TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Bodyboard – Sparkgreen Tahiti Challenge : Focus sur Angelo Faraire, le pizzaiolo devenu bodyboardeur pro


Après 13 ans d’arrêt, une compétition de bodyboard sera organisée à Teahupo’o du 18 avril au 2 mai prochain, le Sparkgreen Tahiti Challenge 2016. Les conditions annoncées sont excellentes dès le début de la période, ce qui promet du grand spectacle. Nos bodyboardeurs locaux sont sur le pied de guerre. Certains d’entre eux ont eu une « wildcard » et seront qualifiés d’office.



Angelo Faraire est un des meilleurs à Teahupo'o © Hugo Tauru Photography
Angelo Faraire est un des meilleurs à Teahupo'o © Hugo Tauru Photography
TAHITI, le 13 AVRIL 2016. Cette compétition est la deuxième étape du circuit professionnel international organisé par l’APB, l’association du bodyboard professionnel. La première étape s’était déroulée à Hawai’i, le « Mike Stewart Invitational ». La prestation des cinq polynésiens engagés avait été une première positive mais on était restés un peu sur notre faim puisqu’aucun des cinq n’avait pu atteindre les quarts de finale à Hawai’i.
 
La donne devrait être différente à domicile. Les « wildcards », les surfeurs qualifiés d’office, ont été annoncées : Le Vairao Surf Club, le club qui organise la compétition en partenariat avec la fédération tahitienne de surf et l’APB, a choisi d’en donner deux à nos deux stars de Teahupo’o Angelo Faraire et Tahurai Henry. Une 3e a été donnée à Julien Miremont qui avait été, comme Angelo, jusqu’au round 4 à Pipeline.
 
La 4e wildcard a été donnée au vainqueur du championnat local, Tahiri Tehei, un championnat qui se déroule, rappelons-le sur des vagues de plage comme Papenoo ou Taharu’u. La 5e wildcard a été donnée directement par l’APB à Nicolas Richard, que l’on ne présente plus, puisqu’il est un rider local de référence en compétition comme en free surf. Il n’avait pas participé à Hawai’i car indisponible mais reste un des mieux qualifiés pour affronter les étrangers. SB

Angelo est à Hawaii actuellement, il revient samedi
Angelo est à Hawaii actuellement, il revient samedi
Focus sur Angelo Faraire :
 
Comment as-tu commencé le bodyboard ?
 
« Je m’appelle Angelo Faraire, j’habite Vairao, j’ai 27 ans. J’ai commencé le bodyboard à l’âge de 7 ans. Pour moi, le bodyboard, cela a vraiment commencé en 3e, au collège, car on a déménagé de Pirae pour aller sur Vairao. Là première fois à Teahupo’o, c’était à 14 ans. Depuis, je n’ai plus quitté Teahupo’o. C’est devenu comme une femme pour moi. »
 
Tu es devenu ensuite un « free surfeur » ?
 
« J’ai commencé à être assidu à Teahupo’o, pour perfectionner mon style. A force d’y aller, comme c’est une vague très médiatisée qui attire beaucoup de photographes, de cameramen, j’ai eu quelques vidéos de gars qui filmaient comme ça, sans savoir vraiment qui j’étais. A force d’y aller, encore et encore, ils ont fini par venir un peu vers moi et c’est comme ça que j’ai commencé à me faire connaître des médias spécialisés internationaux. »
 
Au niveau professionnel comment cela se passe ?
 
« Avant je travaillais dans une pizzeria. Je ne travaillais que le soir, du coup cela m’arrangeait bien car comme ça la journée j’allais surfer. J’ai quitté mon boulot, je suis actuellement à la recherche d’un emploi. Au niveau sponsors, j’ai 662 Tahiti avec Michel Pescheux qui a fait beaucoup pour moi. Grâce à ses contacts, il a envoyé des messages un peu partout donc maintenant je me retrouve avec 662 Tahiti et la marque Five Boards, 662 Hawai’i, les palmes Ally, Unite Clothing pour les vêtements. »
 
« Je continue ma recherche de sponsor, mon plus grand rêve serait de décrocher un sponsoring avec Air Tahiti Nui. Tout dernièrement Sparkgreen m’a proposé de me sponsoriser, c’est une bonne nouvelle. »
 
Comment es-tu passé du surf libre à la compétition ?
 
« J’ai commencé en 2008 à Taapuna. J’allais souvent sur la tour des juges, le scaffholding. Je jugeais avec eux, pas en tant que juge officiel, juste comme ça, comme apprenti. Avec cette expérience, cela m’a donné une petite idée de la compétition. Par la suite, j’ai essayé de mettre en pratique tout ce que j’ai appris en tant que juge. J’essaye maintenant de mettre toutes les chances de mon côté pour que tout se passe bien. »
 
Quelques mots sur ta sélection pour le Pipeline Invitational ?
 
« Surfer Pipeline à 4 c’était un rêve. J’ai toujours rêvé de faire de la compétition à Hawai’i. Cette année, c’est devenu une réalité. J’ai été content de participer à cette compétition et d’avoir pu être celui qui a été le plus loin, avec Julien. Les autres ont eu moins de chance, en tombant sur de bons gars et avec toujours la même problématique en surf, le choix de vagues. »
 
Après ta sortie à Pipeline au round 4 comment envisages-tu le Sparkgreen Tahiti Challenge ?
 
« Oui, après un bon début de compétition à Hawai’i, je m’étais fait sortir au round 4, terminant 3e à 0.17 derrière un Australien. J’avais vraiment failli accéder aux quarts de finale. J’avais été quelque peu déçu de la notation des juges. C’est derrière moi maintenant et je focalise sur la compétition qui se déroulera à domicile sur notre spot de Teahupo’o, en souhaitant aux bodyboardeurs locaux de bons résultats. Merci à tous et merci à Tahiti Infos pour cette interview. » SB

Un évènement à ne pas rater
Un évènement à ne pas rater

Rédigé par SB le Mercredi 13 Avril 2016 à 16:45 | Lu 1657 fois


Notez

Sports | SportLive | Parau Ha'uti | OPEN | La video de la semaine | En exclu sur TAHITI INFOS | Faire-parts | Décès | Mieux comprendre | La tribune politique | Expression libre | CCISM | Le savez-vous? | SERVICES | Archives | TIFO, la monarquenovela | programme TV | Evènement | Observatoire des Prix | Tiki