TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Avec Trump, le Ku Klux Klan rêve d'une improbable renaissance




New York, Etats-Unis | AFP | jeudi 01/12/2016 - Dans le sillage de la victoire de Donald Trump et la poussée du mouvement extrémiste "alt-right", une organisation raciste vieille de 150 ans se verrait bien pousser des ailes: le Ku Klux Klan, qui pourrait organiser samedi son premier rassemblement depuis l'élection.

"Le nombre de nos membres augmente de jour en jour, (...) on a reçu 1.000 demandes d'information depuis l'élection", affirme Gary Munker, qui se présente comme un porte-parole de ce mouvement qui prône depuis 1866 une Amérique blanche et chrétienne, devenu synonyme de lynchages et d'assassinats.

Comme l'ex-leader du KKK David Duke, qui a soutenu Donald Trump pendant la campagne - un soutien avec lequel Trump a pris ses distances -, Gary Munker reconnaît avoir été séduit par le discours du magnat de l'immobilier, notamment ses attaques contre les immigrés.

Dissimulé sous sa cagoule et sa tunique blanches, emblématiques de ce mouvement né dans le sud des Etats-Unis, M. Munker assure que la branche du KKK à laquelle il appartient, les Loyal White Knights (les "loyaux chevaliers blancs"), compte quelque 700 personnes à Long Island où il réside, et 1.200 pour l'ensemble de l'Etat de New York.

"Les gens commencent à se réveiller, à prendre conscience de ce qui se passe", affirme ce père de famille de 36 ans.

M. Munker dit avoir rejoint il y a cinq ans les Loyal White Knights - le premier de la quarantaine de groupuscules qui forment le KKK - après avoir vu son quartier tranquille et "essentiellement blanc" changer du tout au tout avec l'arrivée de HLM et d'une population beaucoup plus bigarrée.

- Pas de résurgence -

Munker, qui reste flou sur sa profession de peur de perdre son emploi, fait partie des membres actifs du KKK: originaire d'une zone rurale de Long Island, il distribue régulièrement des tracts dans les villes des alentours appelant à rejoindre l'organisation.

Son dernier tractage remonte au 17 novembre, sur un parking de la petite ville de Patchogue, qui figure sur la carte du racisme américain depuis l'assassinat en 2008 d'un immigré équatorien par des lycéens. La découverte des tracts a poussé le dimanche suivant quelque 200 personnes à manifester contre le racisme.

Loin des assassinats ou des croix enflammées qui ont fait la réputation du Ku Klux Klan dans le passé, la distribution de tracts est aujourd'hui "la première activité" du KKK et avec 14 Etats concernés, celle qui lui "assure une visibilité nationale", explique Carla Hill, chercheuse au Centre sur l'extrémisme de l'Anti-Defamation League, une grande association juive de lutte contre l'intolérance.

Mais les derniers chiffres disponibles, dit-elle, ne suggèrent aucune résurgence du mouvement, quoi qu'en dise Gary Munker: 74 distributions de tracts ont été recensées depuis début 2016, contre 86 en 2015.

Les Loyal White Knights ont annoncé pour samedi un rassemblement en Caroline du Nord, sans confirmation d'heure ou de lieu pour l'instant.

Mais même s'il se concrétise, il ne devrait pas attirer les foules, au vu des dernières manifestations du KKK qui n'ont guère dépassé les quelques dizaines de participants, selon Mme Hill.

- 'Espace politique' -
Pour Mark Potok, spécialiste du Southern Poverty Law Center, un observatoire de l'extrémisme, si les "nationalistes blancs" ont indéniablement progressé depuis l'arrivée à la Maison Blanche de Barack Obama, le Ku Klux Klan, avec 6.000 membres maximum aujourd'hui contre plus de 40.000 dans les années 60 et plusieurs millions dans les années 20, n'a aucune chance de rebondir.

L'élection de Donald Trump a certes, pour ces hérauts de la race blanche, "ouvert un espace politique qui leur permet de présenter leurs idées comme légitimes", alors qu'"ils n'étaient plus pris au sérieux depuis 50 ans". Comme l'a montré la conférence aux accents néo-nazis qui s'est tenue à Washington le 20 novembre autour du leader d'extrême droite Richard Spencer.

Mais ces extrémistes "intellectuels" qui répondent à la nouvelle appellation "alt-right" "ont du mépris pour le Klan", explique M. Potok. Car les membres du KKK, à l'histoire émaillée de violences, "ne peuvent pas, comme Richard Spencer, prétendre vouloir juste défendre les droits des Blancs sans détester personne".

Gary Munker, adepte de chasse et de pêche, reconnaît d'ailleurs se méfier du message plus lisse de l'alt-right: "Nous, nous sommes chrétiens, eux prennent tout le monde. Rien que ça me fait douter de leur intégrité", dit-il.

cat/are

Rédigé par () le Jeudi 1 Décembre 2016 à 05:42 | Lu 235 fois


Notez


Commentaires

1.Posté par Fiu!!! le 01/12/2016 08:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

- Tous les racistes du monde se ressemblent.

Quelle que soit la couleur de leur peau, le seul moyen qu'ils ont trouvé pour compenser leur complexe d'infériorité est de rabaisser autrui. Ça leur donne, de surcroit, toute les justifications (à leurs propres yeux) pour aller jusqu'à l’extermination des populations qu'ils assimilent à des animaux, voire des choses.

Les génocides de l'histoire humaine, sur tous les continents, encore de nos jours, montrent que la barbarie n'est jamais très loin.

Cela rend d'autant plus inexcusable la cécité, l'immobilisme, quand il ne s'agit pas de complaisance voire de complicité, de nos gouvernants.

La Démocratie et les Droits de l'Homme sont menacés partout.

Malgré le développement des medias, il y aura toujours des gens pour dire : on ne savait pas…

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à contact@tahiti-infos.com. D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 09:34 Syrie: la bataille de Palmyre

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance