques temps après sa pose et la TEP avait exigé que les travaux soient refaits. La Spres s'était exécutée en présentant une nouvelle facture à la TEP, de l'ordre de 4 millions de francs selon la défense de Bruno Marty, qui avait refusé de payer. Devenu ministre de l'Equipement sous le gouvernement Flosse, et nommé à la tête de la TEP, les enquêteurs soupçonnent Bruno Marty d'avoir profité de sa position pour régulariser la situation en faveur de la Spres.

La deuxième enquête porte sur des soupçons d'abus de biens sociaux à la Spres du temps de la gestion de Bruno Marty. Les enquêteurs soupçonnent cette fois l'ancien gérant d'avoir utilisé plusieurs dizaines de millions de francs de la société à des fins personnelles. Pour la défense de l'ancien patron, ces sommes auraient en réalité été décaissées sur une période de trois ans, entre 2010 et 2013, et utilisées pour tenter de développer une petite entreprise filiale de la Spres en Nouvelle-Calédonie, opération qui s'était finalement soldée par un échec.

Rédigé par Raphaël Pierre le Jeudi 22 Juin 2017 à 14:48 | Lu 1957 fois

Tags : JUSTICE





Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance