Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Argent sale : les entreprises se défendent



L'interdiction des paiements en espèce de plus de 119 300 Fcfp oblige à utiliser chèques, cartes de paiement et virements. Blanchir de l'argent est de plus en plus difficile, assurent les chefs d'entreprise.
L'interdiction des paiements en espèce de plus de 119 300 Fcfp oblige à utiliser chèques, cartes de paiement et virements. Blanchir de l'argent est de plus en plus difficile, assurent les chefs d'entreprise.
PAPEETE, le 30 janvier 2017 - Le commandant de la gendarmerie a lancé vendredi dernier un cri d'alarme contre la montée de la criminalité en Polynésie. Le premier facteur de risque est, selon lui, le trafic de drogue : très rentable, il enrichi considérablement des trafiquants qui recycleraient leurs gains illégaux dans l'économie réelle... Ce que contestent les chefs d'entreprises.

Les banques et entreprises de Polynésie sont-elles complices passives des trafiquants d'ice ? C'est une des implications d'un discours du colonel Caudrelier, commandant des forces de gendarmerie en Polynésie française qui s'exprimait à cœur ouvert à l'occasion des traditionnels vœux de la Sainte-Geneviève, patronne des gendarmes :

"Le danger de la corruption affecte déjà des acteurs socio-économiques très divers, qui contribuent souvent passivement, parfois activement, à la captation puis à la dissolution de l'argent sale dans l'économie" assure le colonel. "L'argent que produit le trafic d'ice irrigue le marché de l'automobile, il se blanchit dans les banques locales, il se réinvestit dans l'immobilier et les activités commerciales. Mais il pervertit aussi ceux qui, par appât du gain, par solidarité familiale, parfois par indifférence, tournent la tête là où il faudrait refuser une complicité active ou passive". "Les gains générés sont tels que nous ne pouvons qu'imaginer une aggravation de la situation, quelle que soit l'efficience de nos enquêteurs et quels que soient les efforts de prévention."

La rédaction de Tahiti Infos a donc contacté plusieurs chefs d'entreprises pour faire le point. Ils restent tous très prudents, mais assurent respecter scrupuleusement les règles de lutte contre l'argent sale.

LES BANQUES SURVEILLENT DÉJÀ LES MOUVEMENTS DE FONDS SUSPECTS

Ainsi le président de la fédération des banques de Polynésie, Christian Carmagnolle, directeur de la Banque de Polynésie, a défendu son industrie sans pour autant nier les faits : "Ce que dit le colonel est une vérité première. L'argent est dans les banques, donc dire que l'argent des trafics repasse par les banques est une lapalissade. S'il y avait de la corruption à l'intérieur des banques, nous le saurions, et à ma connaissance il n'y a aucun agent visé pour des faits de corruption. Mais il est important que la lutte contre le blanchiment d'argent et la corruption soit l'affaire de tous, c'est un combat de toute la société." Il insiste ainsi sur le fait que les trois banques locales et l'OPT respectent déjà une réglementation stricte pour lutter contre le blanchiment d'argent :

"Le colonel le sait bien et nous en avons déjà discuté ensemble : les banques en Polynésie et à travers le monde sont particulièrement vigilantes pour contrôler les mouvements d'argent. Nous ne sommes pas passives face à ce phénomène, nous posons beaucoup de questions à nos clients pour vérifier l'origine des fonds qui transitent sur leurs comptes. Ils sont parfois surpris des questions que nous leur posons, et j'espère que votre article aidera à mieux faire comprendre au public de quoi il retourne. Par exemple en cas de dépôt d'une grosse somme, après la vente d'une voiture ou d'un bien immobilier, nous demandons un justificatif à nos clients. La carte grise, les documents du notaire… Et sans réponse satisfaisante, nous pouvons être conduits à remettre des informations au Tracfin (NDLR : Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins, une administration nationale rattachée au ministère de l'Économie et des Finances, chargée de la lutte contre le blanchiment d'argent). Nous n'avons aucun contact avec la police et ne dénonçons pas nos clients, notre mission est de signaler ce qui peut paraître suspicieux auprès du Tracfin."

Car pour le grand patron, "les banques n'ont pas à devenir policiers ou juges. Notre responsabilité est de vérifier que les mouvements de fonds sont en en adéquation avec la situation du client, en demandant des justificatifs." Il souligne également que, malgré la limite des paiements en espèces au-dessus 119 300 Fcfp, le cash n'est pas près de disparaître de notre économie. "Prenons l'exemple des roulottes qui brassent beaucoup d'espèces. Elles font des déclarations fiscales, que nous leur demandons, donc nous connaissons leurs revenus. S'ils sont trop différents des sommes qui transitent sur leurs comptes, nous devons leur poser des questions. Mais nous n'avons pas à nous substituer au fisc. Nous nous contentons d'obéir au Code monétaire et financier."

POUR LES CONCESSIONNAIRES "ON EST EN PLEIN DÉLIRE"

Du côté des concessionnaires automobiles on est plus choqué par le discours du colonel. "On est en plein délire" s'insurge Gilles Bonvarlet, p-dg de Sodiva, qui contrôle 30 % du marché local. "Déjà, c'est interdit de payer une voiture en cash puisque ça fait plus de 120 000 francs. C'est interdit par la loi et tous les concessionnaires la respectent. Si quelqu'un essaie de payer en espèce, on le renvoie chez lui et on lui demande un virement."

Quand on lui demande si des paiements cash de plusieurs millions ont pu arriver avant le passage de la loi limitant les paiements en espèces, le chef d'entreprise reste ferme : "Avant que cette loi n'entre en vigueur, il arrivait deux ou trois fois par an que quelqu'un paye avec deux millions en cash, mais c'était très rare. Il n'y a jamais eu des dealers qui venaient avec des valises de billet…"

Sébastien Bouzard, le président de la CGPME, a les mêmes arguments : "les entreprises se plient à la loi, on n'a plus le droit d'accepter les paiements en cash importants. Mais ici, contrairement à la métropole, les gens paient en liquide, et à chaque fois qu'on dépose nos caisses à la banque il faut justifier les fonds. Dans les îles, il n'y a même pas de banque donc les excursionnistes et les commerces déposent des millions de francs à la banque… Mais chez nous tout est vérifié, il faut faire des bilans comptables, il y a des contrôles fiscaux… C'est très difficile de blanchir de l'argent, et heureusement !"


Rédigé par Jacques Franc de Ferrière le Lundi 30 Janvier 2017 à 18:09 | Lu 15006 fois







1.Posté par lola le 30/01/2017 19:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

combien de chef d'entreprise ou d'amis de chef d'entreprise font des voyages dans le pacifique ? et dans des pays bien moins regardant sur l'argent liquide . On est pas des imbéciles ,il y a d'autres moyen pour blanchir l'argent de l'ICE que de le déposer dans nos banques. Pour ça il faut un réseau et des complices pas trop regardant sur le contenu de leur valises , de leur compte personnel et les montages interentreprise. On est sans doute pas encore dans le très très très gros busissness mais quand on voit les pays qui s'intéressent ou se sont interessés à nous on se doute bien que c'est pas que pour le busissness légal.Merci colonel pour cette mise en garde !!!!

2.Posté par teva le 30/01/2017 21:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Encore une fois le nombrilisme frappe,.. SODIVA, ON T ACCUSE PAS, NI TOI SOCREDO! Mais oui il y a deux ans il y avais un marche de plusieurs milliards de fcp pour le Paca !!!, maintenant on a l Ice x1000 fois +cher, OUI ces gens depensent ces milliards sur le Fenua et oui tous sont complices passivement....on parle d un marche en milliards!!! donc ne mentez pas...

3.Posté par Farani le 30/01/2017 22:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On en conclut donc :
- qu'il y a bien des trafiquants de drogue au fenua
- que les dealers gardent leur argent dans leur bas de laine ( très rare, vu le climat ) ou dans leur tirelire
- que les banquiers surveillent tout et respectent la loi.

Le colonel se trompe donc lourdement...

Tout irait donc pour le mieux au pays des lagons...
Tu parles !
A force de refuser de voir la vérité en face on se prend un mur dans la gueule.

4.Posté par Mc ICE le 31/01/2017 07:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La limite des paiements en espèces au-dessus 119 300 Fcfp na aucune incidence sur le trafic de drogue, cette mesure est un échec totale.

Si les trafiquants ne peuvent pas dépenser leur argent localement ils iront faire du shopping a LAX, ya pas de limite la bas ils ont tous compris.
Ce sont nos commerce locaux qui sont impacté par la limite des paiements en espèces au-dessus 119 300 Fcfp, le dealeur de drogue ils s'en fous il continue a encaisser.


5.Posté par caco calo le 31/01/2017 07:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En France les dealeur ont compris ils dépensent tous a Pattaya .

La politique de répression est un échec abyssale .

6.Posté par VATEA le 31/01/2017 07:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

CELA DEMANDE UNE ENQUETE SUR LE SUJET ... LES " JOURNALISTES DU FENUA " ON APPELLE ELISE LUCET ou VOUS FAITES LE BOULOT ?

7.Posté par Xenos le 31/01/2017 07:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@posts 1, 2 et 3... Rien à ajouter !

8.Posté par eric le 31/01/2017 08:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Monsieur Sébastien Bouzard, tu es très mal placé pour donner des commentaires aujourd'hui, il suffit de voir la gerance de ta premiere société que l'on ne citera pas bien sur.

9.Posté par vetea1 le 31/01/2017 09:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le pays entier a appris à vivre de l'argent facile : l'argent du nucléaire, l'argent de l'indexation, l'argent de la défisc, l'argent des trafics, l'argent de la corruption plus ou moins directe...
et tout le monde ferme les yeux en se disant : jusqu'ici tout va bien (pour moi).

10.Posté par Farani le 31/01/2017 10:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est qui Sébastien Bouzard ?

11.Posté par Cool Ruler le 31/01/2017 12:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A P6, bien d'accord avec toi. Je rêve d'une équipe de journalistes d'investigation qui bossent pendant 6 mois sur ce genre de dossier. J'ai beaucoup de respect pour Du Prel mais il manque de moyens et de staff. Un jour peut être :-)

J'ajoute qu'un billet AR pour LAX coute largement moins de 100.000 F.

12.Posté par lecommentateur le 31/01/2017 14:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'argent, le nerf de la guerre contre le trafic...

13.Posté par viracocha le 31/01/2017 17:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Il n'y a jamais eu de dealers payant en cash"............
mais combien d'élus ou de politiciens ???
Essayez d'avoir des chantiers si vous ne passez pas l'enveloppe sous la table !

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance